Nous suivre Industrie Techno

Le Lieu du Design : en route vers l’An II

Jean-François Preveraud

Sujets relatifs :

,
Le Lieu du Design : en route vers l’An II

Une première année bien remplie et plein de projets.

© DR

Le Lieu du Design a fêté fin octobre sa première année d’existence. L’occasion de faire la semaine dernière à la fois un bilan de son activité et d’évoquer ses perspectives d’avenir.

Le Lieu du Design est né de la volonté du Conseil régional d’Ile-de-France de concevoir un outil concret et utile de promotion du design auprès des entreprises franciliennes, notamment des PME. Car le design est devenu un enjeu majeur de leur compétitivité économique et il ne peut se résumer à une simple discipline esthétique.

Clé de voute de la performance des entreprises, le design participe d’un processus global intégrant les recherches sur les matériaux, les process de fabrication, de conditionnement, de distribution, dans une logique de développement durable et de prise en compte des facteurs sociétaux contemporains.

Le lieu de tous les designs

Le Lieu du Design a l’ambition de faire du design un outil de développement stratégique en favorisant son intégration dans le processus d’innovation des entreprises. En moins d’un an, il a réuni tous les acteurs de la filière et a accompagné dans leurs projets les entreprises, les designers, les créateurs, les écoles de design, les chercheurs et les étudiants. Il a aussi réussi à fédérer à travers des conventions de partenariats les principaux organismes assurant la promotion du design dans la région : l’Agence pour la Promotion de la Création Industrielle (APCI) ; l’Institut National de la Propriété Intellectuelle (INPI) ; la matériauthèque matériO ; le Centre Francilien de l’Innovation (CFI) ; la Pôle de compétitivité Cap Digital ; l’Agence de l’Environnement et la Maîtrise de l’Energie (ADEME), etc.

Et les besoins en Ile-de-France sont grands. Le design y concerne 4 000 entreprises et plus de 30 000 emplois. Il génère un chiffre d’affaires de 2,5 milliards d’euros. Environ 2/3 des agences de design et des designers français sont implantés en Ile-de-France. Plus de 120 bureaux intégrés dans les entreprises sont répartis en son sein. Le poids économique du design est donc réel et un nombre croissant de petites et grandes entreprises françaises font appel au design.

Pourtant le taux de pénétration du design dans les TPE-PME-PMI reste faible. Plus de 60 % des entreprises françaises n’ont jamais eu recours au design et moins de 20 % d’entre elles le considèrent comme stratégique. Inoculer le virus design dans ces entreprises est donc un enjeu majeur.

Beaucoup plus que de l’esthétique

Mais le design reste trop souvent dominé par sa dimension exclusivement esthétique et n’est pas suffisamment considéré par les milieux économiques comme un facteur de gains de productivité et de compétitivité. Pourtant nos concurrents étrangers, eux, l’ont bien compris. Ils ont intégré depuis longtemps le design comme un élément stratégique pour l’entreprise et reconnaissent le designer comme un maillon indispensable de la vie même de leur société au même titre que la R&D, le marketing ou la finance.

Dans ce contexte de crise où apparaissent de nouveaux modes de consommation plus économes et responsables, davantage tournés vers les services à la personne, le design a vocation à anticiper ces mutations et à aider les entreprises à maintenir ou renforcer leur niveau de performances et leur avantage compétitif.

Il est aussi un levier pour faire évoluer les modes de management vers une meilleure organisation interne des entreprises où le rôle du designer gagne à être mieux identifié et reconnu.

Des actions concrètes

Durant cette 1ère année d’existence le Lieu du Design a accompagné plus de 200 projets déposés par des couples entreprises-designers, qui ont mobilisé 250 000 euros d’aides. Tous les domaines ont été concernés : matériel médical ; robotique ; maroquinerie ; bâtiment ; interfaces numériques ; mobilier ; matériel électrique ; services à la personne ; arts de la table ; etc.

Le Lieu du Design a aussi assuré plusieurs centaines de veilles sur son domaine, proposé un accompagnement juridique aux entreprises à travers des conférences et des pré-diagnostics sur la propriété industrielle, notamment avec l’aide l’INPI qui a conseillé plus de 100 entreprises et designers. Il a aussi réalisé une cinquantaine de rencontres qui ont regroupé plus de 1 500 inscrits, ainsi qu’une vingtaine d’études économiques, sociologiques, ainsi que sur les tendances de consommation. Enfin, il a organisé 7 expositions dans ses locaux, qui ont reçu 12 000 visiteurs.

