Nous suivre Industrie Techno

Le CNISF se donne un nouveau président

Fabrice Frossard

Sujets relatifs :

, ,
Le CNISF se donne un nouveau président

Julien Roitman va assurer la promotion du métier d'ingénieur

© DR

A l’issue de l’assemblée générale du Conseil national des ingénieurs et scientifiques de France, Julien Roitman, un Supelec, est élu pour succéder à Noël Clavelloux.

Julien Roitman a donc eu la préférence des 30 administrateurs du Conseil national des ingénieurs et scientifiques de France (CNISF)  face à Bruno Witz, pour  poursuivre l’action menée par le président sortant Noël Clavelloux.

Ingénieur diplômé de Supelec, Julien Roitman a effectué une grande partie de sa carrière chez IBM où il exerce diverses responsabilités avant de quitter le géant de l'informatique en 2005 pour fonder France Compétitivité, un réseau national de soutien aux pôles de compétitivité. Parallèllement, il occupe un poste d’administrateur à l’Idate (2000-2002).

A la présidence de l’association des anciens de Supelec (depuis 2007), Julien Roitman a su redonner un élan à l’association après avoir stoppé l’hémorragie de cotisants. A ce poste, il fut aussi un des ardents militants du rapprochement de Supelec et de Centrale. Cette fine connaissance des écoles, mais surtout des associations ont très certainement plaidé en sa faveur.

A ce poste de président du CNISF, il poursuivra l’action menée par Noël Clavelloux qui pendant six ans s’est employé à promouvoir et à valoriser la profession d’ingénieur auprès des pouvoirs publics et des entreprises. Ce qui pour François Blin, délégué général du CNSIF sera aussi la principale mission de Julien Roitman, avec l’affirmation du rôle fédératif du Conseil auprès des associations regroupant les 850 000 ingénieurs diplômés recensés en France.

Pour ce faire, outre l’évangélisation déjà menée dans les écoles, lycées et autres colloques, le CNISF compte également sur les réseaux sociaux pour assurer la transmission des bonnes pratiques et assurer son rôle transversal. La première communication de Julien Roitman entérine ce programme : « Dans l’intérêt même du pays, je suis attaché à la reconnaissance des métiers d’ingénieur et de scientifique, à la valorisation de leurs diplômes, et à la promotion de la filière de formation française. Chacun doit prendre conscience de ce que représentent vraiment les professions scientifiques et techniques, et de leur apport à la richesse nationale quand on leur donne les moyens de jouer leur rôle ».

Fabrice Frossard

 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Académiques et industriels lancent à Grenoble l’institut 3IA dédié à l’intelligence artificielle

Académiques et industriels lancent à Grenoble l’institut 3IA dédié à l’intelligence artificielle

L’institut grenoblois MIAI dédié à l’intelligence artificielle labellisé 3IA a été[…]

L’IA française se dope au  calcul intensif

L’IA française se dope au calcul intensif

Sensibilité record pour la pesée de molécules avec de la lumière

Sensibilité record pour la pesée de molécules avec de la lumière

La deeptech vient en force à VivaTech

La deeptech vient en force à VivaTech

Plus d'articles