Nous suivre Industrie Techno

La semaine de Jean-François Prevéraud

Le PLM se diffuse dans (l')Industrie

Industrie et  Technologies
Semaine difficile s'il en est : Industrie 2006 à Villepinte, le JEC sur les composites à la Porte de Versailles et partout de la CFAO. Mais tous comptes faits, n'est-ce pas normal de trouver les outils de conception et de préparation de la fabrication au


Pas de Micad au printemps cette année. Les vicissitudes économiques ont contraint son organisateur historique à le céder à Exposium qui a décidé de le déplacer en décembre, en le couplant avec Mécanelem et Elec au sein de SC&S Automation. Epiphénomène ou réelle tendance, force est de constater que dans beaucoup de secteurs les outils informatiques trouvent maintenant leur place au sein des salons métiers. Hormis pour les informaticiens (et encore), l'informatique n'est pas un objectif des industriels mais bien un outil au service de leur course à la productivité, tout comme une machine-outil, un robot, un composant ou un matériau plus performant.

IND-ao au sein d'Industrie 2006 en est bien l'illustration. Faut-il maintenant parquer les exposants CFAO dans une zone bien identifiée ou les répartir au milieu des autres stands, c'est une affaire de goût et de marketing que je me garderais de trancher. Le principal est bien que la CFAO-Mécanique soit présente au sein du principal salon dédié à l'industrie mécanique en France et que les 100 000 visiteurs attendus aient eu l'occasion d'en voir quelques bribes. Et présente, elle l'a été.

Après avoir échappé aux rafales bruyantes des poinçonneuses de tôles, évité les coups des robots manipulant une Formule 1 à bout de bras, dompté (du regard) deux tigres dans leur cage, résisté aux avances de la bimbo lavant sa Corvette pour promouvoir l'usage de je ne sais quel produit, franchit le barrage des machines-outils, je suis finalement arrivé dans l'enceinte d'IND-ao. Les palissades en moins, on se serait crû dans le petit village gaulois d'Astérix, cerné par des légions de MOCN. Faut-il dans ces conditions, s'étonner que la plupart des annonces et des nouveaux produits aient trait à la FAO ? Mais avec environ 70 exposants, quand même bien l'ensemble de l'offre CAO/FAO/GDT/PLM/Simulation qui était représentée. Voici donc ce que j'ai pu remarquer au fil des stands.

Chez les généralistes

Du côté des généralistes on insistait bien sûr sur l'aspect FAO de l'offre, mais il n'y avait que peu d'annonces dans ce domaine. Ainsi chez Dassault Systèmes une micro machine-outil fraisait bien un petit moteur, mais la seule annonce portait sur la disponibilité de Fluent for Catia V5 dans le domaine de la mécanique des fluides.

PTC de son côté présentait sa nouvelle version Pro/Engineer Wildfire 3.0 (voir notre lettre N°145), ainsi que le moteur de publication automatisé de documents professionnels Arbortext Advanced Print Publisher 9.0 annoncés récemment.

Pas d'annonce chez UGS, mais une présentation de l'offre complète avec notamment Tecnomatix qui vient épauler les outils d'usine numérique déjà présents, ainsi que Velocity Series, l'offre orientée PME qui s'articule autour de Solid Edge pour la conception, Femap pour la simulation et Teamcenter Express pour la GDT.

Chez Autodesk c'était déjà 2007, comme nous l'indiquions dans notre précédent numéro. En effet, les versions 2007 de l'ensemble des logiciels de l'éditeur sont maintenant officiellement présentées, avec notamment Inventor 11. Mais le plus important était peut-être ailleurs, nous avons ainsi remarqué sur l'un des poteaux du stand un discret poster où les différents logiciels auteurs, de gestion, de communication et de services via Internet, proposés par Autodesk, étaient mis en scène dans une approche typiquement PLM, à la manière de ce que font les grands éditeurs du domaine. Manifestement Autodesk n'entend pas leur laisser le champ libre !

Chez SolidWorks, outre le lancement des versions pour Windows x64 de ses logiciels SolidWorks et Cosmos, l'éditeur annonçait que le logiciel d'analyse dynamique CosmosMotion fait maintenant partie de l'offre Office Premium. Petit clin d'Å“il, SolidWorks pour assurer la promotion de son outil de communication eDrawings, vient de publier un petit opuscule baptisé eDrawings pour les nuls. Il reprend dans le célèbre format la description des fonctionnalités de cet outil et offre un mini-CD comportant les versions Standard et Professionnelle d'eDrawings. Cette dernière étant toutefois proposée uniquement en version d'essai pour 15 jours.

