Nous suivre Industrie Techno

Le BlueTram, comment ça marche ?

Jean-François Preveraud

Mis à jour le 17/01/2015 à 08h51

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Le BlueTram, comment ça marche ?

Un véhicule de 22 à 90 places suivant la longueur

© DR

Le BlueTram est équipé des super-capacités se rechargeant en 20 secondes qui lui donnent une autonomie de 2 km. Les arrêts, distant de 1 km, assurent une recharge régulière du système

Le BlueTram est un véhicule électrique de transport urbain dont l’usage s’apparente à celui d’un tramway, mais sans nécessiter d’infrastructures lourdes spécifiques (voies, caténaires…). Equipé de pneumatiques, il roule sur une chaussée traditionnelle. Il a de ce fait un coût de 5 à 10 moins élevé qu’une ligne de tramway classique, qui revient en moyenne à 20 millions d’euros du kilomètre. De plus, son installation limitée à l’implantation d’arrêts munis de points de recharge est rapide et prend environ trois mois.

Chaque BlueTram est équipé de 30 modules de 20 super-capacités de 3 000 farads chacune, installés sur le toit pour stocker l’énergie de propulsion. Il peut ainsi parcourir environ 2 kilomètres par ‘‘plein’’ d’électricité.

                           
                                                                  La recharge complète demande 20 secondes

Les stations d’arrêt, produites par Automatic Systems, filiale du Groupe Bolloré, nécessitent, elles aussi, 30 modules composés chacun de 20 super-capacités de 3 000 farads chacune.

                           
                           Les arrêts avec la perche téléscopique de recharge

A chaque arrêt, le BlueTram se recharge en moins de 20 secondes grâce à un connecteur de charge télescopique, pendant que les passagers montent et descendent (22 personnes peuvent être ainsi transportées par le BlueTram de 6 mètres et 90 personnes par le BlueTram de 12 mètres).

L’ensemble est géré par une solution intégrée développé par BlueTram qui pilote les véhicules, les stations d’arrêt et de recharge, les flux et le trafic. Cette solution est issue de l’expérience acquise via Autolib’ et l’opérateur de transport de personnes BlueBus.

A titre d’exemple, un parcours urbain de 15 km, équipé avec 10 BlueTram de 12 mètres accueillant 90 personnes et une station tous les kilomètres, pourrait véhiculer 15 000 passagers par heure. Les BlueTram desserviraient chaque station toutes les 4 minutes avec un temps d’arrêt en station de 1 minute. Ce qui serait largement suffisant pour une recharge complète (moins de 20 secondes). L’investissement total serait de l’ordre de 30 millions d’euros pour une utilisation journalière de 18 heures.

Jean-François Prevéraud

Pour en savoir plus : http://www.bollore.com

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Poussés par la réglementation, les bus à hydrogène arrivent en ville

Poussés par la réglementation, les bus à hydrogène arrivent en ville

Si Versailles, Pau et Lens s'affichent en précurseurs des bus à hydrogène en France, nombreuses sont les villes à[…]

Pour bien commencer la semaine : l’Occitanie accélère sur la mobilité lourde à hydrogène

Pour bien commencer la semaine : l’Occitanie accélère sur la mobilité lourde à hydrogène

Des pérovskites inorganiques pour des cellules photovoltaïques plus stables

Fil d'Intelligence Technologique

Des pérovskites inorganiques pour des cellules photovoltaïques plus stables

Projet Hyport, bus et train : l'Occitanie accélère sur la mobilité lourde à hydrogène

Projet Hyport, bus et train : l'Occitanie accélère sur la mobilité lourde à hydrogène

Plus d'articles