Nous suivre Industrie Techno

Le contre-bruit s'attaque aux machines

Youssef Belgnaoui

Sujets relatifs :

, ,
Le contre-bruit s'attaque aux machines

Le bruit capté par le micro est traité par une carte électronique "maison" qui l'analyse et duplique une contre-onde qui sera émise par les haut-parleurs.

© D.R.

Le kit antibruit de RNS Engineering réduit efficacement le ronronnement et le ronflement de machines telles que moteurs ou souffleries.

Les fabricants redoublent d'ingéniosité pour réduire le bruit de leurs machines, mais il est dans certains cas bien difficile de l'éliminer complètement. Et même lorsque le niveau de bruit est réduit au minimum lors de la conception d'un équipement, celui-ci peut malheureusement s'accentuer au cours de la vie de la machine.

Le capotage de la source de bruit par des panneaux d'isolation ou le recouvrement par des matériaux absorbants est efficace pour les moyennes et hautes fréquences acoustiques (1 à 40 kHz). Mais en dessous de 1 000 Hz (correspondant à des ronflements et ronronnements de moteurs et de souffleries par exemple), ces solutions montrent leurs limites. Il faut donc associer à ces systèmes d'absorption acoustique passifs un dispositif de contrôle actif du bruit. La jeune société montpelliéraine RNS Engineering a justement fait de la réduction des nuisances sonores son cheval de bataille. Créée en janvier 2006, l'entreprise s'est appuyée sur le laboratoire de mécanique acoustique du CNRS à Marseille puis sur le laboratoire acoustique de l'École centrale de Lyon pour concevoir un système d'absorption acoustique actif.

Son principe de fonctionnement est simple. Le bruit est capté par un micro. Le signal ainsi acquis est traité par une carte électronique qui analyse le bruit et duplique une contre-onde en opposition de phase sur toutes les fréquences du signal d'origine. Cette contre-onde est recalée dans le temps et émise par un haut-parleur. La fusion des deux ondes délivre alors une onde de faible énergie acoustique.

Adaptation automatique au changement de bruit

Le principe théorique est simple mais la réalisation pratique est bien plus complexe. « Pour réaliser notre kit antibruit, nous avons développé un algorithme spécifique pour traiter les bruits aléatoires et nous avons conçu notre propre carte électronique afin de pouvoir réaliser du vrai temps réel. Le temps de traitement et de génération de la contre-onde devait être inférieur à la milliseconde », explique Jean-Claude Odent, président de l'entreprise.

Ce kit antibruit offre, de plus, un traitement adaptatif. Ainsi, si le bruit change au cours de la vie de la machine ou du process de production, il s'adapte automatiquement à ces changements et conserve son efficacité.

Les ronflements et ronronnements des moteurs et autre souffleries ont donc trouvé leur maître. Ce kit vise la réduction du niveau sonore sur des machines ou des zones de travail localisées. À titre d'exemple, ce dispositif, couplé à des matériaux absorbant, a permis de réduire de 18 dB (100 à 82 dB) le bruit d'une soufflerie sur une gaine de 30 cm de côté sur 60 cm de long.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0881

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2006 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Le papier électronique prend des couleurs

Le papier électronique prend des couleurs

Fujitsu introduit le premier terminal mobile équipé d'un écran ePaper en couleurs.Le papier électronique (ePaper), utilisé notamment sur les terminaux[…]

01/04/2009 | AFFICHAGEInnovations
Quand l'environnement stimule l'innovation

Quand l'environnement stimule l'innovation

ENVIRONNEMENT

Focus

ENVIRONNEMENT

La chimie en quête de solutions moins énergivores

La chimie en quête de solutions moins énergivores

Plus d'articles