Nous suivre Industrie Techno

La télévision s'approprie les technologies des consoles de jeux

La télévision s'approprie les technologies des consoles de jeux

Le toshiba 55X1 peut enrégistrer jusqu'à 8 programmes TV simultanés.

© DR

En direct du Ceatec : Toshiba lance un téléviseur animé par la puce qui est au cœur de la PS3. A la clé : performances visuelles et fonctions inédites.

Avec le numérique et les écrans plats, la télévision est-elle en train de devenir un super ordinateur ? La révolution lancée par Toshiba le laisse penser. Au Ceatec, le grand salon de l’électronique au Japon, qui se tient du 06 au 10 octobre, le géant japonais donne le coup d’envoi à une nouvelle race de téléviseurs LCD baptisée Cell Regza. Sa particularité ? Elle est animée par le méga processeur Cell, celui-là même qui est au cœur de la console de jeux PS3 de Sony et des stations de travail haut de gamme d’IBM.

Développé conjointement par Sony, Toshiba et IBM, ce méga processeur pousse le parallélisme à des niveaux sans précédent pour offrir une puissance de traitement de 200 Gflops, contre 1,4 Gflops pour le processeur le plus puissant équipant jusqu’ici les téléviseurs LCD les plus avancés de Toshiba.

Cette capacité phénoménale de calcul est exploitée par Toshiba pour améliorer la résolution d’image en mouvement, le rendu des couleurs, la luminance et le contraste. Le constructeur japonais a aussi choisi de troquer l’ancien rétro-éclairage à tubes fluorescents contre un rétro-éclairage à diodes électroluminescentes (LED en anglais). L’écran est divisé en 512 zones distinctes contrôlées individuellement pour offrir la meilleure qualité d’image. Ainsi, la luminance et le taux de contraste sont multiplies par 2,5 pour atteindre respectivement 1 250 Cd/m2 et 5 000 000 : 1.

14 tuners et 3 To de mémoire !

Mais les progrès ne s’arrêtent pas là. Cell ouvre la possibilité d’enregistrer jusqu’a 8 programmes télé simultanés en mode "time-shift". Pour cela, le téléviseur dispose de 14 tuners (contre au maximum trois jusqu’ici) et d’une capacité de stockage phénoménale de 3 To composée de deux disques durs de 1 To au format 3,5 pouces et de deux disques durs de 500 Go au format 2,5 pouces. L’utilisateur n’a plus à choisir. Il peut regarder tous les programmes qu’il souhaite en différé.

Un seul modèle est pour le moment disponible : le 55X1 de 55 pouces. Il sera commercialise au Japon à partir de décembre 2009 pour environ un million de yens (l’équivalent de 7 500 euros). Toshiba prévoit d’étendre la gamme et la commercialisation en 2010 d’abord aux Etats-Unis, puis en Europe. Il veut profiter des capacités de la puce Cell pour proposer dans un avenir plus ou moins proche la télévision 3D, l’interface gestuelle et la résolution d’image 4K2K, quatre fois celle de la haute définition Full HD actuelle.

D’ailleurs il a fait la démonstration d’un prototype combinant l’affichage en relief d’images, qu’elles soient d’origine 3D ou 2D, et un contrôle intuitif avec de simples gestes de la main. Cette technologie, développée entièrement en interne, pourrait débarquer sur le marché en 2011. Enfin, Toshiba prévoit qu’à terme les fonctions d’enregistreur vidéo, de tuner, de traitement d’image et d’optimisation de la résolution, aujourd’hui rassemblées dans un boîtier séparé, seront intégrées avec l’écran.

De notre envoyé spécial au Japon : Ridha Loukil
 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

[Débat] Faut-il accepter le stockage des données biométriques ?

[Débat] Faut-il accepter le stockage des données biométriques ?

Les systèmes de reconnaissance faciale, de l’iris ou des empreintes digitales se généralisent sur les terminaux[…]

Mohamed Sabt sécurise les smartphones

Mohamed Sabt sécurise les smartphones

Des vêtements ultratechniques pour lutter contre le chaud et le froid

Des vêtements ultratechniques pour lutter contre le chaud et le froid

Micro-électronique : Sabrina Fadloun explique sa thèse en 180 secondes

Micro-électronique : Sabrina Fadloun explique sa thèse en 180 secondes

Plus d'articles