Nous suivre Industrie Techno

Le microlanceur de Virgin Orbit ne va pas au bout de son premier vol orbital

Le microlanceur de Virgin Orbit ne va pas au bout de son premier vol orbital

Lâché depuis un Boeing 747-400, le microlanceur de Virgin Orbit n'est pas allé au bout de sa course.

© Virgin Orbit

Virgin Orbit a effectué sa première tentative de vol orbital le 25 mai au large de la Californie (Etats-Unis). Emmené en altitude sous l’aile d’un Boeing 747-400 puis lâché avant d’allumer son moteur, le microlanceur de l’entreprise américaine n’est pas allé au bout de sa mission.

Virgin Orbit a effectué sa première tentative de vol orbital le 25 mai. Baptisé LauncherOne, son micro-lanceur a été emmené sous l’aile gauche d’un Boeing 747-400 ayant décollé de l’aéroport de Mojave (Californie, Etats-Unis), avant d’être libéré une heure plus tard au-dessus de l’océan Pacifique. Il a allumé son moteur pour rejoindre l’orbite mais « une anomalie s’est produite rapidement lors de la première phase du vol, et la mission s’est terminée en sécurité », a indiqué l’entreprise dans un communiqué. Aucune vidéo n’a été diffusée en direct, mais des images ont été postées par la suite (ci-dessous).

« Anomalie » d'origine inconnue

Le site Spacenews rapporte que, dans une interview téléphonique post-mission, le président directeur général de Virgin Orbit, Dan Hart, a précisé que le moteur s’était allumé et que « cela avait l’air d’avoir été un succès » : « Il a volé pendant quelques secondes, et ensuite nous avons eu un problème. » Les causes de ce « problème » sont pour l’heure inconnues.

Un deuxième vol pour « bientôt »

L’entreprise indique néanmoins que ce vol d’essai, même s’il n’a pas duré aussi longtemps que prévu, aura permis de récolter des données utiles pour les prochains vols. « Nos ingénieurs examinent déjà les données récupérées, précise Dan Hart dans le communiqué. Notre prochaine fusée attend. Nous allons apprendre et commencer à préparer le prochain vol qui arrive bientôt. »

En préférant le lancement à l’horizontale à bord d’un avion, Virgin Orbit se distingue des nombreuses autres entreprises engagées dans la course aux microlanceurs qui opèrent généralement à la verticale depuis un pas de tir. Ces microlanceurs sont conçus pour mettre en orbite des petits satellites très rapidement. L’entreprise la plus avancée est sans aucun doute l’américain Rocket Lab qui a déjà mis de nombreux nano-satellites en orbite avec succès depuis 2018. Fin février, l’entreprise californienne Astra devait également effectuer son premier vol d’essai orbital. Après de multiples reports dus aux conditions météo, la dernière tentative a été annulée le 2 mars.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Dynetics dévoile une maquette de test pour son module d'alunissage habitable

Dynetics dévoile une maquette de test pour son module d'alunissage habitable

Filiale de Leidos, Dynetics a dévoilé le 15 septembre à Huntsville (Alabama, Etats-Unis) une maquette grandeur nature du module[…]

16/09/2020 | SpatialNasa
Pour bien commencer la semaine, la politique de dépistage du Covid-19 en question

Pour bien commencer la semaine, la politique de dépistage du Covid-19 en question

Le lanceur européen Vega valide un dispenseur pour envoyer des petits satellites en orbite basse

Le lanceur européen Vega valide un dispenseur pour envoyer des petits satellites en orbite basse

Lancement de la mission Mars 2020

Dossiers

Lancement de la mission Mars 2020

Plus d'articles