Nous suivre Industrie Techno

LA TECHNOLOGIE VEILLE AU GRAIN

PAR YOUSSEF BELGNAOUI ET SOPHY CAULIER

Sujets relatifs :

,
- Les dernières technologies, le numérique en particulier, offrent de nouvelles armes pour la sécurité des locaux.

Télésurveillance, contrôle d'accès et système de détection d'intrusion sont les trois piliers complémentaires sur lesquels s'appuie la sécurité des locaux. Dans tous les cas, les systèmes correspondant ont, ces dernières années, largement profité de la technologie pour évoluer et fournir des prestations toujours améliorées.

Protéger les biens des entreprises

La vidéosurveillance est devenue numérique. Le contrôle d'accès met à profit la biométrie. Quant à l'intrusion, les systèmes sans fil sont désormais la norme. Ces progrès technologiques sont les bienvenus car l'insécurité inquiète. 82 % des dirigeants de PME-PMI se disent préoccupés par la sécurité des biens de leur entreprise (enquête TNS-Sofres réalisée fin septembre 2004). Ce n'est pas de la paranoïa : le ministère de l'Intérieur indique, en effet, une hausse de 2,48 % des destructions et dégradations de biens en France en 2002. Le Cabinet IMS Research a, quant à lui, noté une hausse de 3,68 % des cambriolages de locaux industriels, commerciaux, financiers dans l'Hexagone.

Une nette croissance du marché

Si les dirigeants de PME-PMI ont bien quelques raisons de s'inquiéter, cela ne se traduit toutefois pas forcément par des actes. L'enquête TNS-Sofres révèle, ainsi, une contradiction notable : les chefs d'entreprise, pourtant sensibles aux risques pour leur établissement, adoptent des comportements sécuritaires timorés, n'améliorant pas nécessairement le niveau de protection de leurs locaux et de leurs salariés.

Le résultat de ce sondage, réalisé auprès de chefs d'entreprise représentatifs de l'ensemble des établissements de 0 à 50 salariés en France, tous secteurs confondus, ne peut pas être extrapolé à la totalité des sociétés françaises. Mais les chiffres du marché de la malveillance en France montrent bien que, même si les solutions de protection mises en place sont parfois insuffisantes, la prise de conscience des risques se traduit toutefois par quelques investissements. L'indicateur du marché des solutions anti-intrusion, établi par le Gimalarme, a enregistré au premier semestre 2004 une hausse de 5,8 % du chiffre d'affaires par rapport au premier semestre 2003. Le cabinet IMS Researsh estime à 65,9 millions d'euros le chiffre d'affaires français de la vidéosurveillance. L'International Biometric Group a annoncé un marché de 1 049,6 millions de dollars en 2003 pour les solutions biométriques.

En matière de télésurveillance, la France compte déjà plus d'un million de caméras installées. Lors de la dernière édition de la biennale Expo Protection Feu, Charles Chanoz, maître d'oeuvre du service Protectline chez France Télécom, a indiqué, lors d'une conférence, que l'on recense dans l'Hexagone 1 200 000 sites à télésurveiller, 3 000 installateurs, 200 équipementiers et 100 télésurveilleurs.

Des solutions pour un haut niveau de sécurité

Les premiers utilisateurs de solutions de vidéosurveillance sont bien entendu les banques, mais aussi les grandes surfaces et les commerces de luxe : 100 % en sont équipés. Les grandes entreprises et les administrations publiques les suivent de près avec un taux d'équipement de 80 %. Bien entendu, les villes ne sont pas en reste. Ainsi, la petite ville de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) compte 110 caméras alors qu'à Marseille (Bouches-du-Rhône) 60 à 80 caméras ont été installés en 2004.

Ce marché des solutions de vidéosurveillance va connaître un second souffle avec l'essor du numérique. Si, aujourd'hui, les matériels numériques ne représentent que 10 % du marché, leur facilité d'installation, leur simplicité d'exploitation, leur souplesse d'archivage, la diversité du traitement des images et de leur disponibilité en tout point du réseau (et même au-delà) leur promettent un bel avenir. Le cabinet IMS Researsh estime d'ailleurs que le marché européen des caméras IP (Internet Protocol) qui se connectent directement sur le réseau Ethernet devrait progresser de 180 % en valeur et de 284 % en volume d'ici à 2008 !

Les techniques de reconnaissances ne connaîtront peut-être pas une telle croissance. L'International Biometric Group prédit toutefois à ce marché une croissance de 40 % en 2004. Les systèmes biométriques visent plus particulièrement les applications exigeant un haut niveau de sécurité. Elles permettent de vérifier l'identité des personnes accédant à des locaux sensibles ou aux systèmes d'information d'une entreprise. L'identification par empreinte digitale est la plus répandue malgré les réserves en la matière de la part de la Cnil (Commission nationale de l'informatique et des libertés). Elle représente 48 % des usages contre 12 % pour la reconnaissance de l'iris, 12 % pour celle de la géométrie du visage, 11 % pour la forme de la main, 6 % pour la voix et 2 % pour la signature.

SOMMAIRE

1. Vidéosurveillance Le numérique change tout P. 58 2. Contrôle d'accès La biométrie trouve ses applications P. 62 3. Intrusion Cap sur l'intégration et la prévention P. 64

"PAS DE SÛRETÉ SANS ORGANISATION."

La technologie est une bonne réponse à la sécurité. Ce n'est pas la seule. Benoît David, ingénieur spécialiste sûreté à l'Apave, explique : « Une entreprise peut être dotée des systèmes de sécurité les plus évolués ; si ces dispositifs sont exploités par des personnes non qualifiées, ce déploiement d'outils performants ne sera pas suffisant à assurer un niveau de sûreté optimal. » Et de fournir quelques recommandations clés : - Il faut absolument que les exploitants aient à leur disposition des consignes claires par rapport aux incidents qui pourraient survenir ; - Il faut préparer des fiches réflexes qui indiquent notamment les mesures instantanées à prendre et les personnes à alerter en cas d'événements ; - Il faut également avoir prévu les mesures conservatoires afin de maintenir le niveau de sécurité requis suite à un sinistre ; - Si l'établissement est sous télésurveillance, il faut s'assurer que les consignes élaborées avec le télésurveilleur sont conformes à l'efficacité attendue dans le traitement des alarmes et les délais d'intervention ; - Les procédures à suivre et les mesures à prendre en cas de problèmes doivent être rédigées avec précision ; - Avant de mettre en place des dispositifs de sécurité, il faut analyser les risques encourus, évaluer la vulnérabilité de l'établissement et établir les objectifs de sûreté à atteindre.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0865

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2005 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Solution sécurisée de télémaintenance

Solution sécurisée de télémaintenance

Cette solution de télémaintenance des machines fonctionne via internet. Elle comprend une passerelle SiteManager et un serveur d'accès distant M2M[…]

Colonne à LED modulable

Colonne à LED modulable

Avertisseurs vocaux enregistrables

Avertisseurs vocaux enregistrables

Caméra de sécurité

Caméra de sécurité

Plus d'articles