Nous suivre Industrie Techno

La technologie des ballons Loon de Google

Séverine Fontaine
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

La technologie des ballons Loon de Google

© Google

En juin 2013, 30 ballons du projet Loon de Google ont été lancés de l'île sud de la Nouvelle-Zélande pour un essai en phase pilote. Leur but : connecter à internet les endroits les plus reculés du monde. Enveloppe gonflable, panneaux solaires, électronique, connectivité... de quoi sont faits ces data-centers volants ?

 

Pour pouvoir couvrir efficacement en connexion internet les zones les plus reculées du monde, les ingénieurs du projet Loon de Google ont embarqué différentes technologies «simples» : une enveloppe gonflable, de l'électronique de base et des panneaux solaires. Grâce à tout cela, chaque ballon du projet peut couvrir une zone de terrain de 40 kilomètres de diamètre en utilisant une technologie de communication appelée LTE. Ainsi, les personnes pourront utiliser ce réseau pour accéder à internet avec leur téléphone ou autre appareil. 

L'enveloppe gonflable

La partie gonflable du ballon est appelée «enveloppe». Elle permet au ballon de rester environ 100 jours dans la stratosphère. Ces enveloppes sont fabriquées à partir de feuilles en polyéthylène et mesurent 15 m de diamètre par 12 m de haut lorsqu'elles sont entièrement déployées. Lorsqu'un ballon doit être ramené sur Terre, le gaz est libéré de l'enveloppe et permet une descente contrôlée. Dans le cas où la descente serait trop violente, un parachute attaché à la partie supérieure de l'enveloppe peut être déclenché. 

L'électronique embarquée

 Sous l'enveloppe gonflée du ballon, un petit boîtier contient l'électronique (un peu comme le panier d'une montgolfière). Il regroupe les cartes des circuits qui contrôlent le système, les antennes radio (qui permettent la communication avec celles sur le terrain) et des batteries lithium-ion pour stocker l'énergie solaire suffisante pour fonctionner toute la nuit.

 

Les panneaux solaires

L'électronique du ballon est alimentée par des panneaux solaires. Le panneau est un stratifié de matière plastique souple supporté par un cadre en aluminium léger. Il est composé de cellules solaires monocristallines à haut rendement et est incliné, de façon à ce que la lumière soit captée efficacement même durant les courtes journées d'hiver. Les panneaux produisent environ 100 watts en plein soleil, ce qui est suffisant pour recharger les batteries, afin que le ballon puisse continuer à fonctionner la nuit. 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Supercalculateur, train hydrogène, taxi volant… les meilleures innovations de la semaine

Supercalculateur, train hydrogène, taxi volant… les meilleures innovations de la semaine

Quelles sont les innovations qui vous ont le plus marqués au cours des sept derniers jours ? Cette semaine, vous avez apprécié[…]

Atos lance un supercalculateur de poche pour mettre le cloud dans l’usine

Atos lance un supercalculateur de poche pour mettre le cloud dans l’usine

Des pixels un million de fois plus petits que ceux des smartphones

Des pixels un million de fois plus petits que ceux des smartphones

Un test pour arbitrer le match entre puces quantiques et supercalculateurs

Un test pour arbitrer le match entre puces quantiques et supercalculateurs

Plus d'articles