Nous suivre Industrie Techno

Le MIT améliore la relation homme/cuisine

Nadège Aumond

Sujets relatifs :

,
- Des chercheurs du laboratoire américain explorent notamment l'usage de la réalité augmentée pour rendre plus commode l'univers de la cuisine.

Le Jacques Tati de Mon Oncle a trouvé plus fort que lui. À l'occasion de la dernière conférence internationale sur l'interface homme/machine (Interact) qui a eu lieu à l'automne dernier, le Counter Intelligence Group, équipe de l'éminent Media Lab du MIT, a fait un point sur ses travaux concernant la cuisine de demain. Objectifs, faciliter la vie de l'usager, améliorer sa sécurité, économiser de l'énergie et lui offrir de nouvelles expériences. Dans ce cadre, l'équipe invente et teste de nouveaux ustensiles, de nouveaux appareils électroménagers et des moyens de communication appliqués à l'univers de la cuisine.

Parmi les axes explorés, un des plus importants est la réalité augmentée. Il s'agit de projeter des informations sous forme de textes ou d'images sur les différents éléments de la cuisine pour renseigner ou avertir l'usager de l'état de fonctionnement des appareils. Ainsi, le réfrigérateur montre ce qu'il contient. Une photo prise à chaque fermeture de la porte est projetée sur cette dernière afin d'éviter les ouvertures prolongées pendant que l'on se demande ce que l'on va bien pouvoir manger ce soir, réduisant par là même les dépenses d'énergie inutiles.

De même, en un coup d'oeil, l'usager sait si le lave-vaisselle est propre ou sale, vide, à moitié plein ou plein. Si la bouilloire est en train de chauffer (dans ce cas des flammes viennent animer l'arrière des plaques chauffantes) ; ou encore l'image de la neige qui tombe et s'accumule avec, en bruit de fond, le blizzard qui souffle indique à celui qui a ouvert le réfrigérateur depuis combien de temps la porte est ouverte et quelle quantité d'énergie a été dépensée... De nombreux scénarios ont été imaginés et testés auprès d'utilisateurs afin d'évaluer leur valeur ajoutée et surtout leur caractère intuitif.

Une machine à "fabriquer" la vaisselle

Beaucoup d'astuces, sans forcément beaucoup de technologies. Le but principal de l'équipe est avant tout de travailler sur l'interface homme/machine. Cette cuisine tire néanmoins son intelligence d'un système de capteurs, de caméras et de vidéoprojecteurs pilotés par un PC. Elle est ainsi capable d'appréhender la pièce dans son ensemble et la position de l'usager à l'intérieur de cette espace qui devient alors totalement interactif. L'évier se met automatiquement à la bonne hauteur dès qu'une personne s'en approche (fini le mal de dos !). Ou encore, au fur et à mesure que les instructions de la recette défilent sur la porte du placard, le prochain ustensile nécessaire est localisé (grâce aux étiquettes RFID) et indiqué au cuisinier : des flèches projetées guident son regard jusqu'à une poignée qui clignote, celle du placard qui contient l'objet en question.

La liste est interminable tellement l'équipe du Counter Intelligence, menée depuis quelques années par Ted Selker, fourmille d'idées.

La plus prospective est sans aucun doute : le DishMaker, littéralement la "machine à fabriquer la vaisselle". Cet appareil, de la taille d'un lave-vaisselle, produit à la demande assiettes, bols, tasses ou plats. Puis, une fois le repas fini, il les recycle tout simplement. Adieu buffet et lave-vaisselle ! Cet appareil d'un genre nouveau forme une assiette toutes les 90 secondes en chauffant de la résine acrylique non-toxique avec une résistance de grille-pain. Le recyclage s'effectue lui à une température d'environ 150 °C.

EN BREFLA RÉALITÉ AUGMENTÉE

- Améliore la sécurité en indiquant ce qui est chaud ou froid (eau, four...) - Diminue la consommation d'énergie en indiquant depuis combien temps l'eau coule ou la porte du réfrigérateur est ouverte - Apporte du confort et une aide à la cuisine en indiquant la cuisson des aliments, où se trouvent les ustensiles, ou encore les étapes pas à pas d'une recette

UN ROBINET PRÉVENANT

Le Counter Intelligence Group a mis au point de nombreux dispositifs pour diminuer les risques d'accident et la consommation d'énergie dans la cuisine. Le HeatSink en est le meilleur exemple. Ce dispositif, composé de Led qui s'intègrent en bout d'un robinet, colore l'eau en rouge ou en bleu selon la température. Côté énergie et gaspillage, l'équipe du MIT a opté pour un rappel en douceur comme la projection d'une image d'une piscine qui se remplit avec en bruit de fond une cascade lorsque le robinet coule...

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0874

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2006 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

LES CHAMPIONS DES PUBLICATIONS SCIENTIFIQUES

LES CHAMPIONS DES PUBLICATIONS SCIENTIFIQUES

Une belle reconnaissance du CNRS à l'étranger ! L'établissement public de recherche est le deuxième organisme ayant le plus publié d'articles[…]

01/05/2011 | TENDANCESLE BAROMÈTRE
LES ROBOTS S'ATTAQUENT AUX SERVICES

LES ROBOTS S'ATTAQUENT AUX SERVICES

SANTÉ : CINQ BIOTECHNOLOG IES QUI VONT TOUT CHANGER

SANTÉ : CINQ BIOTECHNOLOG IES QUI VONT TOUT CHANGER

25 PROJETS EN QUÊTE DE VALORISATION

25 PROJETS EN QUÊTE DE VALORISATION

Plus d'articles