Nous suivre Industrie Techno

Le Solar Decathlon imagine la maison du futur à Versailles

Philippe Passebon

Sujets relatifs :

, ,
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Le Solar Decathlon imagine la maison du futur à Versailles

Un concours de maison solaires à Versailles

Vingt équipes internationales présenteront du 28 juin au 14 juillet différentes solutions d’habitats utilisant comme seule source d’énergie le soleil. La compétition qui se tient pour la première fois en France a pour but d’accélérer l’industrialisation effective de la « maison du futur ».

Le Solar Decathlon c’est 20 équipes pour un total de 800 étudiants qui s’affrontent dans une compétition dont le leitmotiv principal est de construire une solution d’habitat à énergie positive utilisant seulement l’énergie du soleil pour répondre à ses besoins. Solar pour soleil donc. Et décathlon car les projets seront classés selon dix catégories de critères. Les compétiteurs n’ont eu qu’un an demi pour concevoir et concrétiser leurs projets. Les équipes en sont maintenant à la deuxième et dernière semaine d’assemblage. Par ailleurs, pour la première fois, la compétition a lieu en France, à Versailles (78). L’occasion pour le public français d’aller visiter les différents projets, et de voter du 28 juin au 11 juillet pour son équipe préférée. Le vote du public n’est toutefois pas le seul à entrer en compte. Un jury composé de plusieurs professionnels reconnus dans leurs secteurs respectifs distribuera les points suivant les dix critères parmi lesquels la qualité de l’architecture, l’efficacité énergétique, l’aménagement urbain, le transport et l’abordabilité ou encore l’effort d’innovation.

Les 20 équipes de cette édition 2014 proviennent de 16 pays et 3 continents différents. Chaque équipe doit trouver une solution qui correspond aux spécificités de son pays d’origine. Ainsi l’équipe franco-chilienne a-t-elle fait attention à prévenir les risques de séisme, l’équipe de Thaïlande les inondations et l’équipe japonaise les tsunamis. Les deux équipes allemandes et l’équipe taïwanaise ont quant à elles optées pour construire sur les toits pour augmenter la densité. Si la conception globale des habitats a été pensée pour prendre en compte le renouvellement urbain, les risques naturels et les enjeux sociétaux, les équipes ont dû aussi innover dans l’utilisation de technologies solaires passives et actives connectées à une smart-grid.

Ainsi la Home with a skin  (maison avec une peau) de l’équipe néerlandaise intègre-t-elle une "peau de métal et de verre" qui vient recouvrir la totalité de la maison. Tout en répondant à des fonctions élémentaires telles que la gestion des eaux de pluie, de la lumière, la ventilation ou le confort thermique, l’enveloppe crée aussi un espace de vie original, entre dehors et dedans.

La techstyle Haus (maison en textile) de l’équipe germano-américaine est quant à elle couverte d’un revêtement textile de plusieurs couches. La couche extérieures protège des intempéries et produit de l’électricité grâce à des panneaux solaires. La couche intermédiaire isole le bâtiment tandis que la couche intérieure est destinée au confort des habitants.

D’autres innovations sont encore à découvrir à Versailles jusqu’au 14 juillet, comme des matériaux bioluminescents pour éclairer la nuit ou des systèmes innovants de récupération de chaleur. La compétition n’a pas pour seul but de communiquer sur la maison du futur. Les projets sont faits pour déboucher sur des contrats réels. Pour accélérer la recherche et industrialiser ces technologies, l’Etat français a versé 100 000 euros par maison tandis que les compétiteurs ont déjà noué des contacts avec des industriels pour fabriquer leurs prototypes, à l’instar de l’équipe Nantaise Philéas, qui s’est vu ouvrir l’atelier de fabrication bois de la société BH, filiale de groupe Beneteau, et s’est fournie en matériaux étanches auprès de Saint Gobain.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Hydrogène de France produira d'ici à 2022 des piles à combustible de 1 MW basées sur la techno de Ballard

Hydrogène de France produira d'ici à 2022 des piles à combustible de 1 MW basées sur la techno de Ballard

Hydrogène de France a annoncé le 10 décembre s'être associé au canadien Ballard pour fabriquer en série[…]

« Les projets de batteries stationnaires au lithium-ion changent d'échelle », assure Sébastien Hita Perona, directeur du stockage d’énergie chez Saft

Interview

« Les projets de batteries stationnaires au lithium-ion changent d'échelle », assure Sébastien Hita Perona, directeur du stockage d’énergie chez Saft

Batterie sodium-ion, usine mobile d'impression 3D, protection quantique… les meilleures innovations de la semaine

Batterie sodium-ion, usine mobile d'impression 3D, protection quantique… les meilleures innovations de la semaine

La ligne France-Irlande en courant continu repousse les frontières du super-réseau électrique européen

La ligne France-Irlande en courant continu repousse les frontières du super-réseau électrique européen

Plus d'articles