Nous suivre Industrie Techno

Interview

"Le Grenelle 2 pourrait profiter aux PME innovantes" - Grégoire Profit, ISB Water

Thomas Blosseville

Sujets relatifs :

, ,

Grégoire Profit, responsable technique et R&D chez ISB Water

© DR

Grégoire Profit est responsable technique et R&D chez ISB Water. Cette jeune PME fondée en 2004 est spécialisée dans le traitement de l'eau. Après le vote de la loi Grenelle 2, Grégoire Profit décrypte les enjeux de l'eau dans la ville de demain.

La loi Grenelle 2 vient d'être votée. Quel Peut-être son impact sur les technologies dédiées à la protection de l'environnement ?

Globalement, le Grenelle 2 est plutôt vidé de sa substance. Notamment avec le report des taxes carbone et poids lourds. Mais tout ce qui va dans le sens de l'environnement soutient l'innovation technologique.

Pour l'eau, il renforce la réglementation sur les rejets en milieu naturel. D'ordinaire, les PME peinent à se faire entendre sur des marchés, comme ceux de l'eau ou de l'énergie, très concentrés. Le Grenelle 2 peut changer la donne. Il pourrait profiter aux PME innovantes : en plaçant l'environnement au coeur des débats, il pourrait faciliter la création de démonstrateurs technologiques.


ISB Water est spécialisé dans le traitement de l'eau. Quelles sont les perspectives d'innovation dans ce secteur ?

ISB Water est déjà bien implanté dans le traitement de l'eau industrielle. Désormais, l'enjeu porte sur les applications dans les villes. Nous participons au pôle de compétitivité Advancity sur les éco-innovations urbaines. La ville durable devra rejetter son eau telle qu'elle la capte. Nous n'en sommes pas loin. Bientôt, des procédés permettront de réduire de 90 % les adjuvants utilisés dans le traitement des eaux urbaines.


Avec quelle technologie ?

Aujourd'hui, le problème de l'eau en ville est la protection des réseaux existants. ISB Water a conçu un procédé de traitement de l'eau sans adjuvant chimique. L'objectif est de lutter contre l'embouage et la corrosion sur les échangeurs de chaleur. Notre dispositif repose sur trois phénomènes : l'électrolyse ; la microcavitation ; un champ électrostatique créé par une couche de téflon. 

Intégré aux canalisations existantes, il permettra d'éviter l'usage d'adjuvants comme les sels d'adoucissement, utilisés contre le tartre, et les filmogènes, employés contre la anticorrosion. Dans les stations d'épuration, nous pouvons par exemple réduire de plus de 80 % l'usage des floculants comme les sulfates d'alumine. Les démonstateurs devraient déboucher sur un premier déploiement l'année prochaine.

Propos recueillis par Thomas Blosseville

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Les technologies hydrogène d'Energy Observer en route vers l'industrialisation

Les technologies hydrogène d'Energy Observer en route vers l'industrialisation

La start-up Energy Observer Developments (EODev) a annoncé le 17 septembre vouloir produire des technologies hydrogène chez Eneria,[…]

Ampaire améliore son avion hybride-électrique et effectue un second vol avant de relier les îles d’Hawaï

Ampaire améliore son avion hybride-électrique et effectue un second vol avant de relier les îles d’Hawaï

Pour bien commencer la semaine, AstraZeneca reprend l’essai clinique de son vaccin contre le Covid-19

Pour bien commencer la semaine, AstraZeneca reprend l’essai clinique de son vaccin contre le Covid-19

Plan de relance : le détail de la « Stratégie hydrogène française »

Plan de relance : le détail de la « Stratégie hydrogène française »

Plus d'articles