Nous suivre Industrie Techno

Le cordonnier se chausse bien

C. G.

Sujets relatifs :

, ,
Le cordonnier se chausse bien

La rénovation de l'éclairage de l'allée centrale du magasin sur le site Philips de Méribel montre le gain de lumière obtenu.

© D.R.

Le site de production de Miribel, dans l'Ain, améliore progressivement son éclairage en adoptant les solutions les plus avancées disponibles.

Philips, fabricant de lampes et de luminaires, se devait de donner l'exemple dans ses usines en utilisant ce qui se fait de mieux en matière d'éclairage. C'est même une volonté stratégique au niveau du groupe. Elle s'est traduite par l'opération Re-Lighting lancée mi-2007, qui concerne notamment les huit usines françaises, indique Alain Minet, chef de marché industrie chez Philips Lighting.

Un exemple parmi d'autres, le site de Miribel dans l'Ain. C'est le centre de référence européen pour les luminaires d'extérieur (éclairage urbain et architectural, éclairage public routier, installations sportives, éclairage par diodes). Un site de taille moyenne (trois cents personnes), de 20 000 m2 de surface couverte, dont 10 000 pour la production, 6 000 pour les bureaux (bureau de conception important) et 4 000 de magasin.

Respecter les besoins de chaque zone

Patrick Blachon, responsable maintenance et ingénierie industrielle du site, a reçu comme tous ses collègues à la mi-juillet 2007 une lettre de Gérard Kleisterlee, président de Philips, lançant l'opération Re-Lighting. Objectif : amener l'éclairage des sites au meilleur niveau d'efficacité énergétique possible d'ici à fin 2008. « Nos activités se répartissent en surface de bureaux pour la conception, en magasin de stockage des pièces à assembler et en production répartie en deux halls d'assemblage, un atelier de peinture et une zone de préparation des expéditions. Chacune a ses besoins propres d'éclairement. Notre production est uniquement à la commande, avec des délais de livraison très pointus, une dizaine de jours en moyenne. » On est loin d'une chaîne de production : les postes d'assemblage sont multiples, très autonomes avec une ou deux personnes par poste. Il s'agit donc d'un travail minutieux qui demande un bon éclairage.

Patrick Blachon avait déjà voulu réduire les consommations et améliorer les conditions de travail. Dès 2006, la rénovation d'un hall d'assemblage de 2 400 m2 était lancée avec des résultats quantifiés : 16 % d'économie d'énergie et 26 % d'éclairement en plus au poste de travail et, en outre, constant. L'installation était traditionnelle : rail d'alimentation Canalis, réglettes avec tubes standard TLD830, sans gradation et avec ballast ferromagnétique. Tout en gardant les suspensions et les alimentations électriques, l'installation nouvelle utilise le rail TTX (clipsage mécanique et connexion électrique pour une pose rapide), des luminaires plus performants et des tubes T5 (faible diamètre) de 49 W (58 W pour les anciens) avec un indice de couleur de 840 (830 auparavant). L'éclairement est passé de 420 à 500 lux. Les tubes sont alimentés par ballast électronique sous le contrôle d'un gradateur relié à une cellule photoélectrique. Les tubes ne donnent leur puissance lumineuse que pour compenser l'éclairage naturel zénital.

L'économie dans le confort et la qualité

L'opération de changement s'est déroulée en cinq interventions de nuit, sans arrêt de la production. Côté maintenance, le relampage était réalisé tous les deux ans. Cette année, dans cet atelier, il n'a pas eu lieu ; l'alimentation électronique et la qualité du tube T5 devraient même conduire sans problème à quatre ans d'utilisation. Autre avantage plus difficile à quantifier: le confort visuel obtenu.

En 2007, un magasin de stockage de 1 850 m2 (75 x 25 m) avec luminaires à 6,5 m de haut a bénéficié du même type d'équipement, sans l'adaptation à la luminosité vu la faiblesse des apports de lumière naturelle mais avec un niveau d'éclairement réglé à 300 lux.

Les bureaux comptent 750 points lumineux, dont 550 sont équipés en luminaires encastrés carrés de 600 mm avec 4 tubes de 18 W et ballast ferromagnétique. Ils passeront en système Actilum 4 x14 W avec gradateur et détection de présence (plus de 20 % d'économie d'énergie prévue). Avec Actilum, un luminaire maître peut piloter dix autres luminaires et créer deux zones d'éclairement différent selon les zones sombres. Cette possibilité sera utilisée dans un bureau "open space" de 300 m2 pour tenir compte de l'éclairement naturel.

Au total 1 250 points lumineux auront été rénovés . Et cette démarche entre dans le mécanisme des certificats d'économie d'énergie.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°HS903

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2008 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Des usines propres du sol au plafond

Des usines propres du sol au plafond

Les autolaveuses, aspirateurs, balayeuses et autres nettoyeurs haute pression misent sur la fiabilité et l'efficacité pour répondre aux besoins des[…]

01/09/2008 | ConfortEntretien
POUSSIÈRES ET ODEURS DES BESOINS SPÉCIFIQUES

POUSSIÈRES ET ODEURS DES BESOINS SPÉCIFIQUES

La location optimise le nettoyage

La location optimise le nettoyage

NETTOYAGE

NETTOYAGE

Plus d'articles