Nous suivre Industrie Techno

C’est pas nouveau, quoique !

Le mariage du cuir et de la high-tech

Jean-François Preveraud

Emile Janique en chiffres :

+ 140 000 joints ou pièces découpés en toutes matières
+ 58 000 joints formés en cuir
+ 4 000 soufflets en cuir
+ 45 000 articles complémentaires revendus

Le mariage du cuir et de la high-tech

Un matériau plus performant que les élastomères

© DR

Plus de 100 ans d’expérience, 9 salariés, 650 k€ de chiffre d’affaires, certification ISO 9001, 9002 et 14 001, l’entreprise Emile Janique est le leader européen des composants en cuir pour l’industrie. Un matériau ancien aux applications innovantes, présent au salon du Bourget.

L’entreprise Emile Janique est née au cœur de Lyon en 1896 de l’association de François Janique, spécialisé dans le travail du cuir, et d’Ernest Toillon, fabriquant de cycles. Dès sa création, l’entreprise s’est spécialisée dans la fabrication et la vente de cuir embouti et d’accessoires s’y rattachant. L’entreprise s’est ensuite développée dans l’industrie en fabriquant des joints statiques et dynamiques en cuir. Après la seconde Guerre mondiale, elle a su résister à la montée en puissance des élastomères dans l’industrie grâce aux spécificités du cuir.

A la fin des années 60, Maurice Janique, petit-fils du fondateur, a racheté la société Asa, spécialisée dans la fabrication de soufflets en cuir. Depuis lors, la PME Janique se développe sur deux créneaux principaux : les joints dynamiques et statiques ; les soufflets de protection en cuir.

Un matériau performant

Le cuir est le produit de la transformation d’une peau de bovin par isolation, puis stabilisation thermodynamique du réseau de fibres du collagène dermique, c’est le tannage qui la rend stable et imputrescible. Le cuir est caractérisé par plusieurs propriétés techniques remarquables qui lui permettent de rivaliser avantageusement avec des matériaux composites apparus plus récemment. Ainsi la structure du réseau de fibres du cuir permet au matériau d’obtenir des caractéristiques physico-mécaniques exceptionnelles : résistance à la déchirure ; déformation rémanente ; souplesse ; force et allongement à rupture.

Dans le domaine des joints, notamment dynamiques, le cuir a été le premier matériau utilisé depuis des siècles. Sur le plan mécanique, on peut dire que le cuir est ‘‘amoureux’’ du métal : lors d’un frottement avec du métal, il s’adapte et crée une étanchéité intime. En cas d’amorce de fuite, le joint en cuir ne présente pas de risque de rupture, contrairement aux élastomères : sa résistance apporte un élément sécuritaire car le joint ne risque pas d’exploser. Même en cas de fuite, le joint reste efficace et assure un bon résultat de la pression. Cela laisse le temps de prévoir la réparation sans risque d’impact sur l’appareil.

Des atouts que l’on retrouve aussi dans le domaine des soufflets de protection. Le cuir offre deux caractéristiques de résistance mécanique difficilement obtenues avec d’autres matériaux : il est résistant à l’usure et à la perforation. En cas d’amorce de déchirure, celle-ci ne se propage pas. Grâce à sa résistance à l’abrasion, le coefficient de frottement est très faible.

En outre, le cuir présente des propriétés d’autoextinguibilité et de non toxicité des fumées. Il répond ainsi aux normes M1-F2 et FAR 25 A et B requises respectivement dans les domaines ferroviaire et aéronautique.

Emile Janique en chiffres :

+ 140 000 joints ou pièces découpés en toutes matières
+ 58 000 joints formés en cuir
+ 4 000 soufflets en cuir
+ 45 000 articles complémentaires revendus

 

De multiples applications industrielles

Emile Janique réalise 65 % de son chiffre d’affaires dans le domaine industriel, auprès de clients de secteurs d’activité très variés. Hormis les caractéristiques techniques du cuir, l’entreprise met en avant un très bon rapport qualité/prix pour des petites et moyennes séries. Les frais d’outillage sont en effet faibles et le coût de réalisation est performant jusqu’à 1 000 pièces. Tous ses produits sont fabriqués sur mesure, grâce au travail réalisé par le bureau d’études interne.

On retrouve les produits d’Emile Janique dans de nombreux secteurs industriels. Dans le ferroviaire, ses soufflets en cuir assurent la liaison des gaines de refroidissement avec les moteurs électriques. En aéronautique, Emile Janique fournit à Airbus Helicopters les soufflets en cuir de protection des commandes de vol et de rotors des Ecureuil et Gazelle. La légèreté des soufflets en cuir est une propriété intéressante dans ce secteur puisque les produits sont 5 à 6 fois plus légers que des soufflets en élastomères, à performance équivalente.

Le cuir est aussi apprécié des fabricants de produits pulvérulents (farine, silice, ciment, engrais…) pour sa qualité antistatique et sa résistance à l’usure par abrasion au passage des poudres. On le retrouve ainsi chez Lafarge, Solvay ou dans les grandes minoteries. Emile Janique est aussi présent dans le secteur pétrolier, par exemple chez FMC, le leader mondial des équipements de chargement et de déchargement des pétroliers et des gaziers, pour des protections en cuir des systèmes hydrauliques et électriques dans les régions sujettes aux vents de sable. En machinisme agricole, Emile Janique fabrique depuis les années 40 des pistons pour les pompes de pulvérisation de Berthoud (groupe Exel Industries), ainsi que pour la société Blanchard (groupe Kuhn).

De nouvelles applications

Emile Janique travaille aussi avec des designers pour imaginer et concevoir des pièces en cuir dans le domaine des arts de vivre, arts de la table et décoration. Grâce à sa technique de moulage de cuir, elle a déjà réalisé des prototypes pour des grands maroquiniers tels qu’Hermès et LVMH. Elle équipera aussi prochainement le hall de réception d’un hôtel flottant parisien avec un soufflet de liaison entre deux barges.

Enfin, Emile Janique a présenté sur le Salon du Bourget 2015 un nouveau soufflet en cuir hydrophobe développé grâce au traitement Janiflon mis au point par ses équipes depuis deux ans. Ce traitement utilise les caractéristiques des résines fluorées pour rendre le cuir hydrophobe. Une innovation qui devrait ouvrir à la PME de nouveaux marchés dans les applications industrielles et grand public où le cuir doit résister à l’humidité.

Et ça c’est nouveau !

Jean-François Prevéraud

Pour en savoir plus : http://www.janique-fy.com/fr/

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

« Implant Files » : pourquoi les implants médicaux sont dans la tourmente

« Implant Files » : pourquoi les implants médicaux sont dans la tourmente

C'est un nouveau scandale sanitaire. Après l'affaire des implants mammaires « PIP », une enquête du[…]

IRT Saint-Exupéry : les nouvelles plateformes technologiques opérationnelles

IRT Saint-Exupéry : les nouvelles plateformes technologiques opérationnelles

Drone à hydrogène : le rêve de deux start-up françaises

Drone à hydrogène : le rêve de deux start-up françaises

[Photo Tech] L’impression 3D mobile de bâtiments

[Photo Tech] L’impression 3D mobile de bâtiments

Plus d'articles