Nous suivre Industrie Techno

Le livre électronique en quête d'un nouveau départ

Ridha Loukil

Sujets relatifs :

,
- Panasonic et Sony tentent de relancer le lecteur de livres numériques en s'inspirant du modèle qui a fait le succès du baladeur iPod.

Le vieux concept de livre électronique, cher à Jacques Attali, a beau être séduisant, il n'a, jusqu'ici, jamais rencontré de succès. Pourtant, les Japonais y croient toujours. Après avoir essuyé les plâtres au Japon, Panasonic et Sony reviennent à la charge. Mais cette fois-ci, ils ciblent les États-Unis, considérés comme le marché le plus mûr avec la plus grande offre au monde de livres numériques en ligne.

En 2004, les deux géants nippons de l'électronique utilisent le Japon comme banc d'essai en y lançant leurs premiers lecteurs. Le SigmaBook de Panasonic et le Librié de Sony prétendent offrir le même confort visuel que le papier imprimé. Leurs écrans bistables affichent une résolution similaire, sans émission de lumière, cause de fatigue pour les yeux. Ils n'ont besoin de courant que pour "tourner la page", l'affichage se maintenant ensuite sans aucune alimentation. D'où une autonomie de 10 000 pages pour le Librié et de 8 000 pages pour le SigmaBook.

Pour son écran de 6 pouces à 600 x 800 pixels, Sony utilise du papier électronique développé avec Philips sur la base de la technologie d'encre électronique de l'américain E-Ink. Panasonic, lui, avec un afficheur de 7,2 pouces à 1 024 x 768 pixels, fait appel à un écran LCD cholestérique mis au point avec Konica Minolta à partir d'une licence de l'américain Kent Displays.

Malgré l'ergonomie de ces lecteurs et des prix jugés attractifs (autour de 300 dollars), les ventes se révèlent décevantes. Panasonic tablait sur la commercialisation de 100 000 lecteurs en deux ans. À ce jour, ses ventes se comptent en centaines de pièces au plus. Sony espérait écouler 5 000 lecteurs par mois. Les ventes réalisées jusqu'ici restent bien en deçà de cet objectif.

Une batterie lithium-ion remplace les piles

Loin de se laisser décourager, les deux ténors de l'électronique grand public rebondissent avec de nouvelles versions de lecteurs. Panasonic change de design en passant d'un produit à deux écrans, qui s'ouvre comme un livre classique, à un format de tablette. La firme d'Osaka troque aussi les anciens écrans noir et blanc contre un écran en couleurs de 5,6 pouces. L'alimentation par piles laisse enfin la place à une batterie lithium-ion. La commercialisation est prévue l'été prochain à moins de 400 dollars.

De son côté, Sony reprend les caractéristiques du Librié, se contentant de remplacer les piles par une batterie lithium-ion, de l'ouvrir au format de documents PDF (en plus de son format propriétaire BBeB) et de lui ajouter un lecteur de carte SD (en plus de sa propre carte MemoryStick). Il devrait être commercialisé ce printemps entre 250 et 330 dollars.

Panasonic et Sony ont choisi une démarche propriétaire en couplant leurs lecteurs à des services de vente en ligne de livres numériques sur un modèle qui a déjà fait ses preuves, celui du baladeur iPod d'Apple avec son service de vente de musique en ligne associé, iTunes. Sony proposera au départ 1 000 livres dans sa boutique Connect de distribution de musique sur Internet. Panasonic veut aller plus loin en installant dans les librairies une borne à partir de laquelle le consommateur pourra télécharger, près de chez lui, sur une carte SD, les livres numériques achetés.

Philips, quant à lui, dispose d'un prototype sous forme d'un papier électronique souple de 5 pouces qui s'enroule comme une feuille de papier. Le géant néerlandais attend le moment opportun pour le commercialiser. Des produits existent aussi chez IRex Technologies, Plastic Logic ou Jinke. Ils devraient attaquer le marché américain d'ici début 2007.

EN BREFLES NOUVEAUX ATOUTS

- Des écrans plus ergonomiques et plus sobres - Des prix plus abordables - Des services associés de vente sécurisée en ligne de livres numériques - Expérience du téléchargement de contenu éprouvée par les baladeurs MP3

LE RETOUR DU CYBOOK

- Développé à l'initiative de Jacques Attali, le livre électronique français Cybook est remis en selle par Bookeen, une société créée en 2003 sur les cendres de Cytale par deux ingénieurs ayant participé à sa genèse. Il est vendu en ligne à 399 euros. Bookeen a fait le pari de l'ouverture puisque ce lecteur accède à toutes les librairies en ligne et accepte presque tous les formats de documents : PRC, PDC, HTML, TXT, RTF et PDF.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0876

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2006 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

La biométrie enrichit son arsenal

La biométrie enrichit son arsenal

- De nouvelles technologies pour l'identification biométrique sans contact émergent. De quoi favoriser le déploiement de la biométrie dans le grand[…]

01/03/2006 | Perspectives
CE COMPOSANT EST STRATÉGIQUE

CE COMPOSANT EST STRATÉGIQUE

Composites : sept projets d'exception

Composites : sept projets d'exception

L'instrumentation passe à Ethernet

L'instrumentation passe à Ethernet

Plus d'articles