Nous suivre Industrie Techno

Le management et la valorisation de la propriété industrielle : une réponse aux enjeux de la mondialisation ?

Jean-François Preveraud
Le management et la valorisation de la propriété industrielle : une réponse aux enjeux de la mondialisation ?

Patrick Pierre, Président du Directoire d’Avenium Consulting.

© DR

Patrick Pierre, Président du Directoire d’Avenium Consulting, nous explique dans cette tribune libre sa position vis-à-vis de la protection de la propriété intellectuelle et la positionne comme un facteur de compétitivité.

Le constat est là : d’ici 2 à 3 ans, la Chine déposera plus de brevets que les Etats-Unis. Le gouvernement chinois a mis la protection de la propriété intellectuelle au cœur de sa stratégie nationale depuis 2008, avec pour objectif d’arriver d’ici 2020 en tête de liste des pays les plus innovants de la planète.

Après s’être inspirés largement des produits européens et nord américains, afin de se mettre au niveau de la compétition mondiale, en faisant fi des lois de protection, des pays tels que la Chine, Taiwan, le Japon ou la Corée du Sud ont adopté ou adoptent désormais une politique ultra-protectrice en matière de brevets pour renforcer leur positionnement. Ils ont pris pleinement conscience de l’intérêt stratégique que revêt la propriété industrielle.

 

Dans cette course à l’économie de la connaissance, la France doit aujourd’hui actionner le levier de la propriété industrielle pour répondre aux enjeux de la mondialisation et gagner en compétitivité sur la scène mondiale.

 

Patrick Pierre

Patrick Pierre est titulaire d’un Mastère spécialisé en Marketing Industriel (IAE-IEC - Grenoble). En 2002, il a rejoint CEA Valorisation (filiale privée du CEA) pour créer une activité de consultance et de commercialisation de droits de propriété industrielle. Puis il a participé au projet de création de la société Avenium Consulting en mai 2009 afin de développer l’activité de conseil, d’audit et d’analyse en management et stratégie des droits de propriété industrielle de CEA Valorisation.

Patrick Pierre siège au conseil d’administration du LES France (Licensing Executive Society). Il est membre de l’ASTP (Association of European Science & Technology Transfer Professionals), de l’AUTM (Association of University Technology Managers) et de l’ASPI (Association des Spécialistes en Propriété industrielle de l’Industrie).
 

Dans la lignée du Grand Emprunt qui doit favoriser la relance de l’innovation française, les conclusions des Etats Généraux de l’Industrie annoncées récemment par le Chef de l’Etat constituent une première étape vers l’intégration de la propriété industrielle dans la nouvelle politique en faveur de l’industrie, par l’intermédiaire d’une fiscalité incitative à l’exploitation des brevets en France et la création d’un fonds d’investissement France Brevets. 

Mais c’est également au niveau des entreprises que cette prise de conscience doit avoir lieu. Nombreuses sont les sociétés qui considèrent encore les brevets comme un centre de coûts. Or la connaissance et le savoir-faire recèlent un réel pouvoir économique :la valeur des entreprises traditionnelles cotées en bourse repose en moyenne à 15-20 % sur le capital savoir et à plus de 60 % dans certains secteurs d’activités tels que les biotechnologies ou l’industrie pharmaceutique.

Certaines entreprises l’ont d’ailleurs bien compris, puisqu’elles commencent à associer aux brevets les termes rentabilité, marge, pérennité et gain de parts de marché.

Création de monopole d’exploitation, arme anti-délocalisation, facteur de compétitivité, diversification et prise de position sur des marchés, consolidation des parts de marché et des marges, valorisation et cession d’actifs ou de capitaux immatériels… sont autant de stratégies dans lesquelles la propriété industrielle peut et doit s’inscrire. Comme le précisait Benoît Battistelli, Directeur Général de l’INPI en 2008 : « Un brevet n’est plus seulement une protection liée à un produit ou une technologie, c’est devenu aussi un produit qui s’achète et se vend, même aux enchères ». 

La France et les entreprises françaises disposent aujourd’hui de réels atouts en termes de R&D et de capacité d’innovation. Reste donc à passer d’une approche défensive à une approche offensive de la propriété industrielle, afin d’utiliser tout le potentiel de cet outil puissant pour relever les défis instaurés par la mondialisation et le développement de l’économie de la connaissance.

Edité par Jean-François Prevéraud

Pour en savoir plus : http://www.avenium-consulting.com
 

 

 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

« Implant Files » : pourquoi les implants médicaux sont dans la tourmente

« Implant Files » : pourquoi les implants médicaux sont dans la tourmente

C'est un nouveau scandale sanitaire. Après l'affaire des implants mammaires « PIP », une enquête du[…]

IRT Saint-Exupéry : les nouvelles plateformes technologiques opérationnelles

IRT Saint-Exupéry : les nouvelles plateformes technologiques opérationnelles

Drone à hydrogène : le rêve de deux start-up françaises

Drone à hydrogène : le rêve de deux start-up françaises

[Photo Tech] L’impression 3D mobile de bâtiments

[Photo Tech] L’impression 3D mobile de bâtiments

Plus d'articles