Nous suivre Industrie Techno

La semaine de Jean-François Prevéraud

Le pouls des bureaux d'études

Industrie et  Technologies
Une étude vient d'être menée auprès de 300 concepteurs du BTP. Elle montre une satisfaction globale et une foi dans l'avenir.


A l'occasion du 2e Forum des métiers et emplois de la CAO, qui s'est tenu à Paris voici quelques jours, son organisateur, CAO-Emploi.com, a fait réaliser par Randstad, 3e acteur mondial sur le marché des ressources humaines, une enquête sur les métiers de l'ingénierie et du bureau d'études appliqués au bâtiment et à l'architecture. En voici les grandes lignes.

Déjà un premier constat, Le secteur de l'architecture, du bâtiment et des travaux publics est confronté depuis plusieurs années à une pénurie de main d'œuvre importante, risquant de s'accentuer encore dans les 10 prochaines années. Selon cette étude, 153 000 postes seront ainsi à pourvoir dans les métiers de l'ingénierie et du bureau d'études en bâtiment/architecture entre 2005 et 2015, soit près de 30 % de l'ensemble des postes à pourvoir du secteur du BTP.

Des bureaux d'études BTP pas si misogynes que cela. En effet, les femmes représentent 18 % des personnes ayant répondu à l'enquête. Une proportion largement supérieure à la moyenne du secteur, car d'après l'INSEE, elles ne représentent que 9,4 % des techniciens du BTP et 4,8 % des cadres du BTP.

Côté formation, si la majorité des concepteurs ayant plus de 20 ans d'ancienneté n'ont qu'un Bac Pro, ce cursus ne représente que 18 % pour l'ensemble des personnels. 39 % ont quant à eux un Bac+2 et 9 % ont été jusqu'à un diplôme d'ingénieur.

La vocation vient en pratiquant

L'enquête pointe la diminution des vocations, même si cela reste, avec 46 %, la principale raison d'entrée dans les métiers de l'ingénierie et du bureau d'études en bâtiment et architecture. Si ces métiers correspondaient à un réel choix pour 52 % des plus de 20 ans d'ancienneté, ce taux passe à moins de 39 % pour les moins de 2 ans d'expérience. Seule consolation, la vocation vient en pratiquant puisque 81 % des sondés trouvent leur métier intéressant et 75 % iraient même jusqu'à le recommander à leurs proches.

Si l'on regarde de plus près les motivations des concepteurs, le fait de pouvoir concrétiser des projets est plébiscitée par 53 % (à 69 % dans les sociétés de services en ingénierie), la variété du travail et les nouveaux projets viennent en deuxième position avec 51%, et la création regroupe 50%. Le travail sur informatique n'obtient que 45 %, alors que la conception en 3D ne motive que 40 % des sondés. Il est vrai que les métiers du bâtiment sont encore très 2D. Il serait intéressant de pouvoir disposer des mêmes données pour les métiers de la mécanique.

Parmi les sujets de satisfaction des concepteurs, l'autonomie dans le travail est plébiscitée par 89 % des sondés. Suivie de près par l'ambiance dans le travail (82 %), l'épanouissement personnel (74 %), et la reconnaissance des pairs (69 %). Par contre, la rémunération est un sujet d'insatisfaction pour 67 % des sondés et la qualité générale de l'organisation des entreprises est remise en cause par la moitié des personnels.

Toujours au chapitre des récriminations, les 3 points les plus déplaisants du métier les plus souvent cités sont : la répétitivité des tâches (29 %) ; le sentiment de n'être qu'un "exécutant" (22 % en général contre 43 % dans les sociétés de services en ingénierie) et le manque de création (18 %).

Des métiers d'avenir

En regardant vers l'avenir, seules 57 % des personnes interrogées sont satisfaites de leurs perspectives de carrière. Dans les évolutions envisagées dans les 3 ans à venir, nous constatons que 37 % des personnes interrogées souhaitent devenir formateur, chargé d'affaires ou chef de projets. 33 % d'entre eux souhaitent encadrer une équipe, alors que seulement 16 % souhaitent prendre la responsabilité d'un bureau d'études et 12 % gérer un budget.

En résumé, les résultats de cette étude sur les métiers de la CAO sont globalement positifs et l'on constate même que les personnes qui sont arrivées récemment dans le métier sont plus satisfaites que leurs prédécesseurs. Les participants s'accordent à dire qu'il s'agit d'un métier intéressant et les plus jeunes du secteur pensent, qu'il s'agit d'un métier d'avenir. Enfin, si ces métiers sont vus comme difficiles par les anciens du secteur, les jeunes recrues les trouvent de moins en moins difficiles et 75 % les recommanderaient à leur proches. Ces nouveaux venus sont attirés par un métier qu'ils jugent comme un métier d'avenir, et un métier certainement pas alimentaire.

A quand le même type d'étude dans le domaine de la mécanique.

A la semaine prochaine.

Pour en savoir plus : http://www.cao-emplois.com

Jean-François Prevéraud, journaliste à Industrie & Technologies et l'Usine Nouvelle, suit depuis plus de 26 ans l'informatique industrielle et plus particulièrement les applications destinées au monde de la conception (CFAO, GDT, Calcul/Simulation, PLM...). Il a été à l'origine de la lettre bimensuelle Systèmes d'Informations Technologiques, qui a été intégrée à cette lettre Web hebdomadaire, dont il est maintenant le rédacteur en chef.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

« Implant Files » : pourquoi les implants médicaux sont dans la tourmente

« Implant Files » : pourquoi les implants médicaux sont dans la tourmente

C'est un nouveau scandale sanitaire. Après l'affaire des implants mammaires « PIP », une enquête du[…]

IRT Saint-Exupéry : les nouvelles plateformes technologiques opérationnelles

IRT Saint-Exupéry : les nouvelles plateformes technologiques opérationnelles

Drone à hydrogène : le rêve de deux start-up françaises

Drone à hydrogène : le rêve de deux start-up françaises

[Photo Tech] L’impression 3D mobile de bâtiments

[Photo Tech] L’impression 3D mobile de bâtiments

Plus d'articles