Nous suivre Industrie Techno

Le métal se fait mousser

Charles Foucault
Le métal se fait mousser

Les procédés de fonderie de mousse métallique peuvent réaliser des pièces constituées principalement de trous.

© DR

La fonderie de structures alvéolaires autorise une liberté quasi totale dans la conception de pièces métalliques. Grâce à des noyaux, organisés ou aléatoires, détruits au contact du métal en fusion, les structures peuvent être composer à 85 % de trous.

Les pièces réalisées par un process de transformation métallurgique sont en général pleines. Au mieux, elles sont évidées grâce à l’utilisation de noyaux de sable dont le liant est détruit au contact du métal en fusion. La société Alveotec, créée fin décembre 2011, industrialise un procédé baptisé castfoam (littéralement ''mousse de moule''). Il devient possible de fabriquer, en fonderie, des structures alvéolaires et donc des pièces comprenant jusqu’à 85 % de trous.

Cette technologie, sur laquelle le Centre technique des industries de la fonderie (CTIF) a déposé trois brevets, concurrence les systèmes de déformations de treillis métalliques, la technique d’injection d’un agent moussant pour faire mousser l’alliage en fusion (le TiH2 pour l’aluminium) ou le frittage de poudre (prototypage rapide). Le noyau utilisé dans le castfoam est aussi de sable et de liant, mais sous forme de galettes se superposant pour créer le négatif de la forme à obtenir. Les trous dans la pièce finale peuvent faire de 10 à 70 millimètres de diamètre. Les applications visées se trouvent dans l’allégement, l’absorption d’énergie lors de chocs mais plus encore dans les échangeurs thermiques. Proche, le procédé de fonderie à mousse stochastique donne aussi des éponges métalliques, mais dans lesquelles la position des trous est aléatoire : le moule est rempli de billes denses constituées d’une poudre organique qui se délite lorsque coule le métal.

Charles Foucault

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

[Avis d'expert] Quand l'impression 3D permet d'optimiser la dynamique des fluides

[Avis d'expert] Quand l'impression 3D permet d'optimiser la dynamique des fluides

Limitée par les technologies de fabrication traditionnelles, l’optimisation de la dynamique des fluides trouve une nouvelle alliée[…]

Chez Safran, l’impression 3D fait ses preuves pour les pièces structurelles de grandes dimensions

Chez Safran, l’impression 3D fait ses preuves pour les pièces structurelles de grandes dimensions

« L’impression 3D béton va enfin permettre au secteur de la construction de maîtriser son empreinte carbone », estime Alain Guillen, directeur général d’XtreeE

« L’impression 3D béton va enfin permettre au secteur de la construction de maîtriser son empreinte carbone », estime Alain Guillen, directeur général d’XtreeE

Composites : L'injection RTM s'adapte pour réduire les temps de cycle

Dossiers

Composites : L'injection RTM s'adapte pour réduire les temps de cycle

Plus d'articles