Du coté de la FAO

Delcam lançait la version française de son logiciel FeatureCAM où la programmation de l'usinage se fait automatiquement via la reconnaissance des entités fonctionnelles.

DP Technology montrait son dernier-né Esprit Mold, une solution de FAO 3 et 5 axes qui, comme son nom l'indique, est destinée aux moulistes. A partir de la connaissance de l'état de la pièce au cours des usinages, de celle de la matière restante, de la simulation et de la vérification des opérations, ce logiciel assure la programmation fiable et rapide de tout un ensemble d'opérations d'usinage 3 axes. Il dispose pour cela d'une vingtaine de stratégies de fraisage, tant en 2 ½ qu'en 5 axes, qu'il peut conjuguer pour obtenir des trajectoires d'outil optimisées. Il peut aussi faire appel aux axes A et B pour incliner les outils et donc utiliser des outils plus courts, donc plus rigides, ce qui améliore la qualité des surfaces.

Chez Mastercam c'est la version X R2 qui était à l'honneur en avant-première, puisqu'elle ne sera diffusée que le mois prochain. Elle est dotée d'un nouveau module d'usinage 5 axes simultanés, qui propose des stratégies propres à certains secteurs industriels. Rappelons que Mastercam X, lancé l'été dernier, a bénéficié de la part de son éditeur CNC Software d'une totale réécriture, afin de pouvoir supporter de multiples évolutions dans les domaines de la modélisation surfacique, de l'usinage 5 axes ou de l'UGV. Il a aussi été complété en début d'année par un nouveau module d'électroérosion à fil.

Missler Software présentait la version 2006 de TopSolid'Cam qui apporte des améliorations importantes, notamment pour les moulistes et le secteur de l'aéronautique. Il devient ainsi possible de transformer automatiquement un parcours d'outil 3 axes en un parcours 5 axes, ce qui autorise l'utilisation d'outils plus courts et favorise ainsi des conditions de coupe en diminuant les vibrations. De même, l'usinage des poches en 5 axes s'automatise avec notamment une finition des parois en roulant.

Tebis présentait de son côté la version 3.3 R5 de son logiciel qui comporte un module de découpe fil 4 axes Twire. Son originalité réside dans sa capacité à traiter de multiples types de géométries (2D DXF, 3D surfacique ou solide) avec gestion automatique par gamme métier. Tebis présentait aussi une application métier pour le détourage par fraisage 5 axes, Ttrim, utilisable notamment sur les pièces composites.

Sur le stand Sescoi c'est l'ERP qui était en vedette avec l'annonce du logiciel de gestion de projets MyWorkPlan. Celui-ci destiné aux PME, vise à les aider à capitaliser facilement leur savoir-faire en terme de devis, de suivi commercial et de planning. Notons qu'en entrée, un Analyzer lit les modèles CAO issus de la plupart des systèmes de CAO du marché. Enfin, ce logiciel travaille en harmonie avec tous les logiciels métiers, notamment les feuilles de calcul, que les entreprises ont pu développer pour leurs besoins. Nous aurons l'occasion d'y revenir.
Côté FAO, Sescoi mettait en avant la version 19 de son logiciel de FAO WorkNC avec de nouveaux parcours d'usinage haute vitesse ou de matériaux durs. Notons aussi une nouvelle interface graphique plus attrayante, et un module Auto 5 qui convertit les parcours 3 axes en parcours 5 axes simultanés. Sescoi va par ailleurs participer à l'automne à un projet d'UGV 5 axes en partenariat avec le Cetim et Fidia.

Nous avons aussi remarqué

Le distributeur nantais Abisse mettait en avant la suite d'outils RuleDesigner de son commettant italien Engineering. Cette suite, destinée aux PME, comporte un outil de GDT avec un module de travail collaboratif, ainsi qu'un configurateur produit.

