Nous suivre Industrie Techno

Lu sur le web

Le Royaume-Uni planche sur une autoroute qui recharge les véhicules électriques

Le Royaume-Uni planche sur une autoroute qui recharge les véhicules électriques

Les premiers essais seront réalisés sur une piste dédiée où les conditions d'autoroute seront reproduites.

© Highways England

L’agence gouvernementale britannique responsable du réseau autoroutier, Highways England, va tester un système de recharge par induction permettant de charger sa voiture électrique en roulant. Les premiers essais débuteront d'ici la fin de l'année et devraient durer 18 mois. La Corée du Sud a déployé, dès 2013, un dispositif similaire sur un tronçon d'une vingtaine de kilomètres. Certains spécialistes émettent toutefois des doutes quant à la viabilité économique de cette approche.

Et si vous pouviez rouler de longues distances en voiture électrique sans avoir besoin d’effectuer un arrêt pour recharger la batterie de votre véhicule ? C’est bien ce que compte proposer le Royaume-Uni à ses résidents pour favoriser le développement du parc de véhicules électriques. Le gouvernement britannique a annoncé cet été le lancement d’une initiative qui vise à tester un système de recharge par induction permettant de charger sa voiture électrique en roulant.

Dans les détails, le procédé en question doit s’appuyer sur des câbles électriques installés sous la chaussée. Ces derniers génèrent un champ électromagnétique capté par une bobine, puis reconverti en électricité grâce à un dispositif dédié dont devront être équipés les véhicules électriques.

Une technologie déjà testée en Corée du Sud

D’après un communiqué de presse publié sur le site du gouvernement britannique, les essais devraient débuter d’ici la fin de l’année sur une piste dédiée, où les conditions d’autoroute seront reproduites. Ils dureront18 mois et seront encadrés par Highways England, l’agence gouvernementale britannique en charge du réseau autoroutier. Cette initiative, lancée après une étude de faisabilité, s’inscrit dans le cadre d’un programme plus large, doté d’une enveloppe de 500 millions de livres et qui doit s’étendre sur cinq années.

Pour l’heure, l’agence gouvernementale n’a pas encore précisé avec quels véhicules seront réalisés les tests et quelle entreprise fournira la technologie requise. Si les premiers essais sont concluants, ils pourront être déclinés sur de véritables routes. Le gouvernement britannique ne sera toutefois pas le premier à déployer un tel procédé. Depuis 2013, la Corée du Sud a mis en circulation des bus électriques, baptisés Olev (pour On-Line Electric Vehicle), qui se rechargent grâce à une technologie comparable implémentée sur un tronçon d’une vingtaine de kilomètres dans la ville de Gumi.

Des bornes de recharge tous les 30 kilomètres

Cette approche laisse toutefois certains spécialistes sceptiques. Paul Nieuwenhuis, directeur du Cardiff Business School's Electric Vehicle Centre of Excellence, interviewé par la BBC, a reconnu qu’il était logique de vouloir essayer cette approche dont la technologie fonctionne, mais a émis des doutes quant à son coût. Par ailleurs, d’après lui, les progrès réalisés sur l’autonomie des batteries pourraient rendre un tel déploiement inutile.

Parallèlement à ce projet, le Royaume-Uni s’est engagé à installer des bornes de recharge environ tous les 30 kilomètres sur son réseau d’autoroutes. L’objectif est de renforcer et de diversifier les infrastructures afin de convertir les nombreux conducteurs encore réticents à  l’idée d’opter pour des véhicules électriques.

En 2014, le marché du véhicule électrique en Europe a progressé de 61%, avec un total de 65 199 voitures électriques particulières et utilitaires enregistrées. Sur cette période, le Royaume-Uni n’avait alors enregistré que 7 370 immatriculations, contre 8 804 pour l’Allemagne, 15 046 pour la France et 18 649 pour la Norvège.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

« La donne change pour la récupération de chaleur fatale dans l’industrie », lance Gilles David, PDG d’Enertime

« La donne change pour la récupération de chaleur fatale dans l’industrie », lance Gilles David, PDG d’Enertime

La récupération de chaleur fatale dans l'industrie est un gisement majeur d'efficacité énergétique : 50[…]

Comment le Syndicat des énergies renouvelables veut accélérer le développement des EnR en France

Comment le Syndicat des énergies renouvelables veut accélérer le développement des EnR en France

Trois projets smart city dévoilés au QG Digital d'Engie

Trois projets smart city dévoilés au QG Digital d'Engie

Des bactéries génétiquement modifiées pour produire des hydrocarbures

Des bactéries génétiquement modifiées pour produire des hydrocarbures

Plus d'articles