Nous suivre Industrie Techno

Le LNEC greffe des neurones à une souris

Juliette Raynal

Sujets relatifs :

,
Le LNEC greffe des neurones à une souris

© William Denizet | Agence Aérolithe

[Laboratoires de recherche]

L’équipe d’Afsaneh Gaillard du laboratoire de neurosciences expérimentales et cliniques (LNEC) de l’université de Poitiers, en collaboration avec l’Institut de recherche interdisciplinaire en biologie humaine et moléculaire de Bruxelles, a réussi à réparer le cortex d’une souris adulte grâce à une greffe de neurones dérivés de cellules souches embryonnaires.

Cette première mondiale, relayée dans la revue médicale Neuron en mars dernier, consistait à palier les faibles capacités de régénération spontanée des neurones du système nerveux central adulte. L’objectif était d’obtenir des neurones corticaux de couche et d'aires appropriées afin de rétablir de façon spécifique les voies corticales lésées. Selon l’article, les chercheurs ont d’abord cultivé in vitro des cellules souches embryonnaires. Ces cellules ont été greffées alors qu’elles étaient encore dans un état « immature », puis se sont développées pour former les bonnes connexions avec les bons neurones.

Cette approche n’est qu’au stade de l’expérimentation sur des souris de laboratoires. De nombreuses recherches sont encore nécessaires pour envisager des essais cliniques chez l’homme. Toutefois, pour les chercheurs, ces travaux ouvrent de nouvelles voies pour réparer le cerveau endommagé, notamment après des accidents vasculaires et des traumatismes cérébraux. 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Une nouvelle étude relance le débat sur l'efficacité du bamlanivimab contre le covid-19

Une nouvelle étude relance le débat sur l'efficacité du bamlanivimab contre le covid-19

Une étude parue dans Clinical Infectious Diseases le 13 avril indique que le bamlanivimab, l'anticorps monoclonal anti-Covid-19 d'Eli[…]

Covid-19 : des projets de vaccins sous forme de spray nasal pour cibler le virus dès son entrée dans le corps

Covid-19 : des projets de vaccins sous forme de spray nasal pour cibler le virus dès son entrée dans le corps

L’Agence européenne des médicaments établit que la thrombose est un effet secondaire « très rare » du vaccin AstraZeneca

L’Agence européenne des médicaments établit que la thrombose est un effet secondaire « très rare » du vaccin AstraZeneca

AstraZeneca : « L’erreur d’administration ne suffit pas, à elle seule, pour expliquer les cas de thromboses », estime Philippe Nguyen, président du GFHT

AstraZeneca : « L’erreur d’administration ne suffit pas, à elle seule, pour expliquer les cas de thromboses », estime Philippe Nguyen, président du GFHT

Plus d'articles