Nous suivre Industrie Techno

Le Li-Fi, la lumière 2.0

LUDOVIC FERY
Le Li-Fi, la lumière 2.0

© D.R.

Une alternative au Wi-Fi, plus rapide, qui n'encombre pas le réseau existant et ne soulève aucune question liée à un éventuel impact sanitaire. Telles sont les promesses du Li-Fi, ou communication en lumière visible. Cette technologie développée mondialement par plusieurs start-up commence à être adoptée par les industriels.

Une lampe de bureau, un récepteur optique, un écran diffusant un film. Une main passe entre la source de lumière et le capteur. La vidéo s'arrête. Cette démonstration présentée par France Télévisions au salon LeWeb, début décembre 2012 à Paris, a fait sensation. Pour la réaliser, le groupe de médias a utilisé la technologie et les composants de la société Oledcomm. Cette jeune pousse, spin-off de l'université de Versailles Saint-Quentin, veut être la première en Europe à commercialiser un produit grand public utilisant le Li-Fi, pour light-fidelity. Un nouveau mode de communication reposant sur la lumière visible, dont les développements ont déjà commencé. « Nos principaux concurrents sont japonais, anglais et allemands », commente Suat Topsu, PDG d'Oledcomm.

Au Japon, un important consortium industriel réunissant notamment Casio, Panasonic et Toshiba a vu le jour dès 2003 pour assurer l'essor du Li-Fi. Et ses membres sortent aujourd'hui les premiers produits. Casio propose ainsi depuis avril 2012 une application smartphone, Picapicamera, qui se veut un concurrent aux codes QR. L'utilisateur pose avec un portable dans lequel il a entré un message ou un logo, codé sous la forme d'un signal lumineux que capte un deuxième smartphone. La photo prise par l'appareil affiche le texte ou l'image à l'emplacement du téléphone.

Mais c'est pour ajouter de l'intelligence à l'éclairage que le Li-Fi est le plus prometteur. La capacité de commutation des LED, jusqu'à un milliard de fois par seconde, permet d'encoder des images (10 millions de commutations par seconde) mais aussi de naviguer sur le Web (100 millions de commutations par seconde). Grâce aux LED, la rapidité d'allumage est suffisante pour transmettre de l'information sans perturber la luminosité, car l'oeil humain ne remarque pas ce clignotement ultrarapide.

 

Rendre l'éclairage communicant

 

Premier avantage : un débit amélioré. La quantité de données transmissible étant proportionnelle à la fréquence de l'onde qui la transporte, le Li-Fi a en effet une capacité théorique dix fois supérieure à celle du Wi-Fi, qui exploite le spectre des ondes radio. Des débits d'1,2 gigabit par seconde sur un mètre ont pu être démontrés en laboratoire.

Les capacités des LED actuelles sont suffisantes pour relier à Internet des espaces qui en étaient jusqu'ici privés, les ondes radio n'y circulant pas, comme les couloirs de métro ou des galeries souterraines. Dans les bureaux, le Li-Fi peut servir de moyen de géolocalisation par l'éclairage. Un service qu'Oledcomm a déjà mis en oeuvre pour l'un de ses clients, en utilisant des tablettes numériques comme récepteurs.

D'autres types d'informations seront demain véhiculés par la lumière. La SNCF l'expérimente par exemple jusqu'à septembre prochain, en gare comme à bord des trains. « Nous réfléchissons actuellement au contenu de l'information qui pourrait être diffusée », résume Hassan Ghannhoum, chef de projet télécommunications à la SNCF. L'automobile s'y intéresse également de près. Oledcomm travaille notamment avec Valeo et Renault sur l'utilisation du Li-Fi pour faire communiquer différents composants d'une voiture entre eux, pour établir une communication entre un véhicule et les infrastructures routières (feux ou panneaux, par exemple) ou pour mettre en relation plusieurs voitures, afin de veiller au respect des distances de sécurité.

 

Renforcer la sécurité des transmissions

 

Autre atout maître du Li-Fi : l'absence de problématique de congestion du réseau. Plus étendu que celui des ondes radios, le spectre visible est en outre largement inexploité. Ce qui présente plusieurs avantages. D'une part, le développement d'un nouvel usage Li-Fi ne nécessite pas l'achat d'une licence d'utilisation de la bande passante. D'autre part, le risque d'interférence est écarté. Un atout pour certains lieux sensibles, comme les cockpits d'avions ou les hôpitaux.

Enfin, les ondes visibles ne traversent ni les murs ni les tissus humains, d'où l'absence de questionnement sur leur impact sanitaire, si l'on écarte les risques pour la rétine liés aux LED.

 

Combiner le Li-Fi au Wi-Fi

 

Autant d'atouts qui stimulent la créativité et les dépôts de brevets. Oledcomm en a par exemple déposé un pour transférer le Li-Fi... aux écrans Oled (diodes électroluminescentes organiques). Son principal compétiteur, l'anglais Pure VLC, a quant à lui sécurisé des applications dans l'aéronautique.

Prometteur, le Li-Fi pourrait donc se généraliser. Pour autant, il ne supplantera pas le Wi-Fi. Ce dernier reste notamment incontournable pour les applications en extérieur, où le recours à la lumière trouve rapidement ses limites du fait de sa faible portée et de la présence d'obstacles. L'avenir de l'accès Internet pourrait donc être à l'utilisation combinée du Wi-Fi et du Li-Fi, respectivement pour les usages mobiles et pour les plates-formes fixes.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0951

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2013 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

CES 2019 : Les technos du véhicule autonome et connecté

CES 2019 : Les technos du véhicule autonome et connecté

Le véhicule autonome et connecté est cette année bien présent au Consumer Electronic Show (CES) qui se déroule du 8[…]

Technos à suivre en 2019, drone poisson volant, Lidar … les meilleures innovations de la semaine

Technos à suivre en 2019, drone poisson volant, Lidar … les meilleures innovations de la semaine

Une plateforme pour booster les capacités européennes en intelligence artificielle

Une plateforme pour booster les capacités européennes en intelligence artificielle

CES 2019 : 5 technos pour l’industrie

Conférences

CES 2019 : 5 technos pour l’industrie

Plus d'articles