Nous suivre Industrie Techno

Le génie civil réapprend le nucléaire

HUGO LEROUX hleroux@industrie-technologies.com

Sujets relatifs :

,
L'École supérieure de travaux publics a créé, en 2009, la première chaire en génie civil nucléaire, en partenariat avec les acteurs de la filière française. Objectif : former des ingénieurs capables de répondre aux exigences pointues du bâtiment nucléaire. Et de prendre le relais des pionniers du nucléaire qui partent massivement à la retraite.

Areva, EDF, Spie Batignolles, Tractebel Engineering, Bouygues, Eiffage TP... Rien de moins que les deux locomotives du nucléaire français et les géants du bâtiment. Tels sont les membres participants de la chaire génie civil et nucléaire (GCN) ouverte en 2009 à l'École supérieure de travaux publics (ESTP). Son programme de formation s'adresse à des élèves de troisième année de l'ESTP et à des étudiants de master. Il vise à former des spécialistes capables de faire le pont entre le BTP et les contraintes extrêmes du nucléaire.

Pour Ziad Hajar, directeur de bureau d'étude chez Eiffage TP, le besoin est réel : « En France, les dernières centrales nucléaires ont été achevées dans les années 1990. La plupart des ingénieurs qui ont développé une solide connaissance du domaine partent actuellement à la retraite. » Un besoin qui ne risque pas de se tarir : le parc français, vieillissant, exigera un entretien constant jusqu'au démantèlement.

De la conception, aux aspects réglementaires

Pour lors, les formations spécifiques ne sont pas légion dans les écoles de génie civil. En septembre 2010, L'École centrale de Paris et l'École des ponts ParisTech ont lancé un mastère spécialisé en génie civil des grands ouvrages pour l'énergie (GCGOE). S'il accorde une place aux constructions nucléaires, c'est seulement parmi d'autres ouvrages énergétiques : barrages hydrauliques, éoliennes, plates-formes offshore. Quant à l'Institut national des sciences et techniques du nucléaire (INTSN), centre de formation aux métiers de l'atome, il peut dispenser à des ingénieurs civils des doubles-formations en génie nucléaire, coeur d'activité du CEA, mais ne possède pas les compétences spécifiques au génie civil.

« Normes, matériaux de construction, procédures, tests de résistance : tous ces paramètres sont éminemment particuliers dans ce domaine », souligne André Morel, directeur des études à l'ESTP. Le programme de formation se veut transversal. Il balaye les disciplines de la conception, à la maîtrise d'oeuvre en passant par les aspects réglementaires. Pour modéliser les sollicitations physiques et thermiques que subissent les structures, les étudiants sont amenés à acquérir des outils numériques très poussés. « Les scénarios d'accidents, par exemple, impliquent des contraintes incroyables : résistance aux séismes, aux chocs extérieurs, aux explosions. La maîtrise des logiciels de modélisation et les méthodes de calcul doivent suivre », justifie Guillaume Hervé, responsable scientifique de la formation. Les méthodes d'auscultation et de démantèlement des bâtiments y passent aussi. Un programme ambitieux que clôture un projet de fin d'étude, durant lequel les étudiants doivent concevoir intégralement une enceinte de réacteur nucléaire.

Créer un pôle de recherche

« Le génie civil nucléaire, c'est aussi une culture et des réflexes particuliers », précise André Morel qui insiste sur la sensibilisation des étudiants à la sécurité. Ces derniers sont ainsi préparés aux réglementations largement évolutives du secteur. Par ailleurs, l'essentiel des cours est assuré par une diversité d'intervenants : donneurs d'ordres (CEA, Areva, EDF), institutions (Autorité de sûreté nucléaire, Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN), Andra) ou bureaux d'études. « Des représentants de toute la filière qui donnent aux étudiants un solide retour d'expérience, » résume André Morel.

Alors que la troisième promotion fait sa rentrée en octobre 2011, les anciens élèves travaillent à présent entre les bureaux d'études et la maîtrise d'oeuvre. La majorité a choisi de mettre en application ses compétences dans le nucléaire. Avec cette chaire, l'ESTP ambitionne aussi de créer un véritable pôle de recherche en GCN. À la rentrée 2011, l'école ouvre un poste de doctorant en collaboration avec Areva et l'ENS Cachan pour modéliser la résistance des structures face aux impacts majeurs, comme des chutes d'avion. D'autres acteurs comme EDF ou l'IRSN envisageraient de joindre leur R&D aux efforts de l'ESTP sur d'autres domaines de recherche.

Un logiciel de calcul dynamique à la rescousse

Comment prévoir les conséquences d'une explosion ou d'un séisme sur une structure ? Grâce au calcul dynamique. L'équipe pédagogique de la chaire GCN (ESTP) a été chercher le logiciel LS-Dyna, utilisé habituellement pour le calcul de crash tests dans l'industrie automobile. Il permet aux étudiants de maltraiter à volonté une centrale, qu'ils ont préalablement modélisée avec d'autres outils, pour optimiser sa réponse à l'agression. Loin du jeu vidéo, une simulation réussie nécessite des heures de travail. Le code qui régit ce type de logiciel est d'une rare complexité.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0937

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2011 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

LES 3 DIMENSIONS DE Marc Bertin RESPONSABLE DE L'INNOVATION CHEZ OBERTHUR TECHNOLOGIES

LES 3 DIMENSIONS DE Marc Bertin RESPONSABLE DE L'INNOVATION CHEZ OBERTHUR TECHNOLOGIES

De la carte à puce au e-commerce, de la Silicon Valley à Paris, des start-up aux géants industriels... Marc Bertin a roulé sa bosse avant de prendre[…]

01/11/2012 |
LES 3DIMENSIONS de Alexandre Guichard

LES 3DIMENSIONS de Alexandre Guichard

LES 3 DIMENSIONS DE Jérôme Frantz DIRECTEUR GÉNÉRAL DE FRANTZ ELECTROLYSE

LES 3 DIMENSIONS DE Jérôme Frantz DIRECTEUR GÉNÉRAL DE FRANTZ ELECTROLYSE

LES 3DIMENSIONS DE Pascal Mauberger, PRÉSIDENT DU DIRECTOIRE DE McPHY

LES 3DIMENSIONS DE Pascal Mauberger, PRÉSIDENT DU DIRECTOIRE DE McPHY

  • Nous suivre