Nous suivre Industrie Techno

Le Parlement européen veut systématiser le numérique dans la conception des bâtiments publics

Jean-François Preveraud
Le Parlement européen veut systématiser le numérique dans la conception des bâtiments publics

© DR

Dans le cadre de la directive ‘‘Marchés publics’’ les autorités européennes recommandent l’usage des technologies numériques lors des appels d’offres et concours de projets publics. Une démarche qui trouve tout son sens dans le monde de la construction et qui devrait accélérer son basculement vers le BIM.

Le Parlement européen vient d’adopter en début d’après-midi la directive européenne ‘‘Marchés publics’’ qui recommande entre autres l’utilisation de processus numériques tels que la modélisation des données du bâtiment (BIM - Building Information Modeling) lors des appels d’offres et concours de projets publics.

Rappelons que le BIM permet aux équipes projet (architectes, ingénieurs, entreprises de construction, propriétaires de bâtiments et d’infrastructures, exploitants…) de travailler de manière collaborative en s’appuyant sur des maquettes numériques 3D intelligentes, tout au long du cycle de vie des projets. A la différence des plans classiques en 2D, les données d’un projet piloté via le BIM demeurent cohérentes, coordonnées, précises et riches, indépendamment du nombre de modifications apportées et de leurs auteurs. Ce qui permet d’accélérer l’élaboration et la réalisation des projets de bâtiments et d’infrastructures, tout en réduisant les coûts de construction et d’exploitation.

L’adoption de cette directive européenne ‘‘Marchés publics’’ signifie que les 28 Etats membres de l’Union Européenne pourront tous encourager, spécifier ou rendre obligatoire d’ici à 2016 l’utilisation du BIM pour les projets de construction et de bâtiments financés par des fonds publics. La Grande-Bretagne, les Pays-Bas, le Danemark, la Finlande et la Norvège imposent d’ores et déjà cette condition à leurs marchés publics dans le bâtiment.

Une justification économique

Le recours aux technologies numériques se justifie pleinement d’un aspect économique. Ainsi notre confrère britannique Construction News estime que le Gouvernement britannique aurait économisé 1,7 milliard de livres (environ 2 milliards d’euros) sur les grands projets de bâtiments publics depuis 2012 et que 66 % des projets de la MPA (Major Project Authority) sont désormais réalisés dans les délais et le budget impartis, un progrès spectaculaire par rapport à la proportion de 33 % observée en 2010.

De son côté, la Commission européenne estimait dans une étude publiée en 2012 que les entités publiques européennes qui ont déjà mis en œuvre des solutions d’appels d’offres dématérialisées enregistrent des économies comprises entre 5 % et 20 % de leurs dépenses d’achat.

Cette adoption de la directive européenne ‘‘Marchés publics’’ est unanimement saluée par les différentes catégories d’acteurs concernés. « La recommandation votée aujourd’hui confirme une tendance de fond : le train du BIM est lancé ! Les enjeux, comme les changements qu’imposent le BIM, sont une étape majeure dans le travail des acteurs du bâtiment, qu’ils soient architectes, ingénieurs ou maîtres d’œuvre. Le passage au BIM sera encore plus marquant que celui de la table à dessins à la CAO. Il est certain que travailler sur un seul modèle 3D intelligent change toute la manière de gérer les projets », estime ainsi Bernard Coudert, président du GEPA, organisme de formation des architectes et des acteurs du cadre de vie.

Des acteurs motivés

« L’adoption du BIM pour 95 % de nos projets a donné à nos architectes une compréhension large et cohérente de chaque projet. Le BIM permet une meilleure conception et une meilleure maintenance du bâtiment. Il offre également de nombreux avantages pour le maître d’ouvrage dans la gestion du patrimoine. De plus, la maquette numérique aide à développer la créativité et l’innovation exigées pour mettre en place une conception durable. Avec 8 ans d’expérience, nous avons pu apprécier la facilité de conception avec la maquette numérique », explique quant à lui Jacques Lévy-Bencheton, architecte, DSI et BIM manager du cabinet Brunet Saunier Architecture.

Enfin, Roland Zelles, vice-président EMEA d’Autodesk, éditeur très largement impliqué dans la démarche BIM, estime que : « pour la première fois, l’UE invite ses Etats membres à envisager l’utilisation des nouvelles technologies pour moderniser et optimiser les procédures de passation des marchés publics. Le vote d’aujourd’hui représente un grand pas en avant pour l’UE et ses membres. La vaste adoption du BIM dans le secteur AEC en Europe permettrait non seulement de réduire le coût des projets de bâtiments à financement public dans l’UE, mais aussi de donner un formidable coup de pouce à la compétitivité des industriels européens pour remporter des marchés internationaux dans le bâtiment. »

Jean-François Prevéraud

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Le projet Euroglider de planeur à motorisation électrique valide son concept en vol

Le projet Euroglider de planeur à motorisation électrique valide son concept en vol

Rassemblant une association, des industriels et des écoles d'ingénieurs, le projet Euroglider vise à créer un[…]

Electriques, connectés, autonomes... les véhicules de l'IAA qui (re)donnent le sourire

Electriques, connectés, autonomes... les véhicules de l'IAA qui (re)donnent le sourire

Le design génératif offre une cure de jouvence au minibus Volkswagen

Le design génératif offre une cure de jouvence au minibus Volkswagen

Vers le prototypage fonctionnel

Vers le prototypage fonctionnel

Plus d'articles