Nous suivre Industrie Techno

Le béton ultra haute performances prend le train

Industrie et Technologies

Sujets relatifs :

, ,
A Annet-sur-Marne, la poutre pont-canal de la ligne du TGV Est utilisera le béton fibré à ultra hautes performances BSICeracem du duo Eiffage-Sika.

La poutre pont-canal du LGV Est, à hauteur d’Annet-sur-Marne (77), est un ouvrage de 26,55 m de longueur qui, en permettant l’évacuation des eaux pluviales, assurera la continuité du réseau d’assainissement de la future ligne à grande vitesse.

La réalisation de cette structure en U (section 1,70 x 1,30 m), qui franchit le canal de l’Ourcq, était initialement prévue en béton armé coulé sur place.

«Cette option constructive qui aurait nécessité la mise en place d’un étaiement important doublée d’un phasage complexe» explique Gérard Lebailly, un des experts techniques de R.F.F (Réseau Ferré de France).

D’où l’idée de recourir au BSI Ceracem, le BFUHP (béton fibré à ultra hautes performances) développé et commercialisé par le duo Eiffage-Sika. A la clef : un gain de  poids important et une grande souplesse de pose, la structure de 40 t (contre 150 t pour la solution originelle) étant réalisée en 3 éléments de 8,85 m assemblés par post-contrainte intérieure.

Dans la pratique, les pièces ont été préfabriquées à proximité du très médiatique viaduc de  Millau, Eiffage TP profitant en l’occurrence de la centrale spécialement conçue et installée sur le site pour assurer la construction des voussoirs de la barrière de péage.

«La conception de ce béton haute technologie, qui garantit pour cette application des résistances de 165 MPa en compression et 8,8 MPa en flexion, nécessite en effet des outils particuliers ainsi que le respect d’une méthodologie rigoureuse» explique René-Gérard Salé, le responsable commercial d’Eiffage TP.

Le temps de malaxage, qui est ici de 20 minutes par cycle contre 3 minutes pour un béton classique implique, par exemple, une puissance accrue au niveau de la centrale, alors que toutes les pesées s’effectuent au millième prés, soit avec une précision de 0,1 litres par mètre cube au niveau de l’eau, afin de respecter les dosages rigoureux de la formulation.

Philippe Donnaes


 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

[Photo Tech] L’impression 3D mobile de bâtiments

[Photo Tech] L’impression 3D mobile de bâtiments

La vogue de l’impression 3D s’impose aussi dans le secteur du bâtiment. C’est avec une approche originale que les quatre[…]

Avec l'imprimante 3D Fly Elephant, la construction prend de la hauteur

Avec l'imprimante 3D Fly Elephant, la construction prend de la hauteur

Un procédé en béton pour recycler les composites

Un procédé en béton pour recycler les composites

L'impression 3D pour construire des bâtiments XXL

L'impression 3D pour construire des bâtiments XXL

Plus d'articles