7 axes de développement

Des activités que Le Lieu du Design entend bien poursuivre et développer dès 2011. Son équipe dirigée par Laurent Dutheil, a ainsi défini 7 grands axes de travail pour cette nouvelle année.

 

  • Le premier axe sera les actions en faveur des TPE-PME/PMI et des designers. Cela passera par un certain nombre de matinales (Success-Stories ; Parcours de Designers ; Designers, comment créer votre activité ? ; Comment exporter le design ? ; Design integré ;  etc.), mais aussi par l’organisation d’ateliers de sensibilisation au design, des actions d’accompagnement de projets de PME et de designers, l’organisation de rencontres d’affaires entre éditeurs, fabricants, distributeurs de design et les designers. Il y aura aussi une participation aux lancements d’appels à projets de la Région Ile-de-France (L’espace public de demain vu par les designers ; Le design dans les énergies renouvelables et alternative). Enfin, Le Lieu du Design participera aussi au programme ‘‘Mieux innover en mécanique’’ aux côtés du Comité Mécanique Ile-de-France.
     
  • Le deuxième axe portera sur des actions de mise en réseau en soutenant un certain nombre de manifestations et de concours (L’Observeur du Design ; Prix Malakoff Mederic Technologie Autonomie ; Concours Design for Change ; Concours du Syndicat de l’aluminium), ainsi que par l’accueil de la manifestation Futur en Seine et la participation à la Communauté Numérique du Pôle de Compétitivité Cap Digital.
     
  • Le troisième axe tournera autour des actions en faveur des écoles de design. Cela passera par des conférences pour les étudiants sur la propriété industrielle, des accueils spécifiques de groupes d’étudiants à l’occasion des expositions programmées au Lieu du Design, l’entrée de nouvelles écoles de design au sein de la gouvernance du Lieu, etc.
     
  • Le quatrième axe verra un élargissement de la gamme des prestations de veille technologique, économique, sociologique et juridique.
     
  • Le cinquième axe portera sur un renforcement du site web avec notamment la mise en place un nouveau service de veille en partenariat avec l’Observatoire de l’éco-design, lancé en juin 2010 au Lieu du Design. Il y aura aussi l’animation d’une page Facebook et la création d’une application iphone.
     
  • Le sixième axe sera matérialisé par un certain nombre d’expositions prévues d’ici mi-2012 (Meet my project ; Orange ; le design culinaire ; le design numérique : Les formes d’un nouveau monde industriel ; Citroën ; l’espace public de demain : le point de vue des designers ; le design dans les énergies renouvelables et alternatives).
     
  • Enfin, le septième et dernier axe sera l’ouverture vers l’international. Cela passera par une candidature au Board Innovation et Design qui sera créé en 2011 par la Commission européenne pour étudier les bonnes pratiques en matière de design au plan européen et rédiger un certain nombre de propositions à l’attention de la Commission. Le Lieu du Design souhaite aussi participer à la conférence européenne sur les politiques de soutien au design organisée par l’APCI, et mettre en place une veille de la presse internationale dans le domaine du design.

 

Jean-François Prevéraud


Pour en savoir plus : http://www.lelieududesign.com
 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Éco-conception : Comment le numérique peut-il devenir durable ?

Dossiers

Éco-conception : Comment le numérique peut-il devenir durable ?

Après avoir optimisé la consommation énergétique des équipements électriques et électroniques du[…]

Éco-conception : Trois pistes pour verdir les emballages

Éco-conception : Trois pistes pour verdir les emballages

Éco-conception : À Wattrelos, Decathlon peaufine son modèle vertueux

Dossiers

Éco-conception : À Wattrelos, Decathlon peaufine son modèle vertueux

[Exclusif] « La Fédération hospitalière de France planche sur un respirateur rapidement industrialisable », annonce Enguerrand Habran, son directeur de l'innovation

[Exclusif] « La Fédération hospitalière de France planche sur un respirateur rapidement industrialisable », annonce Enguerrand Habran, son directeur de l'innovation

Plus d'articles