Nous suivre Industrie Techno

La télémédecine s’attaque à l’armée

Ludovic Fery

Sujets relatifs :

, ,
La télémédecine s’attaque à l’armée

L'analyse des radios 2.0.

© Siemens healthcare

Dans l’Hôpital d’Instruction des Armées (HIA) Percy, un système informatique archive et traite les clichés radiologiques des patients.

Les hôpitaux militaires se mettent à l’heure de la e-santé. Le système d’archivage et de diagnostic des images de radiologie (PACS), de Siemens Healthcare, va être déployé dans les neuf établissements hospitaliers du Service de santé des armées.

En plus de la plate-forme d’enregistrement de données, les hôpitaux seront reliés au serveur de traitement de clichés radiologiques de Siemens Healthcare, syngo.via. Celui-ci est capable de reconnaitre automatiquement le format d’acquisition de la radio (2D, 3D ou 4D), et de lancer l’application de traitement correspondante.

L’HIA Percy à Clamart (92) est le premier établissement hospitalier français à être équipé de ces deux systèmes complémentaires. D’ici l’année prochaine, tous les hôpitaux du Service de santé des armées seront reliés. Le personnel médical d’un centre pourra alors échanger des données avec un autre centre, ou encore retrouver l’historique d’un patient, qui n’aura plus besoin de transporter avec lui ses radios antérieures.

Ludovic Fery
  
Pour en savoir plus :www.swe.siemens.com
 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

L’Agence européenne des médicaments établit que la thrombose est un effet secondaire « très rare » du vaccin AstraZeneca

L’Agence européenne des médicaments établit que la thrombose est un effet secondaire « très rare » du vaccin AstraZeneca

Dans une conférence de presse mercredi 7 avril 2021, l’Agence européenne des médicaments reconnait le lien entre les cas de[…]

AstraZeneca : « L’erreur d’administration ne suffit pas, à elle seule, pour expliquer les cas de thromboses », estime Philippe Nguyen, président du GFHT

AstraZeneca : « L’erreur d’administration ne suffit pas, à elle seule, pour expliquer les cas de thromboses », estime Philippe Nguyen, président du GFHT

A Paris, l’Institut Curie veut incuber les futurs champions des biotechnologies

A Paris, l’Institut Curie veut incuber les futurs champions des biotechnologies

AstraZeneca : Et si les thromboses étaient causées par l'injection accidentelle du vaccin dans le sang ?

AstraZeneca : Et si les thromboses étaient causées par l'injection accidentelle du vaccin dans le sang ?

Plus d'articles