Nous suivre Industrie Techno

Le régime minceur d'une bouteille de lait

Hélène Bustos

Sujets relatifs :

,
La coopérative laitière de Villefranche-sur-Saône propose la bouteille d'un litre la plus légère du marché : 24 g. Zoom sur sa démarche innovante d'écoconception.

Quand on produit quelque cent millions de bouteilles par an, réduire leur poids peut entraîner des diminutions significatives en termes d'impact environnemental mais aussi de coûts. Pour l'Union des coopératives laitières (UCL) de Villefranche-sur-Saône (Rhône) (11 millions d'euros de chiffre d'affaires, 32 salariés), spécialisée dans le lait frais, la question s'est posée dès 2001. « À cette époque, nous souhaitions investir dans une nouvelle ligne de conditionnement pour diminuer nos coûts de production », raconte Laurent Fournier, le responsable technique de la coopérative.

Après plusieurs mois de réflexion, la PME, qui jusqu'ici embouteillait ses produits dans des contenants en polyéthylène à haute densité (PEHD), s'intéresse à la technologie polyéthylène téréphtalate (PET). Concrètement, cela revient à remplacer la bouteille plastique opaque traditionnelle par celle, transparente et plus légère, utilisée pour les eaux minérales. « La technologie du PET apparaissait pour nous comme une solution de rechange intéressante à étudier », explique Laurent Fournier.

Fini le PEHD, place aux préformes PET

Pour valider son projet, la coopérative se rapproche du fabricant de machines Sidel, spécialisé dans le conditionnement des liquides alimentaires. Ensemble, ils mènent des analyses de compatibi- lité entre lait frais et emballage en PET, le matériau n'ayant jamais été utilisé pour ce type de produit en France. Résistance du contenant, non-altération du produit à la lumière... Les tests sont bons et permettent d'obtenir l'aval du comité technique pour le recyclage des emballages plastiques (Cotrep) courant 2002. Entre la construction d'un bâtiment et l'achat pour 1,5 million d'euros de la nouvelle ligne, la coopérative va investir près de 4,2 millions d'euros au total pour lui permettre de produire des bouteilles en PET. Amélioration du rendement, moins de maintenance, réduction du poids... Autant d'avantages que présente le passage au PET. Fini les 35 g de granulés de PEHD pour obtenir une bouteille d'un litre ! La coopérative s'approvisionne désormais en préformes PET dont les caractéristiques de résistance aux chocs et à la pression font descendre le poids à 28 g.

En 2004, l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe) s'intéresse à la démarche de la PME et lui propose de réaliser un devis gratuit d'écoconception sur l'ensemble de la gamme. Ce diagnostic permet de caractériser l'impact des emballages au cours de leur cycle de vie. Il est devenu « un bon outil d'aide à la décision en ce qui concerne nos politiques d'emballage et de marketing », précise Laurent Fournier.

En 2006, l'UCL bénéficie, grâce au soutien d'Eco-Emballages, de l'expertise d'une étudiante de l'École supérieure d'ingénieurs en emballages et conditionnement (Esiec). Son travail de redéfinition des besoins, mené en étroite collaboration avec le fournisseur de préformes, permet de descendre le poids de la bouteille à 24 g, tout en la rendant plus résistante. Cette réduction de près de 15 % du poids permet une économie annuelle de 27 tonnes d'emballages sur les bouteilles de lait frais d'un litre. La coopérative travaille aujourd'hui sur la mise au point d'une solution d'inertage à l'azote pour augmenter la rigidité des bouteilles et permettre d'envisager encore plus de légèreté...

EN BREF

Le problème - Diminuer le poids des emballages en se lançant dans une démarche d'écoconception. La solution - Adopter les bouteilles en PET. - Utiliser les ressources proposées par tous les acteurs susceptibles d'agir dans la promotion des démarches d'écoconception : Ademe, CCI, Eco-Emballages...

Une Ligne entièrement repensée

Contrairement aux lignes de conditionnement pour les bouteilles en PEHD, la technologie PET utilise des bouteilles préformées. Ces préformes, qui peuvent être de poids et de formes différents selon les besoins, ont un col (pas de vis pour le bouchon) identique et calibré de telle sorte que l'étanchéité entre bouchon et bouteille ne nécessite pas la pose d'un opercule protecteur. Conséquence : alors que sur une ligne de conditionnement utilisant du PEHD, il fallait environ six heures pour changer le format de bouteilles, il ne faut plus que vingt minutes pour effectuer cette opération sur une ligne utilisant les préformes en PET.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0910

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2009 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

LE DESIGN D'ABORD. PAGE 22

LE DESIGN D'ABORD. PAGE 22

01/05/2013 | COUVERTURE
Simulation des systèmes complexes

Simulation des systèmes complexes

Ansys se lance dans la simulation système

Ansys se lance dans la simulation système

Plate-forme collaborative pour l'aéronautique

Plate-forme collaborative pour l'aéronautique

Plus d'articles