Nous suivre Industrie Techno

Le français Fabulous imagine une maison imprimée en 3D pour vivre sur Mars

Le français Fabulous imagine une maison imprimée en 3D pour vivre sur Mars

© Fabulous

Spécialiste des techniques d'impression 3D, l'agence Fabulous a monté une équipe pluridisciplinaire pour développer le projet Sphero, un habitat réalisé par fabrication additive métallique. Dédié à être déployé sur Mars, Sphero est articulé autour d'un mât doté de deux bras robotisés. Le projet a été imaginé dans le cadre d'un concours lancé par l'agence spatiale américaine mais pourrait être décliné pour des projets terriens. 

« L’été est souvent propice aux rêves les plus fous » raconte dans un billet de blog Arnault Coulet. Cofondateur de l’agence Fabulous, spécialisée dans les techniques d’impression 3D, l’entrepreneur a profité de la période estivale pour monter une équipe pluridisciplinaire afin de relever un défi : imaginer un concept d’habitat imprimé en 3D pour vivre sur Mars.

Tout est parti d’un concours lancé par la Nasa en mai dernier. Baptisé 3D Printed Habitat Challenge, cet appel à projets invite les participants à imaginer des habitations extra-terrestres en s’appuyant sur les technologies d’impression 3D et les matériaux locaux. Seul hic ? La compétition n’est réservée qu’aux citoyens américains. Qu’à cela ne tienne, Arnault Coulet décide de se lancer tout de même dans cette aventure aux allures de film de science-fiction pour deux raisons : « Nous voulions démontrer le savoir-faire français en impression 3D, voyage spatial et architecture. Le second objectif était de montrer que la réalité industrielle de l’impression 3D permettait de faire de l’habitat en utilisant les matériaux indigènes sur Mars, mais aussi sur Terre », explique l’initiateur du projet.

Un mât central doté de deux bras robotisés munis d’imprimantes 3D

Composée de scientifiques, de designers, d’architectes et de spécialistes de matériaux et d’impression 3D, l’équipe soumet le projet Sfero (contraction de Sphère, fer et eau) à la Nasa. Sfero se présente donc comme une habitation sphérique faite de fer et d’eau, deux composants indigènes de la Planète Rouge. Mais Sfero est aussi un robot de construction. Le concept imaginé par Fabulous s'articule, en effet, autour d'un mât central, doté de deux bras robotisés munis d’imprimantes 3D, qui doit être enfoui dans le sol martien. « Le premier robot aspire et trie la matière pour extraire le fer et l’autre construit l’habitat par impression 3D métallique », précise Arnault Coulet.

Dans les détails, l’équipe a opté pour la technique du frittage laser direct de métal (ou DMLS, direct metal laser sintering). Un procédé déjà largement utilisé dans les domaines de l’aérospatial, de l’automobile et du médical. « Cette technique permet de construire l’habitat de bas en haut, y compris l’intérieur » ajoute le porteur du projet. Grâce au DMLS, il est possible de fabriquer des coques de fer sphériques, mais aussi alvéolaires. Un détail important pour la transparence de l’habitation. L’équipe propose, en effet, de glisser une poche aqueuse, obtenue  à partir du permafrost présent dans le sous-sol martien, entre les deux coques de fer de la sphère. Objectif : obtenir une transparence pour établir une biosphère végétale dans l’habitat. Cette poche aqueuse vise également à protéger les habitants des radiations solaires qui balayent la Planète rouge. « Il y a aussi un aspect psychologique. Cette poche aqueuse  pourrait constituer une sorte de liquide amniotique protecteur pour les humains » ajoute l’entrepreneur.

Décliner le concept Sfero pour des projets « terriens »

L'agence Fabulous s’est également penchée sur les besoins énergétiques d’un tel dispositif : « Nous pensons qu’il est fictif de développer un habitat sur Mars sans pile atomique. Nous avons donc choisi cette piste pour répondre aux besoins énergétiques de la construction, évalués à 100 kW », explique Arnault Coulet.

De part sa nationalité, le projet ne pourra pas passer les prochaines étapes de sélection de la Nasa, dont le jugement aurait été pertinent quant à la réelle faisabilité d'un tel concept. L'équipe entend toutefois continuer à développer la R&D du projet et espère pouvoir échanger avec le Cnes ou l’agence spatiale européenne (ESA). Fabulous compte également décliner le concept Sfero pour des projets "terriens". « Nous avons utilisé le concours de la Nasa comme prétexte pour développer ce nouveau concept » reconnaît Arnault Coulet. D’après lui, le secteur du BTP constitue le nouveau terrain de jeu de l’impression 3D, en attestent les projets de construction menés en Chine ou aux Pays-Bas, par exemple. « Grâce à Sfero, nous avons poussé très loin l’idée que l’habitat devait s’adapter à son milieu, aux ressources immédiatement présentes, sans sacrifier la sécurité. C’est un concept qui doit nous inspirer à l’heure où l’impression 3D va révolutionner le marché immobilier », conclut le cofondateur de Fabulous.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

« Implant Files » : pourquoi les implants médicaux sont dans la tourmente

« Implant Files » : pourquoi les implants médicaux sont dans la tourmente

C'est un nouveau scandale sanitaire. Après l'affaire des implants mammaires « PIP », une enquête du[…]

IRT Saint-Exupéry : les nouvelles plateformes technologiques opérationnelles

IRT Saint-Exupéry : les nouvelles plateformes technologiques opérationnelles

Drone à hydrogène : le rêve de deux start-up françaises

Drone à hydrogène : le rêve de deux start-up françaises

[Photo Tech] L’impression 3D mobile de bâtiments

[Photo Tech] L’impression 3D mobile de bâtiments

Plus d'articles