Nous suivre Industrie Techno

Interview

« Le CNRS doit être à l’écoute des petites entreprises »

Thibaut De Jaegher

Sujets relatifs :

, ,
« Le CNRS doit être à l’écoute des petites entreprises »
Rencontre avec Alain Fuchs, président du CNRS. Le déclin de la France de la recherche, Alain Fuchs ne veut pas en entendre parler. Pour le nouveau patron du CNRS, notre pays a les capacités de rebondir pour retrouver le meilleur niveau mondial. Et la maison qu’il dirige peut évidemment y jouer un rôle crucial. Il dévoile, en exclusivité pour Industrie & Technologies, sa vision.

La France a-t-elle encore les moyens de faire partie des meilleurs mondiaux en matière de recherche ?

Je déteste ces discours autour du déclin de la France. Ce n'est pas parce que l'on a raté un train que l'on n'est pas capable de prendre le suivant ! Je reconnais que nous n'avons pas été bons sur les biotechnologies mais dans le nucléaire civil nous sommes dans les leaders mondiaux. Je pense qu'un grand pays scientifique se juge surtout sur sa capacité à rebondir, sur sa capacité à trouver les ressources suffisantes pour développer des projets qui lui sont propres. Et je crois que notre pays a ces qualités.


Quel rôle le CNRS peut-il jouer dans cette relance ? Sur quelles thématiques travaillez-vous ?

La question ne se pose pas en ces termes au sein du CNRS. A l’image de ce qui se fait à l'Agence nationale de la recherche (ANR), nous avons un système dual qui propose de financer à la fois des projets de recherche sur des thématiques précises comme les énergies nouvelles, le changement climatique ou la santé et des projets en blanc où c'est le chercheur qui suggère de creuser un domaine de recherche. Je ne souhaite pas revenir sur cette dualité. Mon souhait est plutôt de réussir à promouvoir la bonne recherche dans tous les domaines, sans a priori.


La bonne recherche... c’est très subjectif comme qualification, non ?


Je pense qu'un champ de recherche est pertinent quand il se situe au meilleur niveau mondial. C'est à dire quand les publications d'un chercheur font l'objet de citations. Quand il réussit à coloniser les conférences internationales qui sont données sur son sujet ou mieux quand il s'y fait inviter, dans ces cas là, on peut dire qu’il est parmi les meilleurs. Le CNRS a toujours eu cette culture d'excellence et elle doit la garder. Nous devons être sur les coups ! Ceux où se joue la compétition au niveau international à l'image de ce que nous avons réalisé avec les nanotubes de carbone, un domaine où nous étions parmi les premiers à travailler dessus.


Et les « coups » de demain, dans quelle discipline les trouverons-nous ?

Il y aura assurément des révolutions technologiques dans les énergies nouvelles. Le rendement théorique d'une cellule photovoltaïque est de 70 à 80 % mais nous arrivons aujourd’hui péniblement à atteindre les 15 %. Dans les matériaux, il faut s’attendre à des ruptures aussi. Certains chercheurs jouent du piano avec le tableau périodique des éléments pour créer quasi quotidiennement des nouveaux matériaux ou des hybrides où se mêlent des métaux et des matières organiques. Dans la santé, il y a des choses extrêmement excitantes qui sont en train de se produire en lien avec les thérapies géniques. Nous devons y prendre part.


Les entreprises privées peuvent-elles jouer un rôle dans cette relance ?

Oui, mais nous devons arrêter de penser grands groupes. Nous savons travailler avec eux et nous le faisons bien. Et il faut continuer. Mais notre attention doit désormais se porter vers les petites entreprises. Nous avons basculé vers une économie de la connaissance où le ''small business'' est roi. Et dans ce contexte, le temps nécessaire pour passer de l'invention à l'innovation est devenu crucial. Et ce n’est malheureusement pas un domaine où le système français excelle. Nous comptons beaucoup sur les sociétés d'accélération de transfert de technologie, qui devront être mises en place dans le cadre du Grand Emprunt, pour nous libérer de ce handicap.

Propos recueillis par Thibaut De Jaegher 

L’intégrale de l’entretien avec Alain Fuchs est à lire dès le 9 avril dans notre mensuel.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Thales réalisera FLEX, le satellite qui observe la photosynthèse

Thales réalisera FLEX, le satellite qui observe la photosynthèse

En 2023, la mission Fluorescence Explorer (FLEX) de l’Agence spatiale européenne ira scruter la faible lumière infrarouge[…]

[Meilleures technos de l'année] Effervescence autour des vols spatiaux habités

[Meilleures technos de l'année] Effervescence autour des vols spatiaux habités

Sonde martienne, aile ionique, intelligence artificielle… les innovations qui (re)donnent le sourire

Sonde martienne, aile ionique, intelligence artificielle… les innovations qui (re)donnent le sourire

L’escorte CubeSats d’InSight remplit sa mission avec succès

L’escorte CubeSats d’InSight remplit sa mission avec succès

Plus d'articles