Beau succès chez Adobe où la salle de présentation d'Acrobat 3D n'a pas désempli. Il faut dire que cette technologie qui permet à tout à chacun de recevoir et de manipuler des modèles 3D sans avoir autre chose que Acrobat Reader intéresse beaucoup de PME. Preuve en est, l'intégrateur Spring Technologies prend la distribution d'Acrobat 3D ainsi que l'intégration de l'ensemble des solutions serveurs Adobe LiveCycle.

AutoForm Engineering présentait sa suite de logiciels de conception, de simulation et d'optimisation d'outils d'emboutissage AutoForm 4.0, toute auréolée d'un des 5 Trophées d'Industrie 2006 sur l'excellence en productivité. Celui-ci a été tout spécialement décerné à son module AutoForm-Sigma, qui analyse la robustesse et l'influence des paramètres sur le process d'emboutissage, en vue de son optimisation automatique. Quelques nouveautés de la prochaine version 4.1 étaient aussi évoquées comme la compensation du retour élastique ou l'intégration avec Catia V5.

Le Cetim était l'un des (trop) rares exposants à mettre en avant le calcul notamment sa nouvelle offre pour le dimensionnement des éléments de machines issue de son récent accord avec l'éditeur suisse KISSOft (voir notre lettre N°146). Il assurait aussi la promotion de l'offre de travail collaboratif en mode ASP de la plate-forme Pi3C au capital de laquelle il participe.

Le distributeur Hitex complète son portefeuille de produits. Il prend ainsi l'importation du logiciel NCspeed de l'éditeur allemand Formtec, qui adapte la vitesse d'avance en chaque point d'un programme CN en fonction du volume de matière réellement enlevé en ce point. Il s'ensuit une amélioration de la qualité de la surface usinée en évitant les variations de la flexion de l'outil et ses vibrations. Hitex prend aussi la distribution d'Expressus, l'outil de visualisation des fichiers CAO de l'éditeur japonais Comapplix, ainsi que de Proficiency Gateway, la plate-forme d'échange de modèles CAO de Proficiency.

Micado a profité de l'occasion pour présenter son salon en ligne Virtual PLM dont nous vous avons déjà parlé dans le N° 145. L'association a aussi annoncé la tenue de ses prochains Etats Généraux à Sedan les 27 et 28 septembre prochain. Les thèmes retenus cette année pour les débats seront la simulation numérique et le travail collaboratif.

Chez Trace Software le logiciel de calcul et de schématique électrique TR-Ciel a été présenté en version 3. Celle-ci apporte une sélectivité plus "intelligente" lors de l'élaboration du synoptique et du choix d'un équipement, quel que soit le nombre de dispositifs de protection en amont. Il est aussi possible d'exporter les schémas unifilaires au format DWG avec foliotage par répartiteurs, enfin un nouveau module d'édition paramétrable des notes de calcul a aussi été présenté. De son côté, le logiciel Trace Elec Pro s'enrichit de modules de routage automatique de câbles et de création d'araignée de câblage.

Enfin, le prototypage rapide n'était pas en reste puisque 3D Systems présentait sa nouvelle imprimante 3D InVision LD, que nous avons présenté récemment dans ces colonnes, dont l'un des mérites est de ne coûter que 14 k€.

Pour un peu, je me serai crû ... au Micad.

A la semaine prochaine.

Jean-François Prevéraud, journaliste à Industrie & Technologies et l'Usine Nouvelle, suit depuis plus de 24 ans l'informatique industrielle et plus particulièrement les applications destinées au monde de la conception (CFAO, GDT, Calcul/Simulation, PLM...). Il a été à l'origine de la lettre bimensuelle Systèmes d'Informations Technologiques, qui a été intégrée à cette lettre Web hebdomadaire, dont il est maintenant le rédacteur en chef.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

« Implant Files » : pourquoi les implants médicaux sont dans la tourmente

« Implant Files » : pourquoi les implants médicaux sont dans la tourmente

C'est un nouveau scandale sanitaire. Après l'affaire des implants mammaires « PIP », une enquête du[…]

IRT Saint-Exupéry : les nouvelles plateformes technologiques opérationnelles

IRT Saint-Exupéry : les nouvelles plateformes technologiques opérationnelles

Drone à hydrogène : le rêve de deux start-up françaises

Drone à hydrogène : le rêve de deux start-up françaises

[Photo Tech] L’impression 3D mobile de bâtiments

[Photo Tech] L’impression 3D mobile de bâtiments

Plus d'articles