Nous suivre Industrie Techno

Le son spatial prêt à se banaliser

R. L.
Le son spatial prêt à se banaliser

Le procédé de Philips permet de transmettre un son multicanal 5.1 avec un surcroît d'information de seulement 10 % par rapport à un son stéréo.

© D.R.

Une technique économe en bande passante et en mémoire, met le codage audio à la portée des mobiles, autoradios et récepteurs radio.

Le son spatial (Surround), qu'il soit stéréo ou multicanal 5.1, reste aujourd'hui l'apanage des chaînes hi-fi ou des systèmes de cinéma à domicile (home cinema). Avec son algorithme de compression de données "Spatial Audio Coding", Philips veut le mettre partout. Développée dans ses laboratoires de recherche à Eindhoven, aux Pays-Bas, cette technique de codage audio consomme si peu de mémoire et de bande passante qu'elle met le son spatial à la portée de tous.

Reconstituer sur le récepteur le son multicanal

Avec la banalisation du son spatial dans la maison à travers les DVD-vidéo, les super CD-audio et les DVD-audio, les consommateurs réclament une amélioration de la qualité du son sur leurs récepteurs mobiles. Une demande que les fabricants de terminaux et les diffuseurs radio ne peuvent satisfaire aujourd'hui, en raison des limitations de mémoire et de bande passante auxquelles ils sont confrontés.

Dans la radio numérique, par exemple, la diffusion en mode stéréo consomme un débit de 128 Kbit/s. Le passage à une transmission de qualité DVD, avec un son multicanal 5.1 (deux enceintes devant, deux derrière et une au centre), porterait le besoin en bande passante à 360 Kbit/s. Avec les techniques actuelles d'encodage audio, il faudrait détériorer la qualité ou tripler la bande passante. Aucune de ces options n'est réaliste.

Le procédé de Philips résout le problème puisqu'il permet de transmettre un son multicanal 5.1 avec un surcroît d'information de seulement 10 % par rapport à un son stéréo. Le principe consiste à convertir le signal multicanal 5.1 en signal stéréo et à transmettre ce dernier, complété par les paramètres spatiaux du son. Ces paramètres, qui représentent 10 % du flux de transmission, permettent au décodeur de reconstituer sur le récepteur le son multicanal d'origine. Sur le récepteur, les informations ne sont décodées que lors de la lecture, ce qui évite d'augmenter les besoins en mémoire. De même, on peut passer d'une diffusion mono à une diffusion stéréo, en n'augmentant la bande passante que de 10 %.

Philips travaille avec d'autres sociétés pour faire de cette technologie un standard à la fin de 2006 et prévoit de l'incorporer dans un mobile avant la fin de l'année.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0872

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2005 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

« Avec l’ADN, l’ensemble des données mondiales pourraient être stockées dans le volume d’une camionnette », clame François Képès, membre de l’Académie des Technologies

« Avec l’ADN, l’ensemble des données mondiales pourraient être stockées dans le volume d’une camionnette », clame François Képès, membre de l’Académie des Technologies

Les besoins de l'humanité pour le stockage de données s'accélèrent depuis quelques années, au point que les[…]

Véhicule autonome : « La barre a été mise trop haut, mais cela a réveillé tout l'écosystème », souligne Fawzi Nashashibi (Inria)

Dossiers

Véhicule autonome : « La barre a été mise trop haut, mais cela a réveillé tout l'écosystème », souligne Fawzi Nashashibi (Inria)

Une LED à quantum dot bleue plus stable et lumineuse

Fil d'Intelligence Technologique

Une LED à quantum dot bleue plus stable et lumineuse

Total dévoile ses recherches dans l'utilisation du calcul quantique lors du Quantum Computing in Paris-Saclay

Total dévoile ses recherches dans l'utilisation du calcul quantique lors du Quantum Computing in Paris-Saclay

Plus d'articles