Nous suivre Industrie Techno

Interview

"Le renouvelable va révolutionner le CEA" - Bernard Bigot

Bernard Bigot, administrateur général du CEA : nous allons aussi nous intéresser aux énergies renouvelables

© DR

Nouvelle priorité de recherche pour le CEA : les énergies renouvelables. Pour les déployer à grande échelle, des innovations de ruptures restent incontournables. Bernard Bigot, administrateur général du CEA, précise les nouveaux objectifs du père du nucléaire français.

Pour le CEA, quel sera le principal défi énergétique du XXIe siècle ?

La France importe 50 % de son énergie primaire sous forme de gaz, de pétrole ou de charbon. Essentiellement pour le transport, l'habitat et le tertiaire. Elle peut s'affranchir de cette dépendance aux énergies fossiles à l'horizon 2050. Mais tout se jouera dans les 10 ou 15 prochaines années. L'objectif est d'abord de remplacer le pétrole par l'électrique. Pour que les infrastructures puissent se développer, il faudra 200 000 voitures électriques sur nos routes avant 2015. Ensuite, il faudra aller le plus vite possible, peut-être 150 à 200 000 supplémentaires par an. Outre le nucléaire de quatrième génération, l'autre enjeu est le déploiement du solaire et de l'éolien à l'horizon 2020/2025. Le solaire, produit localement, devra être concommé localement. D'où la nécessité de stocker l'électricité pour éviter que les électrons ne multiplient les aller-retour.

Le CEA préconise-t-il le tout électrique ?

Certains transports, comme l'avion, ne pourront pas se passer d'un combustible. Les biocarburants de deuxième génération sont donc aussi une priorité au CEA. Mon espoir est de voir, en 2020, des installations industrielles produisant 250 000 tonnes de biocarburant. En injectant de l'hydrogène lors de la gazéification de la matière organique, la biomasse sera aussi une forme de stockage de l'électricité. Nous travaillons aussi sur les biocarburants de troisième génération, comme les algues, mais à plus long terme.

De quels moyens disposent le CEA pour développer ces nouvelles énergies ?

Le Gouvernement nous a demandé d'investir autant dans le renouvelable que dans le nucléaire du futur. En 2010, le CEA investira donc 156 millions d'euros dans le renouvelable et 150 millions dans le nucléaire de demain. A comparer aux 190 millions prévus pour le parc nucléaire actuel. Nos investissements seront abondés par le grand emprunt national. Dans le renouvelable, le CEA sera candidat pour la création de trois plates-formes de recherche : l'énergie solaire ; la biomasse ; la gestion de l'électricité dans l'habitat et le transport. Ces nouvelles technologies sont très évolutives. Tous les six mois, apparait un nouveau concept ou une nouvelle performance. C'est une révolution pour le CEA. Nous sommes loin des échelles de temps du nucléaire.

Comment convertir vos innovations en succès industriels ?

Avec le renouvelable, la France se trouve face au même défi que, dans les années 1970, avec le nucléaire. L'objectif est de bâtir de vraies filières industrielles. Les démonstrateurs prouveront la viabilité économique et la fiabilité technologique des nouvelles énergies. L'atout du CEA sera de pouvoir marier les compétences dans l'énergie, les matériaux, ainsi que les technologies de l'information et des télécommunications. Les innovations décisives associeront en effet les nouvelles technologies de l'énergie avec l'informatique. Par exemple, en mettant de l'intelligence dans les batteries pour qu'elles communiquent avec le réseau. Si l'on arrive à faire la démonstration technologique, le relais sera pris par les financiers et les industriels.

Propos recueillis par Thomas Blosseville

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

En Espagne, la première éolienne offshore télescopique est entrée en service

En Espagne, la première éolienne offshore télescopique est entrée en service

Au large des îles Canaries, la première éolienne offshore espagnole a une particularité : elle est[…]

Le biorecyclage enzymatique prend de la bouteille

Le biorecyclage enzymatique prend de la bouteille

Chez Hydro, un tri fin pour un aluminium bas carbone

Chez Hydro, un tri fin pour un aluminium bas carbone

Mini-moteurs ioniques, piles à hydrogène, Global Industrie… les meilleures innovations de la semaine

Mini-moteurs ioniques, piles à hydrogène, Global Industrie… les meilleures innovations de la semaine

Plus d'articles