Nous suivre Industrie Techno

Le prion démasqué

Industrie et Technologies
Pour la première fois, des chercheurs établissent avec une grande précision un lien entre l'organisation structurale d'une protéine prion et son caractère infectieux.

 Les résultats des équipes de Sven Saupe de l'Institut de biochimie et génétique cellulaires (CNRS/Université de Bordeaux 2), de Roland Riek du Salk Institute de San Diego, et de Beat Meier de l'Institut fédéral de technologie de Zurich, publiés dans la revue Nature du 9 juin, portent sur la protéine prion du champignon filamenteux Podospora anserina.

Ils constituent une étape importante dans la compréhension des mécanismes qui transforment une protéine en un agent infectieux.

Les prions sont des protéines capables d'adopter un repliement anormal qu'elles peuvent transmettre par un « effet domino » aux formes saines de la même protéine.

Les prions de mammifères causent des maladies neurodégénératives telles que la maladie de la vache folle chez les bovins ou la maladie de Creutzfeld-Jacob chez l'homme. Mais, il existe aussi des protéines prions (inoffensives celles-ci) chez les champignons, la levure de boulanger et notamment un champignon filamenteux appelé Podospora anserina.

Elles sont beaucoup plus faciles à étudier que les protéines prions de mammifères et permettent de mieux comprendre les mécanismes fondamentaux de leur apparition et de leur propagation.

  Les protéines prions des champignons dans leur conformation infectieuse forment des structures fibrillaires très résistantes appelées fibres amyloïdes, des assemblages protéiques que l'on retrouve également dans un grand nombre de maladies neurodégénératives comme la maladie d'Alzheimer ou la maladie de Parkinson.

 La détermination de la structure de la forme infectieuse des protéines prions, c'est à dire la détermination du repliement infectieux, représente une gageure, car les amyloïdes ne peuvent pas être étudiés avec les techniques classiques de détermination de structure des protéines.

Cette étude  a permis de commencer à préciser l'organisation structurale de la protéine prion HET-s du champignon Podospora anserina dans sa conformation amyloïde infectieuse. Les régions de la protéine qui adoptent un repliement de type brin-? ont pu être délimitées et il a été montré qu'elles sont fortement liées au caractère infectieux.

 Ces travaux constituent donc une étape importante dans la détermination des bases structurales de l'infectivité chez les protéines prions.

Franck Barnu
(source CNRS)

 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Le casque de réalité mixte XR-3 de Varjo fait dans le détail : la preuve par l'essai

Le casque de réalité mixte XR-3 de Varjo fait dans le détail : la preuve par l'essai

Le nouveau casque de réalité mixte conçu par le finlandais Varjo brille par la précision et la netteté de ses[…]

« L’exposition aux nanomatériaux doit être évaluée tout au long du cycle de vie pour concevoir des produits plus sûrs », pointe Jérôme Rose, médaille d’argent 2020 du CNRS

« L’exposition aux nanomatériaux doit être évaluée tout au long du cycle de vie pour concevoir des produits plus sûrs », pointe Jérôme Rose, médaille d’argent 2020 du CNRS

Éco-conception : Comment le numérique peut-il devenir durable ?

Dossiers

Éco-conception : Comment le numérique peut-il devenir durable ?

Éco-conception : Trois pistes pour verdir les emballages

Éco-conception : Trois pistes pour verdir les emballages

Plus d'articles