Nous suivre Industrie Techno

«Le» pôle de compétitivité chimie-environnement se lance à Lyon

Industrie et Technologies

Sujets relatifs :

,
Parmi la bonne centaine de pôles de compétitivité déclarés Axelera, en Rhône-Alpes, est le seul qui combine chimie et environnement. On saura mi juillet s’il est retenu. Ses fondateurs se disent très confiants.

Affaire rondement menée. En cinq mois les industriels et avec le soutien actif du Grand Lyon qui a financé un consultant (Ernst & Young Entreprises) ont monté le dossier du pôle de compétitivité Chimie-environnement en Rhône-Alpes. Il sera représenté par l’association Axelera créée mi juin avec pour membres fondateurs Rhodia, Arkema, Suez, IFP et le CNRS.

 Le président de l’association, Pascal Barthélémy de Rhodia souligne la volonté des entreprises et des collectivités locales (Grenoble et St Etienne sont associées) de réussir dans la création de ce pôle qui devra favoriser le dialogue entre tous les acteurs locaux et donner une image nationale et internationale de cette concentration d’industries et de moyens de recherche. Pour les partenaires c’est un moyen de mutualiser des moyens et des investissements, de développer des synergies, de cibler crédits et subventions et de mailler les filières chimie et environnement au niveau industriel et des services.

Pour Pascal Barthélémy, «il s’agit de passer d’une chimie curative de ses effets à une chimie d’avant-garde, intégrant l’écoconception tout en accroissant la maîtrise de sa relation à l’environnement et à la société (acceptabilité). L’ambition est de placer cette région lyonnaise et rhônalpine dans les cinq premières au niveau européen.»

Le fait nouveau dans la région ancrée dans sa tradition chimique et les secteurs avals comme le textile, la pharmacie, la plasturgie est d’associer étroitement l’environnement, un secteur récent et très dynamique au niveau lyonnais (association Appel des professionnels de l’environnement). Bruno Allenet de Suez et secrétaire de l’association, souligne que ce rapprochement chimie et environnement est très récent et Pierre Henri Bigeard de l’IFP et trésorier de l’association souligne l’orientation développement durable très marquée du projet.

Au niveau régional, la chimie pèse 25 000 emplois et 8 milliards d’euros, l’environnement 23000 emplois et 4,3 milliards d’euros, le textile 46000 emplois et la plasturgie 30000. Outre l’industrie, la région compte de nombreux centres de recherches publics et privés.

Axelera représente plus de 2000 chercheurs (environ 1500 au niveau du CNRS dans des unités mixtes et l’IFP et 500 avec les centres de recherches de Rhodia et d’Arkema). Des chercheurs déjà largement impliqués dans des programmes européens. Les PME-PMI sont aussi sollicitées pour entrer dans ce mouvement et dans l’association. Lors du lancement le 20 mai dernier, une trentaine étaient représentées et, au moins pour la chimie, environ 80 sont identifiées.

Trois axes stratégiques ont été définis pour faire passer la chimie actuelle à une chimie du futur : la catalyse, les procédés, les matériaux et en fil rouge toujours la préoccupation environnementale.

En catalyse cinq projets :
- bio-ressources,
- catalyseurs de polymérisation,
- expérimentation à haut débit,
- valorisation des alcanes,
- traitement des effluents
- capture du gaz carbonique.
On retrouve là des thèmes déjà bien étudiés dans des programmes de recherches communs comme Castor (séquestration du CO2 avec pour chef de fil européen l’IFP), l’expérimentation à haut débit (projet européen TopCombi piloté par l’Institut de recherche de la catalyse à Lyon).

En procédés cinq projets également :
- intensification des procédés,
- modélisation et contrôle des procédés,
- évaluation et maîtrise environnementale des procédés, traitement de l’eau,
- maîtrise du risque émanant des PBT.
Là encore des thèmes sont connus comme les microréacteurs, l’économie de matières premières et d’énergie, le recours à des matières premières renouvelables, en gros la “chimie verte“ même si l’expression déplait en France.

En matériaux deux projets :
- les surfaces et revêtements fonctionnels
- les mélanges polymères/charges et procédés associés. encore les thèmes sont connus.

Sur tous ces points Bruno Andral du CNRS remarque que la recherche est très active : toutes les disciplines de la chimie sont représentées et la région est l’un des quatre pôles chimie du CNRS, marquée par un fort partenariat avec les entreprises. De plus un institut des sciences analytiques devrait voir le jour d’ici 2010 et la région s’équipe de matériels exceptionnels comme cet appareil de spectroscopie RMN à 1000 MHz bientôt opérationnel.

Denis Bortzmeyer d’Arkema qui assure la vice présidence évalue à environ 400 M€ le poids financier du projet si l’on inclut les chercheurs qui s’y consacrent et les investissements liés ainsi que les programmes existants, ceci sur une période de six ans. Un effort qui devrait engendrer 500 à 600 M€ d’optimisation des coûts et plus de 700 M€ de chiffre d’affaires supplémentaires.

Promis juré, Axelera sera une structure dynamique et réactive, il ne s’agit pas de remettre une couche de remplissage de dossiers sur tout ce qui existe mais bien de favoriser le dialogue et lancer des ponts entre activités.

Christian Guyard

Pour en savoir plus
- www.axelera.org


 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Dossier composites : comment ils vont surpasser les métaux

Dossiers

Dossier composites : comment ils vont surpasser les métaux

Les composites ne cessent d'innover pour rester compétitifs face aux autres matériaux. L'innovation porte sur les matériaux eux-mêmes, mais aussi sur[…]

Les colloques à venir - Au 12 juin 2009

Agenda

Les colloques à venir - Au 12 juin 2009

Les Nanotechnologies, vous connaissez ?

Les Nanotechnologies, vous connaissez ?

IT 911 mai 2009

IT 911 mai 2009

Plus d'articles