Nous suivre Industrie Techno

Vidéo

Le cargo spatial de la capsule Orion aux essais

Guillaume Lecompte-Boinet

Sujets relatifs :

, ,
Le cargo spatial de la capsule Orion aux essais

Vue d'artiste de la capsule Orion et de son module de service

© DR

La Nasa va procéder aux premiers essais dynamiques du module de service du vaisseau spatial Orion MPCV. Ce cargo de l’espace est conçu et construit par l’industrie européenne, avec Airbus Defence and Space en maître d’oeuvre et Thales Alenia Space. La filiale d’Airbus Group réutilise pour cela tout le savoir-faire technologique qu’elle a acquis avec l’ATV, le vaisseau automatique européen de transfert qui a ravitaillé la station spatiale internationale (ISS) jusqu’à fin 2014.

Airbus Defence and Space (ADS) a livré le premier module structurel d’essai (STA) qui servira au module de service de la capsule Orion MPCV, fabriquée par Lockheed Martin Space Systems. Ce cargo spatial est destiné à livrer du fret en tout genre, eau, gaz, composants vitaux, alimentation électrique à la future capsule habitée Orion de la Nasa, cette dernière étant notamment destinée à des missions lunaires. Une batterie complète  d’essais, de chocs, de charges et contraintes auxquelles sera soumis le module lors du lancement,  vont être menés au centre de Plum Brook Station de la Nasa, à Sandusky, dans l’Ohio. « Nous allons par exemple simuler le déploiement grandeur réelle des panneaux solaires, vérifier le comportement des liquides à l’intérieur des réservoirs », explique Jean-Luc Bonnaire, responsable du projet chez ADS. Au total, près de 400 capteurs seront installés sur le module. Ces tests font suite aux essais statiques menés sur le site de Thales Alenia Space à Turin. Les résultats permettront par ailleurs de déterminer si les exigences en matière de structure et de masse sont conformes aux calculs, et si le module de service répond aux normes de sécurité des équipages de la Nasa.

Le module de service d’Orion est moins volumineux que l’ATV, le cargo spatial qui a ravitaillé l’ISS de façon automatique entre avril 2008 et décembre 2014. « Le STA représente environ 50 % de l’ATV en termes de fonctions car l’ATV avait plus d’avionique », ajoute Jean-Luc Bonnaire. La masse totale du module européen sera d'une douzaine de tonnes, contre un peu plus de 20 tonnes pour l’ATV. Pour autant, ADS a utilisé de nombreuses technologies développées pour l’ATV. Par exemple, les systèmes de guidage permettant à l’ATV de s’arrimer sans à-coups à l’ISS à une vitesse de 28 000 km/h et à une altitude de 350 à 400 km (orbite basse).

Un module de service européen pour une capsule américaine

Le module de service d’Orion est un cylindre d’environ 4 mètres de diamètre et de hauteur, équipé des quatre panneaux solaires. La grande différence avec l’ATV, c’est que le module de service européen sera fixé directement sous la capsule Orion afin de la propulser. Outre sa capacité de propulsion, il permettra des manœuvres orbitales et de contrôle d’attitude, fournira de l’eau et de l’oxygène à l’équipage et assurera l’alimentation et le contrôle thermique, tant qu’il sera arrimé au module d’équipage. Le module de service non pressurisé pourra également servir à transporter du fret supplémentaire.

« Nous sommes la première entreprise européenne à fournir un système vital destiné à une mission spatiale dont l’équipage est composé d’astronautes américains », a déclaré François Auque, Directeur de Space Systems chez ADS. La première mission d’Orion, baptisée Exploration Mission-1, doit avoir lieu en 2017 et  sera un vol circumlunaire inhabité avec retour sur Terre. L’objectif consiste à valider à la fois les performances de la capsule avant son utilisation pour le vol habité et celles du nouveau lanceur Space Launch System (SLS) de la NASA. Dans le cadre de la mission Exploration Mission-2, la capsule Orion devrait être lancée après 2020, emportant cette fois des astronautes à son bord.

Guillaume Lecompte-Boinet

En savoir plus : http://space-airbusds.com

 

La vidéo présentant le module de service d'Orion

 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Lancement réussi pour EDRS-C, le 2e satellite de l’autoroute des données spatiales

Lancement réussi pour EDRS-C, le 2e satellite de l’autoroute des données spatiales

EDRS-C, deuxième nœud du « premier réseau fibre optique de l’espace » initié par Airbus et l'Agence[…]

06/08/2019 | SpatialFibre optique
Airbus et OneWeb inaugurent leur usine de fabrication de satellites en Floride

Airbus et OneWeb inaugurent leur usine de fabrication de satellites en Floride

Avec SWOT, l'altimétrie spatiale s'intéresse aussi aux surfaces d'eau continentales

Avec SWOT, l'altimétrie spatiale s'intéresse aussi aux surfaces d'eau continentales

Eolien marin flottant, impression 3D et design, satellites... Les innovations qui (re)donnent le sourire

Eolien marin flottant, impression 3D et design, satellites... Les innovations qui (re)donnent le sourire

Plus d'articles