Nous suivre Industrie Techno

La voiture appelle au secours

CHARLES FOUCAULT

Sujets relatifs :

La voiture appelle au secours

ENVOYER LA CAVALERIE

© W. PARA ; RÉA ; D.R.

Un dimanche après-midi, sur une route de rase campagne, un conducteur s'assoupit. La seconde d'après, c'est le drame : il gît, inconscient, dans sa voiture emboutie contre un arbre. Comment les secours vont-ils arriver à temps alors que la route n'est pas fréquentée ? Heureusement, le véhicule est équipé de l'eCall (emergency call), un système d'appel d'urgence automatique. Découvrez le fonctionnement et les dessous technologiques de ce dispositif destiné à sauver des vies sur la route en accélérant l'intervention des secours.

MESURER LES DÉGÂTS

Les capteurs répartis dans le véhicule récoltent en permanence toutes sortes de données. En cas d'accident, ils permettent de mesurer : une décélération rapide, une rotation (en cas de tonneau), un choc, le déclenchement des airbags, l'état du moteur (marche ou arrêt)... Ces informations remontent à un boîtier électronique central appelé multiplexeur à travers le bus CAN embarqué.

INTERPRÉTER LES DONNÉES

Le multiplexeur pilote toute l'électronique du véhicule. Il analyse les informations en provenance des capteurs et effectue des diagnostics. L'intelligence logicielle qu'il contient est programmée pour déclencher automatiquement le système d'appel d'urgence en cas de mesure hors norme (une décélération soudaine de 3 G par exemple).

LANCER UN SOS

Ordre est alors donné au boîtier télématique d'envoyer par GPRS (ou par SMS si la zone n'est pas couverte) les coordonnées GPS du véhicule ainsi que les mesures réalisées par les capteurs. Un appel vocal est aussi émis automatiquement par la voiture, en GSM, sur un autre canal de transmission. Ce boîtier contient une carte Sim, un GPS, un accéléromètre et une alimentation indépendante de celle de la voiture. Lorsque le système est installé en série, la communication orale passe par les enceintes et un micro intégrés à l'habitacle.

RÉPONDRE PERTINEMMENT

Alors que l'opérateur prend connaissance de l'état des passagers (en discutant avec eux s'ils sont conscients, par leur silence s'ils sont inconscients), son écran lui indique sur une carte où est située la voiture accidentée ainsi que son état grâce aux données reçues. Le moteur logiciel (appelé SIG pour système d'information géographique) trouve alors les services de secours capables d'intervenir le plus rapidement sur les lieux de l'accident. L'opérateur, en cliquant sur « pompiers » ou sur « gendarmerie », est directement mis en relation avec eux et peut leur communiquer la localisation de la voiture.

RECUEILLIR LES INFOS

Les données et l'appel vocal arrivent sur les serveurs d'un centre d'appel (celui de Mondial Assistance par exemple). Ils sont routés vers l'ordinateur et le téléphone de l'un des opérateurs par un dispositif dit CTI (connexion téléphonie informatique) : le numéro de la carte Sim qui a envoyé les données est identifié, le CTI cherche l'appel entrant correspondant. Il va également chercher dans la base de données interne les informations sur le véhicule à l'origine de cet appel.

ENVOYER LA CAVALERIE

Pompiers, gendarmes et policiers, équipés eux aussi d'un SIG avec lequel ils gèrent leur flotte de véhicules, peuvent alors envoyer une réponse rapide et adaptée, en fonction de la gravité de l'accident.

Paiement à la carte

Trois constructeurs sont certifiés par le secrétariat d'État chargé des Transports pour le service d'appel automatique d'urgence. Leurs modèles économiques sont différents. LE CLIENT PAIE : 290 euros à l'achat d'un véhicule PSA Peugeot Citroën, sans limite de durée d'utilisation du service. 1 euro pour les deux premières années chez BMW puis 180 euros pour un an, 330 euros pour deux ans ou 470 euros pour trois ans supplémentaires. 500 euros à l'achat pour deux ans de service sur une Volvo puis 400 euros tous les deux ans.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0925

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2010 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Cinq solutions pour rendre les véhicules plus sûrs

Cinq solutions pour rendre les véhicules plus sûrs

La sécurité des véhicules ne se limite plus à la résistance aux chocs et à la protection des passagers. Elle associe de plus en plus de moyens[…]

01/10/2010 | SÉCURITÉ
L'électronique embarquée aide, mais ne fait pas de miracle

L'électronique embarquée aide, mais ne fait pas de miracle

Les technos qui protègent

Les technos qui protègent

Plus d'articles