Nous suivre Industrie Techno

Le big data pour optimiser le trafic aérien

Le big data pour optimiser le trafic aérien

© NATS

Le trafic aérien, s'il est mal optimisé, coûte cher à l'environnement et à la collectivité. Un problème décuplé par l'augmentation du nombre de vols. Le programme européen Sesar (Single European Sky ATM Research), s'est emparé de cette problématique. Les technologies du big data devraient être déterminantes pour sa réussite.

Avec une flotte mondiale et un trafic de passagers qui vont doubler d'ici une vingtaine d'années, les responsables de la gestion du trafic aérien ont un sérieux problème. Comment absorber de tels volumes, alors même que le ciel européen est déjà congestionné ? C'est à cela que doit servir le programme européen Sesar, lancé en 2007, qui doit durer au-delà de 2020.

« On gaspille 7,8 millions de tonnes de carburant par an à cause d'une mauvaise gestion du trafic aérien », lance Pierre Fossier, directeur technique à la division Systèmes terrestres et aériens de Thales.

Les enjeux sont économiques, environnementaux et liés à la sécurité. Parmi les pistes étudiées, l'une concerne l'amélioration des trajectoires des avions. Elle pourrait faire économiser 4 milliards d'euros par an ! Les technologies du numérique aideront notamment à améliorer les communications avec le sol et les autres avions, pour éviter le risque de se présenter au même moment à l'atterrissage et aplanir la trajectoire dans les phases de décollage et d'atterrissage.

Connecter tous les acteurs du trafic aérien en Europe
 

À partir de 2018, entre cent et deux cents A 320 utilisant des lignes aériennes régulières seront équipés d'un logiciel d'optimisation de trajectoire pour effectuer un test grandeur nature. Cela supposera aussi des équipements spécifiques dans les tours de contrôle, de façon à faciliter les échanges de données, et anticiper les facteurs de retard, comme les déroutements visant à éviter un orage.

La numérisation du contrôle aérien français est d'ailleurs en cours, jusqu'en 2017. Dans l'avion, au lieu des échanges vocaux, pas toujours très audibles, les communications des pilotes seront numérisées et transmises via un réseau sécurisé. À terme, avec l'accroissement du trafic, les volumes échangés risquent d'augmenter fortement.

Pour gérer ce basculement vers le big data, Sesar a prévu d'implémenter le système Swim (System Wide Information Management). Ce réseau d'échanges d'informations, un datalink sécurisé, connecte tous les acteurs du trafic aérien en Europe, pour « s'assurer que l'information nécessaire sera disponible à tout moment, au bon endroit et au niveau de qualité requis », précise Pierre Bachelier, responsable de la gestion du trafic aérien chez Airbus. Cela couvre les données liées aux aéroports ou à l'espace aérien, les informations météorologiques, les plans de vol et toutes les informations liées au contrôle aérien. Techniquement, les solutions sont sur étagère. Reste à les déployer, ce qui devrait être fait à partir de 2020.

ÉCONOMIES ET SÉCURITÉ

Lancé officiellement en 2007, le programme européen Single European Sky ATM Research, Sesar, d'un coût global de 20 milliards d'euros, sera déployé entre 2014 et 2020 en plusieurs phases, et des déploiements supplémentaires sont prévus au-delà de 2020. Il s'est donné pour objectifs de réduire la consommation de carburant par vol de 2,8 % et de diminuer de 40 % les risques d'accidents. La plupart des industriels, des aéroports et des responsables de la navigation aérienne (comme la Direction générale de l'aviation civile, DGAC, en France) en sont parties prenantes.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0977

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2015 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Les PME et TPI de la supply chain, encore parents pauvres de la cybersécurité

Les PME et TPI de la supply chain, encore parents pauvres de la cybersécurité

Les 19e Assises de la sécurité et des systèmes d’information, qui se sont tenues du 9 au 12 octobre à Monaco,[…]

Des robots pour l'A320 : Airbus pousse l'automatisation à Hambourg

Des robots pour l'A320 : Airbus pousse l'automatisation à Hambourg

Le projet Euroglider de planeur à motorisation électrique valide son concept en vol

Le projet Euroglider de planeur à motorisation électrique valide son concept en vol

Photovoltaïque européen, superalliages, smart-city… les meilleures innovations de la semaine

Photovoltaïque européen, superalliages, smart-city… les meilleures innovations de la semaine

Plus d'articles