Nous suivre Industrie Techno

Le robot Nao, nouvel équipier de l'ISS

Le robot Nao, nouvel équipier de l'ISS

Le robot Nao en apprentissage à l' Institut cellule souche et cerveau, à Bron.

© Inserm/Latron, Patrice

Le robot NAO pourrait bientôt devenir un membre à part entière de l’équipage de l’ISS. Voire mieux : le seul membre permanent de la station. A ce poste, le robot pourrait jouer le rôle de médiation d’un équipage à l’autre, grâce à une "mémoire autobiographique" qu’ont développée pour lui des chercheurs du CNRS.

Les futures missions spatiales nécessiteront-elles encore une présence humaine à bord ? Oui, dans bien des cas, car nos robots les plus intelligents n’ont pas encore toutes les aptitudes nécessaires aux objectifs et aux contraintes qu’imposent beaucoup de missions, en particulier la capacité à s’adapter à des situations inédites. Mais si les robots ont encore du mal à improviser, ils n’en sont pas moins de redoutables machines à apprendre. En témoigne les progrès de Nao, le robot star d’Aldebaran, l’entreprise française spécialisée dans la robotique. Une équipe de chercheurs français de l’Institut cellule souche et cerveau ont développé pour lui une "mémoire autobiographique", qui lui permet de transmettre des connaissances à des humains novices après les avoir lui-même apprises d’autres êtres humains. La mémoire autobiographique concerne les événements personnellement vécus, avec leur contexte, et contribue chez les humains à construire leur histoire personnelle.

Médiateur entre les équipages

La version technologique de la "mémoire autobiographique" appliquée à Nao lui permet d’apprendre des actions par démonstration physique en plaçant les membres du robot dans la bonne position, par imitation visuelle via un système Kinect, ou par commande vocale. Chacune des actions individuelles est  rassemblée en procédures et stockées dans la mémoire autobiographique du robot, de sorte qu’il peut ensuite les transmettre à une autre personne. Pour tester leur système, les chercheurs ont imaginé un scénario qui pourrait se dérouler dans la Station Spatiale Internationale (ISS). Dans ce scénario, la carte électronique est endommagée. Comme assistant d’un membre de l’équipage, Nao suit ses consignes, apportant ou tenant les éléments de la carte au cours de la réparation. Grâce au souvenir de l’événement, si la même panne se reproduit, le robot pourra montrer à un nouveau membre de l’équipage la réparation qui avait été réalisée grâce à un système vidéo. Il pourra également répondre à des questions sur l'événement précédent tout en aidant à la nouvelle réparation. Si une panne légèrement différente se produit, le robot pourra partager son expertise sur les défaillances de ce type, tout en enregistrant les tâches à mener pour résoudre ce nouveau problème et les transmettre aux scientifiques de l'équipage suivant.

La technologie, dont la preuve de concept a été apportée par les chercheurs, est une solution potentielle pour l'accumulation et le transfert de connaissances. Dans le domaine spatial, la coopération entre les hommes et les robots et déjà une réalité, l’humanoïde Robonaut2 volant désormais de façon permanente dans l’ISS. Les chercheurs souhaitent dorénavant tester le robot Nao dans les conditions réelles des opérations spatiales, en gravité zéro, mais aussi utiliser la technologie pour l'assistance aux personnes âgées, le robot jouant cette fois-ci le rôle d'un aide-mémoire personnel.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

L'impression 3D affiche ses ambitions dans l'aérospatial lors de l'Aerospace Additive Manufacturing Summit à Toulouse

L'impression 3D affiche ses ambitions dans l'aérospatial lors de l'Aerospace Additive Manufacturing Summit à Toulouse

L'impression 3D veut confirmer sa percée dans l'aérospatial. La seconde édition de l'Aerospace Additive Manufacturing[…]

06/12/2019 | SpatialSafran
Pour bien commencer la semaine : Une usine mobile d’impression 3D métal s’installe à Nanterre

Pour bien commencer la semaine : Une usine mobile d’impression 3D métal s’installe à Nanterre

Avec un budget record, l'Europe du spatial donne la priorité au climat

Avec un budget record, l'Europe du spatial donne la priorité au climat

Space19+ : le spatial européen joue son avenir à Séville

Space19+ : le spatial européen joue son avenir à Séville

Plus d'articles