Nous suivre Industrie Techno

abonné

Le plasma froid d’azote pour sécher et désinfecter les endoscopes

Jean-François Preveraud

Sujets relatifs :

, ,
Le plasma froid d’azote pour sécher et désinfecter les endoscopes

Le PlasmaTyphoon est 10 fois plus performant que ses concurrents

© DR

PlasmaBiotics, entreprise française spécialisée dans la conception, le développement et la commercialisation de solutions innovantes basées sur un plasma froid d’azote à pression atmosphérique, lance en première mondiale une unité plasma pour le séchage rapide des canaux d’endoscopes.

Issue de plus de dix années de recherche sur les plasmas à pression atmosphérique menées avec le CNRS, l'unité PlasmaTyphoon assure le séchage rapide des canaux d’endoscopes. Dix fois plus rapide que les dispositifs existants, elle utilise les[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Une nouvelle étude relance le débat sur l'efficacité du bamlanivimab contre le covid-19

Une nouvelle étude relance le débat sur l'efficacité du bamlanivimab contre le covid-19

Une étude parue dans Clinical Infectious Diseases le 13 avril indique que le bamlanivimab, l'anticorps monoclonal anti-Covid-19 d'Eli[…]

Covid-19 : des projets de vaccins sous forme de spray nasal pour cibler le virus dès son entrée dans le corps

Covid-19 : des projets de vaccins sous forme de spray nasal pour cibler le virus dès son entrée dans le corps

L’Agence européenne des médicaments établit que la thrombose est un effet secondaire « très rare » du vaccin AstraZeneca

L’Agence européenne des médicaments établit que la thrombose est un effet secondaire « très rare » du vaccin AstraZeneca

AstraZeneca : « L’erreur d’administration ne suffit pas, à elle seule, pour expliquer les cas de thromboses », estime Philippe Nguyen, président du GFHT

AstraZeneca : « L’erreur d’administration ne suffit pas, à elle seule, pour expliquer les cas de thromboses », estime Philippe Nguyen, président du GFHT

Plus d'articles