Nous suivre Industrie Techno

Le premier pas vers la standardisation des fonctions mathématiques

Industrie et  Technologies
Le NMC vient de rendre publique son premier document de travail. A terme, la définition d'un dictionnaire mathématique commun devrait garantir l'interopérabilité des algorithmes numériques.


Le Numerical Mathematics Consortium vient de publier, comme c'était prévu, la liste des quelques 250 fonctions mathématiques qu'il entend standardiser. Celles-ci ont été regroupées selon 14 classes :
  • approximation,
  • intégration et interpolation,
  • fonctions booléennes,
  • opérateurs relationnels,
  • fonctions élémentaires,
  • algèbre linéaire,
  • constantes mathématiques,
  • génération de matrice,
  • opérateurs de matrice,
  • fonctions polynomiales,
  • fonctions statistiques,
  • analyse vectorielle,
  • fonctions spéciales ...
Ce document définit en quelque sorte le périmètre, l'ossature du travail qui va suivre, c'est à dire de spécifier pour chaque fonction retenue sa sémantique. Une première version de spécifications devrait être finalisée d'ici à la fin de l'année.

Pour rappel, le NMC a été créé en août 2005 par National Instruments (éditeur de LabView), l'Inria (éditeur de Scilab), Maplesoft ((Maple) et Mathsoft (Mathcad) dans le but de définir une sémantique commune des fonctions mathématiques les plus utilisées dans le calcul numérique. Cette standardisation (qui se veut ouverte, toute personne ou entreprise intéressée peut rallier le consortium) garantira l'interopérabilité entre logiciels de calcul numérique et plates-formes technologiques différentes. Cela signifie, qu'il sera possible de réutiliser les algorithmes développés ainsi que la disparition des multiples développements d'adaptation maison (moulinettes. 

Au final, en plus d'améliorer la fiabilité des applications qui intègrent des algorithmes mathématiques, cela réduira significativement les délais et les coûts de développement. Des enjeux majeurs qui touchent toutes les disciplines de tous les secteurs industriels car le calcul concerne une multitude d'applications, depuis la simulation jusqu'aux logiciels embarqués ...

Nadège Aumond

Pour en savoir plus :
Le document est accessible sur le site du consortium


Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

« Implant Files » : pourquoi les implants médicaux sont dans la tourmente

« Implant Files » : pourquoi les implants médicaux sont dans la tourmente

C'est un nouveau scandale sanitaire. Après l'affaire des implants mammaires « PIP », une enquête du[…]

IRT Saint-Exupéry : les nouvelles plateformes technologiques opérationnelles

IRT Saint-Exupéry : les nouvelles plateformes technologiques opérationnelles

Drone à hydrogène : le rêve de deux start-up françaises

Drone à hydrogène : le rêve de deux start-up françaises

[Photo Tech] L’impression 3D mobile de bâtiments

[Photo Tech] L’impression 3D mobile de bâtiments

Plus d'articles