Nous suivre Industrie Techno

La voiture qui fait pschitt

Thibaut De Jaegher
La voiture qui fait pschitt

La voiture électrique échappera-t-elle à la malédiction qui la frappe depuis cent cinquante ans ?

Drôle d’histoire que celle de la voiture électrique. C’est celle d’une éternelle émergence. Depuis cent cinquante ans, tous les vingt ans, ses promoteurs nous promettent l’avènement de cette technologie moins bruyante et plus propre que nos automobiles à moteur thermique…

Les prévisions se succèdent, optimistes, et puis elles font pschitt! La réalité reprend ses droits. Et les handicaps, masqués jusque-là par l’enthousiasme débordant de la communauté de l’électrique, douchent toute ambition. L’autonomie limitée, des batteries coûteuses et pas très écologiques, leur coût prohibitif condamnent les voitures “zéro émission” à rester au stade de la présérie. La voiture électrique échappera-t-elle, cette fois-ci, à sa malédiction?

La conscience environnementale accrue des automobilistes que nous sommes nous incitera-telle à faire le deuil de nos automobiles traditionnelles ? Accepterons-nous de délaisser nos étonnants moteurs thermiques qui nous permettent, avec 60 litres d’essence, de traverser la France sans nous arrêter ? Peut-être. Renault y croit en tout cas. La marque au losange a tellement foi dans le véhicule électrique qu’elle a décidé – à l’inverse de tous ses concurrents – de faire l’impasse sur les hybrides, ces voitures qui combinent moteur électrique et moteur thermique.

Elle aurait investi des milliards d’euros et mobilisé 2000 ingénieurs pour réussir cette rupture technologique. Coup de poker ou coup de maître, sa stratégie est risquée. Car, comme le montre notre dossier page 28, pour rendre l’usage d’une voiture électrique acceptable aux automobilistes en termes de coût et d’autonomie, il faudra développer bien plus que de la pédagogie.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Une peinture plus blanche que blanche pour refroidir les surfaces

Fil d'Intelligence Technologique

Une peinture plus blanche que blanche pour refroidir les surfaces

Des chercheurs américains et chinois ont développé la peinture la plus blanche connue. Ils ont publié leurs travaux[…]

28/10/2020 | Peinture
Avec Total et Lanzatech, L’Oréal produit un flacon en plastique à partir de rejets industriels

Avec Total et Lanzatech, L’Oréal produit un flacon en plastique à partir de rejets industriels

« Avec l’ADN, l’ensemble des données mondiales pourraient être stockées dans le volume d’une camionnette », clame François Képès, membre de l’Académie des Technologies

« Avec l’ADN, l’ensemble des données mondiales pourraient être stockées dans le volume d’une camionnette », clame François Képès, membre de l’Académie des Technologies

Véhicule autonome : Trois verrous à lever pour atteindre une véritable autonomie

Dossiers

Véhicule autonome : Trois verrous à lever pour atteindre une véritable autonomie