Nous suivre Industrie Techno

Le conditionnement s’emballe

Industrie et Technologies

Sujets relatifs :

,
Düsseldorf, 21-27 avril. Au salon Interpak, les machines d’emballage se surpassent pour fabriquer plus vite et, si possible, plus longtemps.

Les salons allemands se suivent et se ressemblent : comme à la Foire de Hanovre, les allées du Parc des expositions de Düsseldorf ont été envahies dès l’ouverture du salon Interpack 2005 par de nombreux visiteurs à la recherche de dernières nouveautés dans le domaine de l’emballage.

Ils avaient d’ailleurs beaucoup à faire et des semelles en acier n’étaient pas superflues car cette année le salon a battu tous les records : 164000 m2 d’exposition dans 18 halls où exposaient leurs produits et machines pour le conditionnement et l’emballage de quelque 2668 sociétés de 57 pays.

Il est vrai que les chiffres qui caractérisent le marché mondial de l’emballage donnent le tournis. Jugez en : le marché de machines d’emballage atteigne les 20 milliards d’euros, et si on additionne celles pour le conditionnement des aliments on double ce chiffre. Enfin la production mondiale totale dans le domaine de l’emballage est estimée à 400 milliards d’euros.

Première impression du salon : la fabrication des emballages et les machines de conditionnement n’échappent pas aux impératifs que connaissent les autres industries. A savoir, l’amélioration continue de la productivité et le respect des normes environnementales.

 Le salon était marqué en ce qui concerne la lutte antipollution par une première : l’apparition d’un espace de 500 m2 consacré exclusivement aux matériaux biodégradables et qui regroupait une vingtaine d’offreurs. Mentionnons que la consommation européenne de bioplastiques a été de 40000 tonnes en 2003, soit le double de celle de 2001.

L’automatisation ne cesse donc pas de se renforcer pour améliorer le rendement des installations. On connaissait ainsi depuis plusieurs années l’efficacité de robots Delta dans les opérations de prise et de placement dans le conditionnement de boîtes de chocolats par exemple. Bosch innove cependant en mettant en proposant une ligne de fabrication dotée de tels robots. Une dizaine de robots Delta mis en parallèle assurent des opérations de conditionnement.

ABB propose lui aussi un robot Delta très efficace, l’IRB 340 FlexPicker, qui peut assurer jusqu’à 150 prises par minute.

Kuka dévoilait un nouveau robot de palettisation, le KR 40 PA. Extrêmement intelligent, ce robot sait par exemple, ranger des objets différents en les sélectionnant. Construit en aluminium avec un bras en composite renforcé, le robot possède une source d’énergie intégrée, une première dans le domaine de la robotique.

L’autonomie de machines est un autre élément qui améliore la productivité comme le démontre Apex Automate. Le spécialiste de machines de dépilage, propose une gramme qui répond à toutes les applications compte tenu de cadences, de formes, de dimensions et du positionnement. Exemple : le dépileur margeur DF MGA qui dispose d’un magasin de 1500 mm et fonctionne à une cadence de 500 dépose/min.

Fabriquer des bouteilles thermoformées et les conditionner : c’est l’exploit réussi par Erca-Formseal, une filiale du groupe allemand IWKA, avec sa ligne EFB-330. Un développement financé par l’Ademe car cette solution réduit de moitié la matière nécessaire à la production d’une bouteille. Une installation compacte (elle n’occupe que 250 m2) qui fabrique par thermoformage des bouteilles de 330 ml, décorées dans le moule, remplies en mono ou multi parfums et scellées dans une enceinte aseptique. Bouchonnées, encartonnées et palettisées à une cadence de 10000 bouteilles à l’heure… et le tour est joué.

Regrouper plusieurs fonctions sur une seule machine n’est pas une exclusivité de la machine-outil pour enlèvement de métal comme le démontre les installations de Sogem, de Bradman Lake Group ou d’Aries Packaging. La ligne de suremballage de ce dernier est une installation dotée d’une suremballeuse Ariform 603 qui allie les fonctions de regroupement de plaques de 4 ou 6 pots sur une ou deux couches et d’une encaisseuse de plateaux d’une capacité de 24 à 48 pots. Une solution qui comporte aussi un robot Fanuc M-420iA pour le transfert des packs, ce qui améliore l’autonomie du système.

Cermex, filiale de Tetra Laval, innove lui dans le domaine des équipements destinés aux opérations ultimes de lignes d’emballage. Sa fardeleuse sans soudure TSI pour mini-briques et petites bouteilles possède un système d’alimentation qui peut assurer une cadence de 32000 bouteilles/heure. Le constructeur propose aussi un combiné d’embarquettage Pick & Pack doté d’un système de vision et d’un robot 6 axes

Productivité et réduction de coûts également côté fabrication de boîtes métalliques avec l’acier hyperemboutissable que propose Arcelor Packaging International. Destiné aux boîtes métalliques de forme complexe, cet acier très ductile baptisé Creasteel, réduit le cycle de fabrication.

Même soucis chez Avery Dennison grâce à des innovations dans le domaine des attaches pour l’emballage. Son système VNS (variable needle system) fixe un produit sur un dorsal en carton en quelques secondes à l’aide d’une agrafe élastique. La solution peut s’intégrer dans une ligne automatisée et remplace les fermetures à torsion et les colliers de serrage. Elle évite le recours aux emballages coque ou double coque. A remarquer aussi sa solution System 1000 pour le marquage de produits qui évite la contrefaçon.

Le spécialiste du conditionnement des liquides et des semi-liquides PKB privilégie la polyvalence des installations. Destinées à l’industrie de la pharmacie, de la cosmétique et aux conditionneurs à façon, ses machines Virtuo et Robo Prise Positive sont capables de répondre à des besoins variés.

La Virtuo est une remplisseuse volumétrique qui permet un réglage individuel de chaque pompe et tient compte de la forme des flacons. La Robo Prise Positive est un système de sertissage positif des pompes capillaires qui peut lui aussi traiter des flacons dont la hauteur varie.

Rien ne serait possible cependant sans des systèmes de contrôle performants et adaptés aux besoins d’une industrie si particulière comme l’emballage. Rockwell Automation illustrait cette démarche avec plusieurs solutions intéressantes destinées aux industries de sciences de la vie (pharmacie et autres) comme la nouvelle version de son logiciel MES (manufacturing execution system) Propack data PMX qui fournit les informations nécessaires pour répondre au plus vite à la demande.

Le fabricant américain annonçait aussi une nouvelle famille d’entrées/sorties modulaires ArmorPoint d’Allen Bradley compatibles Ethernet/IP, modulaires et IP67.

Enfin, la technologie RFID était à l’honneur avec un minisalon qui faisait le point sur cette solution qui a le vent en poupe… 

Mirel Scherer


 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Dossier composites : comment ils vont surpasser les métaux

Dossiers

Dossier composites : comment ils vont surpasser les métaux

Les composites ne cessent d'innover pour rester compétitifs face aux autres matériaux. L'innovation porte sur les matériaux eux-mêmes, mais aussi sur[…]

Les colloques à venir - Au 12 juin 2009

Agenda

Les colloques à venir - Au 12 juin 2009

Les Nanotechnologies, vous connaissez ?

Les Nanotechnologies, vous connaissez ?

IT 911 mai 2009

IT 911 mai 2009

Plus d'articles