Nous suivre Industrie Techno

Le propane, une alternative à la fracturation hydraulique ?

Le propane, une alternative à la fracturation hydraulique ?

Le propane, une alternative à la fracturation hydraulique ?

© DR : ecorpstim

La technologie de fracturation « sans eau » a été classée par le magazine Time parmi les « 25 meilleures inventions de l’année 2013. Pour remplacer l’eau, le meilleur candidat déjà mis en avant, voire utilisé par plusieurs compagnies nord-américaines, semble être le propane.

Le débat sur l’exploitation des gaz de schiste porte en grande partie sur l’impact environnemental lié à l’utilisation de la technique de la fracturation hydraulique, gourmande en eau et susceptible de polluer les nappes phréatiques avec les additifs qui l’accompagnent. Pourtant, non seulement les techniques alternatives existent, mais elles sont déjà utilisées par des entreprises nord-américaines, mises à l’honneur par le magazine Time, qui classe les technologies de fracturation sans eau parmi les 25 plus importantes de l’année.

Parmi ces entreprises, GasFrac et ecorpStim mettent en avant l’utilisation du propane pour fracturer les roches. La première est canadienne et utilise du gaz de pétrole liquéfiée en gel. Sous la terre, le gel s’évapore, éliminant ainsi le risque de contamination. GasFrac a déjà signé un contrat avec la compagnie Chevron, qui utilise la technologie au Colorado. La deuxième entreprise, EcorpStim, une filiale du groupe américain eCorp, a mis au point en 2012 une technologie de stimulation au propane pur (PPS) à la place du gel de propane. En 2013, elle a encore amélioré son invention, en la sécurisant, par l’utilisation de propane non-inflammable (NFP), une forme fluorée du propane. Le gaz est injecté sous forme liquide avec du sable ou des billes de céramique pour « stimuler » le puits et libérer le gaz ou l’huile de schiste. De 95 à 100% du propane injecté remonte ensuite sous forme de gaz grâce à la pression naturelle et peut ensuite être récupéré. La technologie a été testée avec succès au Texas.

Dans les deux cas, des millions de mètres cubes d’eau sont économisés, tandis qu’aucun additif chimique n’est susceptible de contaminer les nappes. Et si l’on pouvait trouver là les fameuses « technologies alternatives à la fracturation hydraulique » dont l’avis sur les gaz de schiste rendu par l’Académie des sciences la semaine dernière soulignait l’importance de les examiner avec soin ?

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Batterie sodium-ion, usine mobile d'impression 3D, protection quantique… les meilleures innovations de la semaine

Batterie sodium-ion, usine mobile d'impression 3D, protection quantique… les meilleures innovations de la semaine

Quelles sont les innovations qui vous ont le plus marqués au cours des sept derniers jours ? Cette semaine, vous avez apprécié[…]

La ligne France-Irlande en courant continu repousse les frontières du super-réseau électrique européen

La ligne France-Irlande en courant continu repousse les frontières du super-réseau électrique européen

Pour mieux prédire la production d'énergie renouvelable, les Mines ParisTech musclent les modèles météo

Pour mieux prédire la production d'énergie renouvelable, les Mines ParisTech musclent les modèles météo

Pour bien commencer la semaine : Une usine mobile d’impression 3D métal s’installe à Nanterre

Pour bien commencer la semaine : Une usine mobile d’impression 3D métal s’installe à Nanterre

Plus d'articles