Nous suivre Industrie Techno

Le plus grand bateau du monde exploitera le gaz sous-marin

H. L.

Sujets relatifs :

,

Dense et facilement transportable, le gaz naturel liquéfié (GNL) est en plein essor. Extrait des plates-formes off-shore, le gaz naturel est aujourd'hui acheminé jusqu'aux unités de liquéfaction, à terre, via des gazoducs. Le projet Prélude devrait changer la donne en centralisant tout le procédé sur la plus vaste structure flottante jamais conçue. Sa mise à l'eau est prévue pour 2017 au large de l'Australie. Compacité, stabilité, sécurité... Les défis ne manquent pas pour les partenaires impliqués : Technip, Shell et Samsung. Visite guidée.

PRÉLUDE EN CHIFFRES

Production annuelle : 3,5 millions de tonnes de gaz liquide par an - Longueur : 488 mètres - Largeur : 74 mètres - Capacité de stockage : 436 000 m3 - Poids total : 600 000 tonnes

ANCRAGE ASTUCIEUX

Point d'ancrage du navire, la tourelle est un cylindre creux traversant le nez du bateau. Elle fait office de robinet et centralise l'arrivée du gaz provenant des forages sous-marins. Grâce à un système de roulement, le bateau peut pivoter autour cet axe pour présenter une résistance minimale aux aléas du vent et de la houle.

AUTOSUFFISANCE ÉNERGÉTIQUE

Une centrale thermique garantit l'autosuffisance énergétique de Prélude. Ses générateurs brûlent une partie des gaz traités pour produire l'électricité nécessaire à la production.

CONCENTRATION DU PROCÉDÉ

Le traitement du gaz brut constitue le coeur de l'activité. Pompé à 80 bars, le gaz est d'abord purifié. Sa composition est ramenée à celle du gaz naturel standard. Il subit ensuite une liquéfaction à - 162 °C. Ce traitement lourd doit être réalisé sur une surface deux fois moindre que sur la terre ferme. Le tout sans nuire à la stabilité du navire. Un véritable casse-tête dont la résolution passe par la verticalisation des installations et la miniaturisation des structures.

STOCKAGE EN TOUTE STABILITÉ

La coque constitue un immense stock de GNL. Innovation notable : la soute est scindée en deux réservoirs longitudinaux. Une disposition inédite pour atténuer le va et vient des produits liquides accompagnant le tangage. Elle stabilise ainsi le bateau face aux conditions de mer extrêmes de la côte australienne.

DÉCHARGEMENT EN DOUCEUR

Lors de cette dernière étape, le GNL est transféré sur des méthaniers. Cette opération requiert un système d'amarrage d'une souplesse inédite. Il doit absorber les roulis respectifs des deux navires en conditions de mer extrêmes sans perturber le transit du GNL.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0936

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2011 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Enedis se mobilise après le passage d'Irma

Enedis se mobilise après le passage d'Irma

Le +. RéactivitéLes 6 et 7 septembre, l'ouragan Irma ravageait les îles antillaises de Saint-Martin et Saint-Barthélemy. Face à l'ampleur des dégâts,[…]

01/10/2017 | TENDANCES
Du graphène pour les piles à combustible

Du graphène pour les piles à combustible

La pérovskite enflamme les recherches sur le photovoltaïque

La pérovskite enflamme les recherches sur le photovoltaïque

Des fondations gravitaires pour les éoliennes

Des fondations gravitaires pour les éoliennes

Plus d'articles