Nous suivre Industrie Techno

Le calcul intensif se met à portée des PMI

Ridha Loukil
Le calcul intensif se met à portée des PMI

© D.R.

Pas besoin d'investir dans un supercalculateur. Le calcul scientifique devient accessible aux PMI via des plates-formes mutualisées.

Le calcul à haute performance n'est plus réservé aux grandes entreprises. Grâce à des plates-formes mutualisées comme Virtual Nodes, il se met aujourd'hui à la portée des PME-PMI. Inaugurée en avril dernier à Évry, au sein de Genepole, le parc de recherche en génétique et biotechnologies, cette plate-forme dispose d'un supercalculateur de 9 Tflops et de différents logiciels de simulation numérique. Elle est ouverte, non seulement aux centres de recherche et PME-PMI de l'Essonne, dans le cadre du pôle de compétitivité Systematic, mais aussi de toute la Région Île-de-France dans des conditions particulièrement avantageuses.

La plate-forme est accessible en quelques clics sur le Web, via une liaison à 1 Gbit/s. L'utilisateur peut exploiter les logiciels mis à sa disposition ou faire tourner ses propres codes de calcul. Selon les besoins, il compose la puissance de calcul nécessaire de quatre à plusieurs centaines de coeurs de traitement en parallèle.

La société Oxalya, qui gère la plate-forme, apporte des services de configuration de la machine et d'adaptation des codes au parallélisme. Elle s'engage à mettre les moyens de calcul demandés dans un délai de moins de vingt-quatre heures. Avec les autres plates-formes de calcul intensif, comme celle du CEA à Bruyères-le-Châtel (Essonne), le délai est de dix jours. Enfin, l'utilisateur, affranchi de tout investissement, ne paie que la puissance consommée estimée en gigaflops-heure, sur le modèle du kilowattheure de l'électricité, sans minimum de consommation.

Un supercalculateur est un gage de compétitivité

Le calcul intensif constitue le troisième pilier de la R&D aux côtés de la modélisation théorique et de l'expérimentation. Calcul de structure, simulation numérique, vérification des modèles théoriques, validation des résultats expérimentaux... Il devient de plus en plus indispensable au développement de produits et à l'avancement de la recherche dans le BTP, l'aéronautique, l'automobile ou la biologie. Son accessibilité conditionne la compétitivité de l'industrie et les progrès de la recherche. Or les PME-PMI n'ont ni les moyens financiers ni l'expertise technique pour disposer en interne d'un supercalculateur. Certes, des sociétés d'Internet comme Google ou Amazon louent pendant les heures creuses leur immense parc de serveurs à des fins de calcul. « Mais cette offre est inadaptée aux PME-PMI, car elle ne s'accompagne ni des services de configuration de machine ni de mise à disposition de logiciels de calcul », estime Alban Schmutz, PDG d'Oxalya.

La plate-forme Virtual Nodes vise à lever ces obstacles. Elle représente un investissement de 2 millions d'euros couverts à égalité par Hewlett-Packard (HP) et Oxalya. Le constructeur informatique apporte gratuitement le supercalculateur, tandis que la société française spécialisée dans les technologies de calcul intensif met dans la corbeille les logiciels de simulation et ses services d'intégration.

Les entreprises de moins de 250 personnes de l'Essonne bénéficient d'un million d'heures gratuites d'utilisation dans la limite de 50 000 heures par utilisateur. Les revenus générés seront aux deux tiers investis dans l'accroissement de la puissance de calcul qui, selon Sylvain Sadier, directeur du développement industriel chez HP, devrait atteindre 30 à 35 Tflops dans deux à trois ans.

Cette opération est une réédition de l'initiative inaugurée en février à Grenoble (Isère), au pôle Minalogic, avec les mêmes contributeurs (HP et Oxalya), les mêmes moyens et les mêmes conditions d'accès. HP s'attend à ce qu'elle soit reproduite ailleurs en France dans l'avenir.

EN BREF

- Deux supercalculateurs sont mis gratuitement par HP à la disposition des pôles de compétitivité Minalogic, à Grenoble, et Systematic, à Évry. - Ils sont accompagnés par des services techniques et des logiciels de calcul mis à la disposition des utilisateurs par la société Oxalya. - Les PME-PMI y accèdent via le Web et ne paient que la consommation.

UNE PUISSANCE DE CALCUL DE 9 TFLOPS

- Constitué d'une grappe de 139 serveurs à lames, le supercalculateur, mis par HP à disposition de Minalogic et Systematic, offre une puissance de calcul de 9 Tflops (1 000 milliards d'opérations en virgules flottantes par seconde) et une capacité de stockage de 78 To. Les serveurs sous forme de cartes sont reliés entre eux par un réseau Infiniband à 20 Gbit/s. Chacun s'appuie sur deux processeurs quadricoeurs Intel Xeon 5450 cadencés à 3 GHz. L'ensemble tient dans un châssis de la taille d'un gros frigo et consomme 143 kVA d'électricité.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0900

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2008 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Au Sido, les start-up misent sur l'IA pour séduire l'industrie

Au Sido, les start-up misent sur l'IA pour séduire l'industrie

Les start-up n'ont pas manqué le rendez-vous du salon international des objets connectés (Sido) de Lyon pour présenter leur[…]

Longévité des batteries, Microsoft IA, laser ultra-puissant… les innovations qui (re)donnent le sourire

Longévité des batteries, Microsoft IA, laser ultra-puissant… les innovations qui (re)donnent le sourire

Microsoft IA, cybersécurité IBM, ralenti vidéo… les meilleures innovations de la semaine

Microsoft IA, cybersécurité IBM, ralenti vidéo… les meilleures innovations de la semaine

La première Ecole IA Microsoft de Lyon

La première Ecole IA Microsoft de Lyon

Plus d'articles