Nous suivre Industrie Techno

Le pacemaker coupe les fils

Ludovic Fery

Sujets relatifs :

, ,
Le pacemaker coupe les fils

L'électrode est activée grâce aux ultrasons.

© DR

Les stimulateurs cardiaques envoient des impulsions électriques dans l’organe à travers les fils de sondes. Un nouveau concept utilise une sonde sans fil.

Pannes, complexité de l’acte chirurgical, infections… Les sondes traditionnelles du pacemaker représentent à plus d’un égard un danger pour le patient implanté. Chez certains insuffisants cardiaques, elles sont au nombre de trois, la plus compliquée à installer étant celle du ventricule gauche, car il faut faire passer le fil de la sonde par l’oreillette droite.

La start-up britannique EBR Systems et Cambridge Consultants, une filiale du groupe Altran, ont conçu un nouveau dispositif qui ne nécessite plus qu’un seul fil. La deuxième sonde est en effet fichée dans la paroi du ventricule gauche, et activée par un générateur d’ultrasons implanté au niveau du thorax.



              
Le générateur d'ultrasons est activé par l'énergie de contraction du ventricule droit (sur la gauche).


Ce générateur fonctionne en fait comme un minuscule récupérateur d’énergie : il convertit l’énergie mécanique de la contraction du ventricule droit en un signal qui active l’électrode du ventricule gauche. La communication se faisant très rapidement, les deux ventricules battent de façon synchrone, d’une façon qui serait plus ''naturelle'' qu’avec les pacemakers classiques, explique le constructeur.

Le stimulateur d’EBR Systems a d’ores-et-déjà été implanté avec succès en Europe dans le cadre d’un essai clinique.

Ludovic Fery

Pour en savoir plus : www.cambridgeconsultants.com

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Tests salivaires, batterie de Tesla et réalité virtuelle… le best of de la semaine

Tests salivaires, batterie de Tesla et réalité virtuelle… le best of de la semaine

La haute autorité de la santé (HAS) a statué : les tests salivaires sont à réserver aux malades[…]

A l'université de Liège, « nous allons tester au Covid-19 30 000 étudiants et personnels chaque semaine par RT-PCR salivaire », clame Fabrice Bureau

A l'université de Liège, « nous allons tester au Covid-19 30 000 étudiants et personnels chaque semaine par RT-PCR salivaire », clame Fabrice Bureau

40000 étudiants et enseignants testés 2 fois par semaine sur un campus de l'Illinois : ce dépistage du Covid-19 par tests salivaires dont se prive la France

40000 étudiants et enseignants testés 2 fois par semaine sur un campus de l'Illinois : ce dépistage du Covid-19 par tests salivaires dont se prive la France

Dépister massivement grâce aux tests PCR salivaires : la HAS dit non… pour le moment

Dépister massivement grâce aux tests PCR salivaires : la HAS dit non… pour le moment

Plus d'articles