Nous suivre Industrie Techno

LA VOITURE SE PASSE DE PILOTE

Enquête : Ludovic Fery, Illustration : Florent Robert

Sujets relatifs :

LA VOITURE SE PASSE DE PILOTE

SAFE PLATOON

© Y. PHELIPPOT ; INDUCT ; D.R.

Des véhicules automatiques capables de s'insérer dans le trafic routier ? Les industriels y croient. Des prototypes de petites navettes sans pilote, pouvant assurer des trajets répétitifs sur de courtes distances, sont déjà à l'étude. Tout l'enjeu de ces projets consiste à réussir l'intégration de nombreuses technologies à bord. Exemple avec le projet Vipa (Véhicule individuel public autonome) porté par le constructeur automobile Ligier, l'ingénieriste Apojee et un laboratoire académique.

Les caméras prennent le volant

Le Vipa a appris au préalable son trajet, grâce à deux caméras situées à l'avant et à l'arrière du véhicule. Lors d'un premier passage, un algorithme développé par les informaticiens enregistre 300 points à chaque image. Lors d'un second passage, l'ordinateur de bord superpose cette carte de référence avec l'image capturée par les caméras. Ce calcul permet au véhicule de se localiser en temps réel et de se déplacer sans commande extérieure. ET DEMAIN : la prochaine génération de véhicules autonomes pourrait se passer de la phase d'apprentissage, en exploitant les données acquises lors de campagnes de géolocalisation 3D, comme celles menées par l'Institut national de l'information géographique et forestière.

Les détecteurs commandent les freins

Le Vipa se déplace à une vitesse maximale de 20 km/h. Pour écarter tout risque de collision, il est équipé au niveau de son pare-chocs de deux types de capteurs, laser et à ultrasons. Le système de sûreté, conçu par Apojee, comporte deux procédures d'arrêt distinctes : si l'obstacle est éloigné, il est détecté par le laser et le véhicule amorce une décélération progressive avant immobilisation. Mais si l'obstacle fait irruption dans le champ de vision proche du véhicule (0 à 2 mètres), il est identifié par ultrasons, ce qui déclenche l'arrêt d'urgence. ET DEMAIN : Grâce à la carte 3D de l'environnement qui recrée la notion de profondeur et à ses capteurs, la navette pourra éviter les obstacles, fixes ou mobiles. Pour l'instant, le Vipa ne redémarre qu'une fois sa trajectoire libérée.

Le GPS renforce la vigilance

Un GPS permet de pallier les éventuels défauts de la vision, les caméras pouvant par exemple être éblouies. Les informations sont alors comparées avec celles d'autres capteurs du Vipa, qui suivent par exemple le déplacement des roues. Malheureusement, la technologie GPS perd de sa précision en ville, du fait de la hauteur des bâtiments notamment. ET DEMAIN : des recherches actuelles visent à coupler la vision du véhicule avec les caméras installées sur la voirie, ce qui permettrait d'avoir une localisation plus robuste, par redondance de l'information.

LES AUTRES PROJETS DE VÉHICULES AUTONOMES

GOOGLE CAR : Ces véhicules autonomes, des Toyota Prius ou des Audi TT, ont déjà parcouru plus de 225 000 kilomètres. La navigation se fait grâce aux informations de différents capteurs (caméras, laser, radar...), recoupées avec l'interface Google Street View. CYBERGO : développée par la PME francilienne Induct, cette navette pour 8 personnes se recharge par induction entre deux trajets. Sa navigation est assurée grâce à un télémètre laser et des caméras. Elle a une autonomie de 150 kilomètres. CITYMOBIL : testés à La Rochelle à l'été 2011, ces minicars de l'Inria ont desservi 5 arrêts sur une distance de 800 mètres. L'appel des navettes se fait via une interface sans fil. Des capteurs infrarouges et laser repèrent les éléments du décor sur le trajet. SAFE PLATOON : ce projet coordonné par l'université de technologie Belfort-Montbéliard vise à asservir une flotte de petits véhicules sans pilote à une seule voiture de tête, avec ou sans conducteur. Les collisions entre eux sont évitées grâce à la télémétrie laser.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0944

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2012 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

[Pas à pas] Comment tirer parti de la réalité augmentée dans votre usine

[Pas à pas] Comment tirer parti de la réalité augmentée dans votre usine

Profitant des formidables progrès de l'informatique embarquée et de l'essor de l'usine 4.0, les exemples d'applications[…]

Bâtiments intelligents : des économies du sol au plafond

Bâtiments intelligents : des économies du sol au plafond

INNOVATION À TOUS LES ÉTAGES

Dossiers

INNOVATION À TOUS LES ÉTAGES

« Bâtiments intelligents : il faut placer l'utilisateur au centre », Olivier Cottet, Schneider Electric

Interview

« Bâtiments intelligents : il faut placer l'utilisateur au centre », Olivier Cottet, Schneider Electric

Plus d'articles