Nous suivre Industrie Techno

Le Moteur Moderne prêt pour l'Euro 5

Sujets relatifs :

,
- Le Moteur Moderne est la première entreprise indépendante à disposer d'une cabine d'analyse de gaz d'échappement répondant à la norme Euro 5.

Les nouvelles limites imposées par la réglementation européenne avec la norme Euro 5 en matière de rejets de particules dans les gaz d'échappement des véhicules automobiles entreront en vigueur dès janvier 2008. Ces mesures prescrivent notamment des taux de NOx et de CO2 de plus en plus stricts afin de réduire l'impact négatif de ces matières sur notre environnement.

Garantir l'exactitude des mesures

Qui dit limitation des rejets dit nécessairement banc de test. Les grands constructeurs qui font la mise au point de véhicules neufs et l'Utac (Union technique de l'automobile, du motocycle et du cycle), chargé de vérifier que les nouveaux modèles respectent bien ces dispositions, se sont déjà équipés. Mais aucune entreprise indépendante amenée à faire des essais ou des vérifications n'avait encore investi dans une installation de ce type.

Le Moteur Moderne, entreprise de 130 personnes installée à Palaiseau (Essonne), est centré sur la mise au point des véhicules et la recherche sur les moteurs pour le compte des constructeurs et des équipementiers. Il a décidé, en août 2005, d'investir 3 millions d'euros dans un banc avec une installation d'analyse de gaz. Les travaux se sont déroulés de novembre 2005 à septembre 2006 et ont été confiés à Horiba, spécialiste de l'analyse de gaz, qui a réalisé le système.

Les normes Euro 5 demandent de mélanger les gaz de combustion à de l'air absolument sec et pur avant d'analyser le résultat obtenu à une distance prescrite. Deux solutions étaient envisageables : soit prendre de l'air de la cellule, soit de l'air de l'extérieur. La deuxième solution a été choisie parce que moins onéreuse et plus simple à mettre en oeuvre.

Pour garantir l'exactitude des mesures, l'air utilisé doit contenir moins de 2 g d'eau par kilo d'air sec, à une température de 20 °C. Les taux à mesurer sont tellement faibles, qu'il faut une qualité d'air parfaite. Le plus délicat est d'enregistrer les taux de polluants rajoutés dans l'air. Tout cela a nécessité l'achat d'analyseurs très précis.

Purifier l'air extérieur avant toute analyse

L'équipement, qui occupe près de 100 m2, comporte un étage technique avec toute la machinerie. L'air extérieur est asséché à l'aide d'une unité autonome à 20 °C par un déshydrateur à absorption avec un sel absorbant dont le principe a été inventé par Munters. L'air avant traitement est pris à l'extérieur du bâtiment (descendu au préalable à la température de 8 °C) et entre ensuite dans l'unité Munters à travers des filtres avant de passer dans le déshydrateur à absorption. L'air, qui ressort chaud de l'appareil, est à nouveau refroidi pour obtenir 20 °C au soufflage. Avant cette opération, il passe sur une batterie de filtres à charbon actif afin de le purifier des hydrocarbures, puis est mélangé au gaz d'échappement avant d'arriver aux analyseurs Horiba.

Tout a été fait pour optimiser la régulation et donc fournir des essais répétables quelles que soient les conditions extérieures : la salle de stockage des véhicules est à température constante de 22 °C (± 2 °C) et la température ambiante de la cellule régulée à 22 °C (± 1 °C) avec une hygrométrie à 45 % (± 5 %).

Le banc à rouleaux Maha est capable de tester des véhicules essence ou diesel jusqu'à 3,5 t en mode traction ou propulsion. Un système complet d'acquisition enregistre les paramètres de banc, les données des rouleaux, les analyses de gaz, les températures et les données analogiques spécifiques des cycles étudiés. -

EN BREFLE PROBLÈME

- Tous les véhicules légers vont devoir respecter une nouvelle réglementation qui oblige à revoir les bancs d'essai et de contrôle.

LA SOLUTION

- Le Moteur Moderne a fait l'acquisition d'une cellule de contrôle Horiba équipée de filtres et d'un sécheur d'air par absorption Munters qui assure que ce dernier contient moins de 2 g d'eau par kilo d'air.

UNE DÉSHUMIDIFICATION PERMANENTE

- Élément essentiel de l'installation, le système de déshumidification Munters est basé sur le principe de l'absorption de l'humidité par une roue dont la structure en nid-d'abeilles est imprégnée d'un sel hygroscopique. Cette roue, qui tourne en permanence à 8 tr/h, est traversée par deux flux d'air. Le premier, qui occupe les trois quarts du volume, est utilisé pour déshumidifier l'air, le second utilise le quart restant pour la régénérer.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0889

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2007 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies