Nous suivre Industrie Techno

La technologie bas carbone d'extraction du granit d'Intraterra va s'installer sur un site pilote dans le Tarn

Marina Angel
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

La technologie bas carbone d'extraction du granit d'Intraterra va s'installer sur un site pilote dans le Tarn

Philippe Moranne, gérant d’Intraterra, devant sa machine d’extraction du granit par carottage.

© Intraterra

Après avoir démontré dans ses ateliers toulousains la faisabilité de sa technologie d'extraction du granit par carottage, la société Intraterra annonce le coup d'envoi d'un premier site pilote dans le Tarn, au cœur du massif du Sidobre.

« Nous allons créer au cœur du Sidobre le premier site d'extraction bas carbone de granit, une alternative écologique aux carrières à ciel ouvert », se félicite Philippe Moranne, l'inventeur d'une machine, unique au monde, d'extraction du granit par carottage. L'aboutissement de près de 10 ans de R&D pour cet ingénieur Art et Métiers, par ailleurs patron de CTIC, une petite société toulousaine de chaudronnerie de 10 salariés.

C'est au sein des ateliers de CTIC qu'est née la nouvelle machine, baptisée Intraterra. Le nom, par extension, vient d’être donné à l’entreprise, en charge de son développement et de son exploitation. Le prototype est dorénavant fonctionnel, les brevets ont été déposés, toutes les autorisations sont acquises. La société s'apprête à aménager un premier site pilote à Saint-Salvy-de-la-Balme, dans le Tarn, au cœur du massif du Sidobre.

Le transfert de la machine (un engin de plus de 10 mètres de haut et de 20 tonnes), intégrée dans une tour d'environ 16 mètres (la hauteur sera rehaussée de 6 mètres dans la version pilote), est attendu dans le courant du premier trimestre 2022, pour un coup d'envoi de l'exploitation commerciale en septembre 2022.

Le prototype de la machine Intraterra assemblé dans une tour dédiée de 16 mètres de hauteur .

Conçue comme un centre d'usinage du granit

L’idée est de se libérer des techniques actuelles d’extraction, qui nécessitent des carrières ouvertes et l’utilisation d’explosifs, grâce à une cavité, profonde de 50 mètres, aménagée et exploitée sous bâtiment. Dans un premier temps, la machine Intraterra fore des puits rapprochés, de 2,40 mètres de diamètre chacun, dont elle extrait des cylindres de granit de 2,10 mètres de diamètre et de 2 mètres de hauteur.

Conçue comme un centre d’usinage à commande numérique, elle intègre l’ensemble des outils nécessaires à la découpe et à l’extraction des cylindres de granit, un poste de pilotage et toute l’interface Homme-Machine. Elle effectue un rainurage circulaire pour pénétrer le sol puis procède à une coupe au fil de la carotte au fonds du trou. La carotte est remontée, déposée sur un chariot (également intégré à la machine) et sortie, prête à être convoyée. Les boues sont aspirées et stockées dans la machine, avant d'être vidées en surface. Le cycle complet de production d'une carotte se fait sur une journée.

Une emprise au sol réduite d'un facteur 50

Dans une seconde phase, l’ensemble du site sera mis sous toiture et les zones entre les puits, seront découpées et également exploitées avec des machines plus traditionnelles. « A l'arrivée, notre process va permettre sur une surface au sol de moins de 200 m2, grâce au forage de 8 puits de 50 mètres de profondeur, d'exploiter l'équivalent d'une carrière à ciel ouvert de 10 000 m2 », insiste philippe Moranne. Outre de diviser par 50 l'emprise au sol, la machine Intraterra, équipée d'un moteur électrique, permet de réduire l'impact carbone de l'exploitation.

L'installation sous toiture permet aussi une réduction des nuisances sonores et des poussières. A la fin de l'exploitation, la cavité sera entièrement rebouchée. « Les brevets couvrent à la fois la machine et le concept entièrement nouveau de la carrière », souligne l’inventeur.

L'ambition d'Intraterra est de fournir la prestation globale aux carriers. D'ici 3 à 5 ans, la société pourrait disposer de 3 machines, pour un chiffre d'affaires annuel estimé entre 5 et 6 millions d'euros.


 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

« Notre ambition est de faire circuler notre robot-voiturier dans des environnements de plus en plus complexes », clame Clément Boussard, CEO de Stanley Robotics

« Notre ambition est de faire circuler notre robot-voiturier dans des environnements de plus en plus complexes », clame Clément Boussard, CEO de Stanley Robotics

La jeune pousse française Stanley Robotics, conceptrice d’un robot-voiturier 100% autonome, a récemment annoncé un[…]

25/11/2021 | Robots
Le réseau 5G Steel d’ArcelorMittal émettra à Dunkerque en 2022

Le réseau 5G Steel d’ArcelorMittal émettra à Dunkerque en 2022

Comment un ERP peut-il aider votre entreprise à baisser ses coûts de production ?

Comment un ERP peut-il aider votre entreprise à baisser ses coûts de production ?

[Formnext 2021] Précision à l’échelle atomique, impression de verre, intégration de nanoparticules… l’impression 3D muscle son innovation

[Formnext 2021] Précision à l’échelle atomique, impression de verre, intégration de nanoparticules… l’impression 3D muscle son innovation

Plus d'articles