Nous suivre Industrie Techno

Lafarge désengorge son trafic Web

RIDHA LOUKIL rloukil@industrie-technologies.com
Lafarge désengorge son trafic Web

Chez Lafarge, 140 sites d'exploitation répartis dans le monde (ici au Canada) doivent se connecter au site central pour effecteur leurs reportings mensuels.

© D.R.

Sans gonfler les tuyaux de son réseau de communication, le cimentier français accélère les transferts de ses rapports d'exploitation. Sa solution ? Compresser les flux de données.

LE PROBLÈME - AMÉLIORER LA DISPONIBILITÉ DU SERVEUR

Lorsque Lafarge s'équipe du logiciel de gestion financière Hyperian Financial Management d'Oracle en 2004, le cimentier français opte pour une solution centralisée à Paris confiée en infogérance à Capgemini. Des 140 sites d'exploitation du groupe dans le monde, 1000 utilisateurs doivent alors se connecter au site central pour effecteur leurs reportings mensuels. Sur le poste de travail, l'application est accessible en mode Web à partir du navigateur. « Chaque mois, cette activité, concentrée sur cinq jours ouvrables, occasionne un pic de trafic sur le réseau, avec 450 connexions simultanées sur certaines plages horaires, confie Ronan Pasquer, directeur technique du système d'information financier. Résultat : le trafic est à chaque fois multiplié par un facteur trois à quatre. » D'où le besoin d'optimiser les flux afin d'éviter les temps de latence et les retards d'affichage sur les postes des utilisateurs.

LA SOLUTION - COMPRESSER LES FLUX DE DONNÉES

Ce fonctionnement amène Lafarge à optimiser non seulement la plate-forme des deux serveurs sur lesquels tourne l'application en redondance, mais aussi et surtout la partie réseau. La première idée qui consiste à gonfler les tuyaux de communication de façon à supporter les pics de trafic est vite écartée. Outre le coût, elle est difficile à mettre en oeuvre partout. « Si elle est envisageable dans les pays développés, elle ne l'est plus dans des pays émergents pour une raison simple : les offres télécoms nécessaires à cette mise à niveau n'existent pas, explique Ronan Pasquer. Or notre groupe réalise 55 % de son chiffre d'affaires dans ses régions du monde. »

Le cimentier se tourne alors vers une solution d'accélération du trafic en adoptant deux boîtiers BoostEdge du spécialiste français ActivNetworks. Disposés à la sortie des deux serveurs applicatifs, ces boîtiers analysent et compressent à la volée les données transmises. Ces opérations s'effectuent de façon transparente pour les utilisateurs sur la base du logiciel libre GZip. Sur les postes d'accès, les données sont reconstituées, sans dégradation perceptible, par le navigateur. Le flux est formé par du texte qui transite sur le réseau comme du trafic Web au format XML et Java-Script. Les images représentent à peine un vingtième du trafic.

En 2008, les choses se compliquent encore avec la migration vers une nouvelle version de Hyperian Financial Management. Lafarge opte pour la configuration la plus pointue. Une transformation du frontal Web s'impose. Elle implique de revoir l'accélération de trafic en reconfigurant les paramètres de compression. Sans changer les boîtiers BoostEdge, une mise à jour logicielle et une reconfiguration suffisent. C'est l'occasion de profiter d'une nouvelle fonctionnalité : l'équilibrage de charges entre les deux serveurs.

LE RÉSULTAT - LE BESOIN DE BANDE PASSANTE DIVISÉ PAR TROIS

Le trafic est réduit par un facteur deux à trois, diminuant d'autant le besoin de bande passante lors des pics d'utilisation. La mise à jour logicielle en 2008 simplifie l'infrastructure et supprime le boîtier Ateon d'équilibrage de charge de Nortel. À la clé, une économie de 1 000 euros par mois sur les coûts d'infogérance. L'investissement total avoisine les 50 000 euros. « Mais le gain financier est phénoménal en comparaison du coût du réseau qu'il aurait fallu installer pour absorber les pics de trafic », affirme Ronan Pasquer.

L'ENTREPRISE EN BREF

Numéro 1 mondial du ciment Fabrique aussi des granulats, du béton et du plâtre Siège à Paris Présent dans 79 pays 84 000 collaborateurs Chiffre d'affaires en 2008 19 milliards d'euros 2 187 sites de production dans le monde 140 sites de reporting d'exploitation

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0918

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2010 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

La commande gestuelle s’intègre dans les technologies de réalité virtuelle et augmentée Qualcomm

La commande gestuelle s’intègre dans les technologies de réalité virtuelle et augmentée Qualcomm

La brique logicielle Clay AIR offrant la reconnaissance gestuelle à n’importe quelle caméra embarquée est[…]

 Un transformateur plus compact pour les smart grids

 Un transformateur plus compact pour les smart grids

Ce robot performe dans le jeu d’adresse Jenga

Ce robot performe dans le jeu d’adresse Jenga

Avec Pando, l'Isae-Supaero muscle sa puissance de calcul

Avec Pando, l'Isae-Supaero muscle sa puissance de calcul

Plus d'articles