Nous suivre Industrie Techno

Le B-to-B sans les paillettes

Mirel Scherer

Sujets relatifs :

, ,
- Les deux journées de conférences Odette ont rassemblé à Paris toute la fine fleur de l'industrie automobile européenne sur un sujet sensible : l'échange de données entre les différents acteurs.

Sacrée Odette ! L'Organisation for Data Exchange by Tele Transmission in Europe, créée en 1984 pour standardiser les échanges de données dans l'industrie automobile, a déplacé du beau monde pour la huitième édition de sa conférence internationale (Paris les 16 et le 17 octobre dernier). C'est Louis Schweitzer en personne, PDG de Renault et président de l'association des constructeurs européens d'automobiles, qui a ouvert le bal. Autant dire l'importance que représente aujourd'hui l'échange des données entre les acteurs de l'industrie automobile et l'organisation logistique (car Odette a étendu son domaine à la supply chain).

Le responsable de la firme à losange a été on ne peut plus clair : « Si nous avons fait des progrès considérables pour faciliter le dialogue entre les différents intervenants sur un projet à l'intérieur de notre groupe ainsi qu'avec des fournisseurs de premier rang, il nous reste encore beaucoup à faire pour relier l'ensemble des intervenants jusqu'au dernier fournisseur, aussi petit soit-il. »

C'est le seul moyen pour atteindre la réduction drastique du délai de livraison d'un véhicule que visent tous les constructeurs. Deux semaines et pas un jour de plus entre la prise d'une commande et sa livraison. C'est l'objectif commun.

Directeur de la logistique d'Audi, le Dr Ernst Hermann-Krog a beaucoup insisté sur la nécessité de mettre en place des solutions capables de fiabiliser les délais et d'améliorer la flexibilité des usines automobiles. Il a aussi précisé dans son intervention que d'ici trois à cinq ans, on pourra aussi configurer son modèle sur Internet. Tout en précisant que ce moyen restera quand même un outil privilégié pour comparer les prix ou s'informer rapidement sur les différents modèles de voitures.

Des fournisseurs qui dialoguent

Directeur de plates-formes, des techniques et des achats du groupe PSA, Gilles Michel a abondé dans le même sens : « Les objectifs ambitieux que nous nous sommes fixés, à savoir, fabriquer 4 millions de véhicules en 2006 et lancer 26 nouveaux modèles dans les trois prochaines années, ne pourront pas être atteints sans la mise en place d'outils avancés d'échange des informations et la poursuite de l'innovation », a-t-il précisé.

Côté innovation, les ingénieurs de PSA poursuivront le développement des nouveaux moteurs Diesel, des boîtes de vitesses pilotées, du premier moteur hybride qui sera fabriqué prochainement en grande série avec le système stop and start et la collaboration avec BMW qui démarre maintenant.

Le responsable du groupe français a aussi fait le point sur les retombées de l'organisation par plates-formes mise en place dans les usines de PSA. Réduction des délais de conception, 60 % de composants communs (ce qui assure une réduction importante des stocks et accélère la fabrication), spécialisation des unités de montage de véhicules..., tous ces éléments ont assuré une économie de 300 euros par automobile. Avec un objectif encore plus ambitieux : gagner 600 euros sur un véhicule d'ici à trois ans.

Ingénierie collaborative, approches B-to-B, systèmes logistiques performants sont d'ores et déjà appliqués dans les entités du groupe. Une centaine de fournisseurs sur trois cents au total participent à ces programmes.

L'ENX a le vent en poupe

Plusieurs interventions ont concerné le réseau ENX (European Network Exchange, www.enxo.com) qui relie, via Internet, constructeurs, équipementiers et fournisseurs de l'automobile. Et ça marche comme l'a démontré Volkswagen qui a sécurisé les échanges d'informations avec ENX. Ou PSA qui a engagé, en 2000, sous l'égide de Galia (Groupement pour l'amélioration des liaisons dans l'industrie automobile, le représentant français d'Odette), le programme Ingenum du "plateau virtuel", pleinement opérationnel aujourd'hui. « Fin juin 2003, il a permis à 85 bureaux d'études de fournisseurs du groupe d'accéder à distance sur ENX à la maquette numérique du groupe PSA », a confirmé Jean-Jacques Urban Galindo, directeur de ce projet.

D'autres sujets de débats passionnants ont été traités pendant les deux journées de conférences et d'expositions. Ainsi les modèles de supply chain adaptés aux spécificités de l'industrie automobile (présenté par QAD, fournisseur d'ERP), ou l'eb-XML et son pouvoir d'interopérabilité présenté par Sun, ou encore les solutions de gestion de Silverprod utilisées par des sous-traitants comme AB Industrie. Voire la sécurité et la réduction des risques, sujet sensible vu l'explosion du nombre des places de marché et autres portails. Ou encore le B-to-B.

« La vision du B-to-B est cantonnée trop souvent aux enchères », remarque ainsi Laurent Bourrelier, chef de projet B-to-B chez Renault. Pour lui, « le B-to-B couvre cependant beaucoup d'autres activités et, hormis quelques difficultés en 2002-2003, sa progression est inéluctable ». Ainsi le projet B-to-B du constructeur au losange vise plusieurs objectifs fondamentaux : mise à disposition des informations pertinentes sur le portail fournisseurs, partage des opérations d'achats, de développement collaboratif et de logistique, et convergence avec Nissan. Vaste programme...

VERS DES CONFÉRENCES VIRTUELLES SANS LIMITES

- Le travail collaboratif est l'une des voies royales dans l'industrie automobile pour réduire les délais de conception et de fabrication. Malheureusement, les systèmes informatiques permettant les conférences virtuelles sont incompatibles ce qui complique aujourd'hui le dialogue. Et cela coûte très cher. Le projet de standardisation lancé par Odette avec les différents fournisseurs de logiciels qu'utilise l'industrie automobile vise l'interopérabilité de ces outils. Un travail de longue haleine : les premiers outils compatibles sont prévus pour 2007. Mais le jeu en vaut la chandelle car les projets menés grâce aux conférences virtuelles peuvent réduire les coûts de 10 à 20 %. Voir : www.odette.org

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0852

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2003 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

PROSPECTIVE

Focus

PROSPECTIVE

Dix tendances technologiques en 2009Pour la huitième année consécutive, Deloitte livre, dans "Technology, Media & Telecommunications Predictions -[…]

01/04/2009 | AlertesInnovations
Trente labos à portée de main

Trente labos à portée de main

INFORMATIQUE INDUSTRIELLE

Focus

INFORMATIQUE INDUSTRIELLE

Mousses métalliques : l'acier pourrait remplacer l'aluminium

Mousses métalliques : l'acier pourrait remplacer l'aluminium

Plus d'articles