Nous suivre Industrie Techno

La tour la plus ''verte'' du monde

Ridha Loukil
La tour la plus ''verte'' du monde

La tour Taipei 101

Grâce à un programme de rénovation de 2 millions de dollars, la tour Taipei 101 à Taiwan a été mise à l’heure de l’écologie. Une opération qui a valu à Siemens, qui a participé à l'opération, la récompense LEED Platine.

Désormais, le gratte-ciel Taipei 101 est la tour la plus ''verte'' du monde. A son ouverture en 2004 dans la capitale de Taiwan, cet édifice de 508 mètres de hauteur était le plus haut bâtiment au monde. S’il a perdu son titre en terme de grandeur, il en a gagné un autre dans le domaine environnemental. A en croire Siemens, qui est intervenue dans l’opération de rénovation, il serait aujourd’hui le gratte-ciel le plus efficace sur le plan énergétique. Une performance qui a d’ailleurs valu au groupe allemand la certification LEED Platine, l’une des récompenses les plus prestigieuses en matière de conception de bâtiments écologiques.

Cette certification LEED (Leadership in Energy and Environmental Design) est l'un des systèmes évaluation environnementale de référence des bâtiments dans le monde, et le titre Platine est le niveau le plus élevé parmi ses quatre catégories. Pour recevoir ce label, un bâtiment doit être 30 % plus sobre sur le plan énergétique que la moyenne.

Dès le début, la structure de la tour a été conçue avec le souci de l'efficacité énergétique. L’édifice est équipé, entre autres, du système de gestion de bâtiment Apogee de Siemens. La rénovation a duré 20 mois et couté 2 millions de dollars. A la clé, une réduction de 10 % des consommations d’électricité et d'eau et du volume de déchets. L’économie d’électricité s’élève à 700 000 dollars par an. Les émissions de dioxyde de carbone ont diminué de près de 3 000 tonnes par an, l'équivalent des émissions de 240 véhicules sur la même période.

Le système Apogee a été étendu à la supervision de l'énergie, ce qui a permis de réaliser des analyses détaillées de la consommation. Un audit énergétique a également été mené pour identifier les gisements d'économies potentiels. Le chauffage du bâtiment, la ventilation et le conditionnement d'air représentent plus de 40 % de la consommation énergétique totale. Des capteurs de température et d'humidité ont été installés à chaque étage, et les réglages ont été optimisés sur l'ensemble des installations. Le système de gestion Apogee arrête automatiquement l'éclairage et la climatisation le soir. En revanche, le temps de fonctionnement du système de refroidissement a été ajusté, afin qu’il fonctionne principalement la nuit, lorsque l'électricité est moins chère, pour produire de la glace qui contribue à refroidir le bâtiment le jour suivant.

Ridha Loukil

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

[Exclusif] « La Fédération hospitalière de France planche sur un respirateur rapidement industrialisable », annonce Enguerrand Habran, son directeur de l'innovation

[Exclusif] « La Fédération hospitalière de France planche sur un respirateur rapidement industrialisable », annonce Enguerrand Habran, son directeur de l'innovation

Face à la pénurie de respirateurs artificiels qui guette les hôpitaux français, le Fonds de dotation de la[…]

25/03/2020 | SantéCovid-19
Hydrogène, batterie et moteur de fusée imprimé en 3D… les meilleures innovations de la semaine

Hydrogène, batterie et moteur de fusée imprimé en 3D… les meilleures innovations de la semaine

Avec Modalis², l’Ifpen veut développer la boîte à outils numériques des batteries du futur

Avec Modalis², l’Ifpen veut développer la boîte à outils numériques des batteries du futur

Pour bien commencer la semaine : Chez Renault, un jumeau numérique pour optimiser la production

Pour bien commencer la semaine : Chez Renault, un jumeau numérique pour optimiser la production

Plus d'articles